RESUME DE L'ACTUALITE A 08h30 GMT (17/09)

le
0

PARIS - Le premier débat entre candidats à la primaire du Parti socialiste a rassemblé 4,9 millions de téléspectateurs hier soir.

La nécessité de rester unis, avant une échéance présidentielle assombrie par la plus grave crise économique depuis les années 1930, a désarmé un débat emprunt de gravité.

Debout derrière des pupitres dans un sobre décor de verre et de lumière, les six candidats vêtus de sombre ont eu le sourire rare et le verbe technique au cours de près de trois heures d'émission, dont un long "débat" où les éclats de voix ont été rares.

Seule Martine Aubry s'est risquée à prendre pour cible François Hollande, qu'elle peine à rattraper dans les sondages d'opinion à un peu plus de trois semaines du premier tour de la primaire, le 9 octobre.

Sur la question du nucléaire, la maire de Lille a opposé la "clarté" de son choix d'en sortir à l'objectif du député de Corrèze de faire passer la part de cette énergie en France de 75% à 50% d'ici 2025.

Les solutions à apporter à la crise pour "redonner l'espérance aux Français", comme l'ont dit plusieurs candidats, ont constitué le fil rouge de la soirée. Quelques divergences ont pointé, notamment sur la dépénalisation du cannabis et le retour de Dominique Strauss-Kahn sur la scène politique.

PARIS - Selon Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture et chargé du projet de l'uMP pour 2012, ce débat a mis en lumière les divisions du principal parti d'opposition. Il a dit avoir trouvé les deux plus jeunes candidats, Manuel Valls et Arnaud Montebourg, les plus convaincants.

---

PARIS - Claude Guéant dément avoir dirigé une cellule clandestine à l'Elysée chargée de museler la presse et de parer aux dangers suscités par certaines enquêtes judiciaires.

Dans un entretien à Libération, le ministre de l'Intérieur et ancien secrétaire général de l'Elysée assume par ailleurs ses relations avec trois hommes d'affaires présentés comme spécialistes de la corruption, Robert Bourgi, Alexandre Djouhri et Ziad Takieddine, qu'il dit fréquenter uniquement pour leurs avis judicieux.

---

TRIPOLI - Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan est attendu aujourd'hui en Libye, au lendemain de la visite de Nicolas Sarkozy et de David Cameron dans le pays, tandis que les combats font rage à Syrte, bastion kadhafiste.

Le chef du gouvernement turc, en visite en Afrique du Nord pour défendre l'influence d'Ankara dans la région, va tenter à son tour de récolter les dividendes économiques et politiques de la situation en Libye. Ankara a également prêté main forte aux insurgés libyens pour chasser du pouvoir Mouammar Kadhafi.

Sur le terrain militaire, les forces du Conseil national de transition (CNT) ont lancé jeudi un assaut à Syrte, la ville natale de Mouammar Kadhafi, où elles essuient des tirs nourris des partisans de l'ancien "guide" libyen.

A Bani Walid, ville située à 180 km au sud-est de Tripoli et dernière poche de résistance des pro-Kadhafi avec Syrte et Sebha,les forces du CNT se dirigent vers la ville après avoir été attaquées par des kadhafistes.

BENGHAZI - Nicolas Sarkozy a pris des accents gaulliens pour plaider hier pour une Libye unie et affirmer que Mouammar Kadhafi et ses proches devraient rendre des comptes.

La brève visite en Libye du président français, accompagné du Premier ministre britannique, David Cameron, a culminé à Benghazi, berceau de la révolte libyenne, où les deux hommes, en pointe dans la coalition internationale contre le régime du "guide" déchu, ont été accueillis par une foule en liesse estimée à 1.500 personnes.

"Amis de Benghazi, nous vous demandons une chose, nous croyons dans la Libye unie, pas dans la Libye divisée," a lancé un Nicolas Sarkozy exalté à un auditoire conquis, sur la plus grande place de la ville, rebaptisée place de la Liberté.

---

LE CAIRE - L'accord de paix signé par l'Egypte avec Israël en 1979 n'est pas "sacré" et pourrait être modifié si cela profite à la paix ou à la région, a déclaré hier le Premier ministre égyptien Essam Charaf.

Ces propos sont les plus incisifs du nouveau gouvernement mis en place après la chute du président Hosni Moubarak en février. Les tensions entre Israël et l'Egypte, qui couvaient depuis le renversement d'Hosni Moubarak, ont connu un pic après une attaque transfrontalière le mois dernier.

---

COPENHAGUE - Les électeurs danois ont confié hier le pouvoir au bloc de gauche conduit par la social-démocrate Helle Thorning-Schmidt et renvoyé le gouvernement de centre droit dans l'opposition après dix ans aux affaires.

"Nous l'avons fait ! Ce jour est un jour de changement", a lancé Helle Thorning-Schmidt qui, à 45 ans, va devenir la première femme à occuper le poste de Premier ministre du Danemark.

La chef de file du "Bloc rouge" a su convaincre les électeurs qu'elle serait à même de relancer l'économie du pays, promettant une relance des investissements dans l'éducation et les infrastructures. Ces dépenses seraient partiellement financées par une heure de travail hebdomadaire supplémentaire, soit douze minutes par jour.

---

BRUXELLES - Le débat sur un éventuel défaut de la Grèce et la perspective d'une nouvelle crise bancaire seront les deux sujets principaux sur lesquels se pencheront aujourd'hui et demain les ministres européens des Finances, à l'occasion d'un conseil Ecofin à nouveau décisif.

De manière exceptionnelle, les ministres seront rejoints à Wroclaw, dans le Sud-Ouest de la Pologne, par le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, qui devrait selon plusieurs sources presser les Européens de ne plus tergiverser dans la gestion de la crise.

Face aux difficultés d'Athènes à remplir les objectifs budgétaires réclamés par les Européens et le Fonds monétaire international pour recevoir la prochaine tranche d'aide financière dans le cadre du plan de soutien décidé en mai 2010, la question d'un défaut a refait surface début septembre.

---

ZURICH/LONDRES - UBS a annoncé qu'un trader avait généré des pertes de l'ordre de 2 milliards de dollars à travers des transactions non autorisées dans sa banque d'investissement, ce qui pourrait se traduire par une perte au troisième trimestre. Selon un porte-parole d'UBS, aucune arrestation n'a eu lieu.

---

KAUNAS, Lituanie - La France s'est qualifiée hier pour les demi-finales du championnat d'Europe de basket en prenant le meilleur sur la Grèce, sa bête noire, 64-56. Les Bleus rencontreront ce soir (18h00 GMT) pour une place en finale la Russie, qui a battu la Serbie 77-67.

---

PARIS - Le Paris Saint-Germain s'est facilement imposé (3-1) hier au Parc des Princes aux dépens de Salzbourg en match d'ouverture de la phase de groupe de la Ligue Europa. Rennes, l'autre club français engagé en Ligue Europa, s'est incliné 2-1 sur la pelouse de l'Udinese.

---

CORDOUE, Espagne - Rafael Nadal est opposé à Richard Gasquet (10h00 GMT) lors du premier simple de la demi-finale de la Coupe Davis entre la France et l'Espagne, sur la terre battue de Cordoue. Gilles Simon se frottera ensuite à David Ferrer.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant