RESUME DE L'ACTUALITE A 03h15 GMT (16/03)

le
0
    BRUXELLES - La police belge a tuéhier un suspect armé d'un 
fusil d'assaut lors d'une perquisition menée à Forest, une 
commune de l'agglomération bruxelloise, en lien avec les 
attentats de Paris du 13 novembre dernier, a annoncé le parquet 
fédéral belge. 
    Quand les policiers belges et français sont arrivés pour 
effectuer une fouille qu'ils pensaient être une opération de 
routine dans un appartement situé dans une rue de cette commune 
du sud de la capitale belge, une ou plusieurs personnes ont 
ouvert le feu, selon le récit donné par le parquet dans un 
communiqué. 
    Certaines des personnes impliquées dans les attentats du 13 
novembre dernier à Paris et à Saint-Denis, habitaient ou avaient 
une base à Bruxelles. 
    Trois policiers, dont une policière française, ont été 
blessés et un quatrième a été touché lors d'un échange de tirs 
ultérieur. 
    Quand, trois heures après la première perquisition, les 
policiers ont pris d'assaut le bâtiment, ils ont tué un individu 
non identifié qui brandissait une Kalachnikov, arme utilisée par 
certains des auteurs des attentats du 13 novembre revendiqués 
par l'Etat islamique. 
    La police belge poursuit ses opérations à Bruxelles, a 
déclaré le Premier ministre belge Charles Michel lors d'une 
conférence de presse. 
     --- 
    MOSCOU/GENEVE - Des avions de guerre russes ont commencé à 
quitter la Syrie hier, conformément au plan de retrait annoncé 
la veille par Vladimir Poutine, un événement susceptible d'avoir 
un impact positif sur le déroulement des pourparlers de paix 
ouverts à Genève,  selon l'émissaire des Nations unies. 
    L'atterrissage en Russie du premier avion en provenance de 
Syrie a été salué Staffan de Mistura comme un "événement 
significatif" et il a dit espérer que la décision de Moscou 
serait un pas en direction d'une transition pacifique et 
politique en Syrie. 
    L'envoyé spécial des Nations unies a déjà entendu hier, au 
premier jour de négociation, les émissaires de Damas, lesquels 
lui ont transmis un document intitulé "Eléments de base pour une 
solution politique". 
    Ce nouveau cycle de discussions, rouvertes sous l'impulsion 
de Washington et de Moscou et facilitées par l'entrée en vigueur 
le 27 février dernier d'un accord de cessation des hostilités 
plus ou moins respecté, vise à trouver une solution politique au 
conflit, qui vient d'entrer dans sa sixième année et a fait plus 
de 250.000 morts et déplacé des millions de Syriens 
    L'annonce du président russe incite l'opposition syrienne à 
espérer que Moscou fasse pression sur Damas pour que le régime 
syrien accepte le principe de la négociation politique. 
    Le Haut Comité des négociations (HCN), principale instance 
représentative de l'opposition à Genève, a souhaité que Damas 
formule clairement et dans le détail ses idées sur la transition 
politique et n'a pas exclu des discussions directes avec la 
délégation gouvernementale. 
    Le gouvernement de Bachar al Assad a assuré qu'il n'y avait 
aucune divergence avec Moscou. L'Union européenne a jugé que 
toutes les décisions susceptibles de réduire la violence avaient 
leur importance, à plus forte raison au moment où rouvrent les 
négociations de Genève. 
    Le retrait des forces russes ne convainc toutefois pas tous 
les acteurs du conflit. Salim al Muslat, porte-parole du Haut 
comité des négociations (HCN), principale représentation de 
l'opposition, a dit "avoir entendu" l'information tout en 
soulignant "qu'entendre était différent de ce que l'on pouvait 
percevoir sur le terrain". 
     --- 
    PALM BEACH, Floride - Donald Trump, le milliardaire qui fait 
la course en tête pour l'investiture républicaine à l'élection 
présidentielle américaine du 8 novembre, a remporté hier la 
primaire en Floride, ce qui a conduit l'un de ses concurrents 
Marco Rubio, sénateur de cet Etat, à se retirer de la course. 
    La voie vers la nomination n'est pas pour autant 
complètement dégagée pour le magnat immobilier controversé 
puisque John Kasich, gouverneur républicain de l'Ohio, reste en 
course en l'emportant dans l'Etat dont il est l'élu. 
    Donald Trump, également victorieux hier dans les Etats de 
Caroline du Nord et de l'Illinois, renforce son avance en termes 
de délégués sur le sénateur du Texas Ted Cruz et sur John 
Kasich. 
    Mais, avec la présence d'encore deux concurrents pour le 
reste de la course, il ne lui sera guère aisé d'atteindre la 
barre des 1.237 nécessaires pour emporter la nomination 
républicaine, d'autant plus que nombre de responsables du parti 
réfléchissent à tous les moyens possibles pour barrer la route à 
Donald Trump. 
    Côté démocrate, l'ancienne secrétaire d'Etat Hillary Clinton 
l'a emporté face au sénateur du Vermont Bernie Sanders en 
Floride, dans l'Ohio et en Caroline du Nord, ce qui devrait 
considérablement accroître son avance sur son rival en termes de 
délégués. 
    Lors d'un discours prononce à West Palm Beach, Hillary 
Clinton a déclaré qu'elle se rapprochait de la nomination 
démocrate, tout en félicitant Bernie Sanders pour sa campagne. 
     --- 
    IDOMENI, Grèce/NICOSIE - Près de 1.500 réfugiés et migrants 
entrés illégalement lundi en Macédoine ont été refoulés hier en 
Grèce par les autorités, alors que les Européens peinent à 
s'accorder sur une solution à la veille de l'ouverture d'un 
nouveau sommet avec la Turquie. 
    Le blocage de la frontière macédonienne, par laquelle les 
migrants ne transitent plus qu'au compte-goutte, provoque une 
crise humanitaire considérable aggravée par un climat 
défavorable. 
    Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a appelé hier les 
migrants à se rendre dans les centres d'accueil mis en place par 
les autorités et à ne pas tenter de rejoindre la "route des 
Balkans" qui n'a, selon lui, aucune chance de rouvrir. 
    "Les initiatives unilatérales des pays sur la route des 
Balkans n'ont pas été prises par hasard et nous ne pensons pas 
qu'il y ait une chance que ceux qui ont fermé cette route la 
rouvrent", a-t-il déclaré. 
    Les migrants refoulés par la Macédoine avaient marché 
pendant plusieurs heures lundi le long de chemins boueux et 
avaient dû franchir une rivière dont les eaux avaient été 
grossies par les pluies dans l'espoir de contourner la barrière 
que les autorités macédoniennes ont érigée à la frontière. 
    Mais ils ont été interpellés par les forces de sécurité. Une 
groupe d'une trentaine de journalistes a également été détenu. 
     --- 
    ABIDJAN - Des membres du GIGN, l'unité d'élite de la 
gendarmerie française, seront prochainement déployés à 
Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, pour faire face à 
toute "crise de terrorisme" en Afrique, a annoncé hier Bernard 
Cazeneuve deux jours après l'attentat de Grand-Bassam. 
    Le ministre français de l'Intérieur et le chef de la 
diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, étaient à Abidjan pour 
témoigner de la solidarité de la France à la suite de l'attaque 
djihadiste qui a fait 18 morts, dont quatre Français, dimanche 
dans la station balnéaire de Grand-Bassam. 
    Ouagadougou a été le théâtre en janvier dernier d'un 
attentat contre un restaurant et un hôtel qui a fait 30 morts. 
     
    ABIDJAN - L'attaque d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) 
contre la station balnéaire de Grand-Bassam était une opération 
de vengeance contre le dispositif militaire français Barkhane au 
Sahel, a déclaré le groupe djihadiste. 
    "Nous lançons un nouvel appel au retrait de tous les pays 
impliqués dans l'invasion française au Mali", a ajouté Aqmi dans 
ce deuxième communiqué de revendication. Le groupe djihadiste 
donne les noms des trois assaillants de Grand-Bassam, qui ont 
été tués sans autre détail sur leur identité. 
     --- 
    SAO PAULO - L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da 
Silva a accepté de devenir ministre au sein du gouvernement de 
la présidente Dilma Rousseff. Cette décision devrait lui offrir 
un certain degré de protection face à l'enquête qui le vise pour 
blanchiment d'argent. 
    Dilma Rousseff et Lula, qui fut son mentor, sont éclaboussés 
par l'affaire Petrobras, qui porte sur un système de 
surfacturations et de dessous-de-table au sein de la compagnie 
nationale des pétrolière. 
    Des centaines de milliers de personnes ont défilé dimanche 
dans tout le Brésil pour exiger le départ de la Rousseff, 
menacée parallèlement par une procédure de destitution. 
     --- 
    NAYPYITAW - Le Parlement de Birmanie a élu au poste de chef 
de l'Etat un proche d'Aung San Suu Kyi dont la Ligue nationale 
pour la démocratie (LND) a largement remporté les élections 
législatives de novembre. 
    Htin Kyaw, ami et confident de la lauréate du prix Nobel de 
la paix 1991, est le premier président birman à ne pas être issu 
des rangs de l'armée depuis les années 60. 
    Suu Kyi ne pouvait pas accéder à la magistrature suprême en 
raison d'une disposition de la Constitution birmane qui interdit 
ce poste aux conjoints ou parents de ressortissants étrangers. 
     --- 
    PARIS - Les Républicains ont annoncé hier qu'ils voteraient 
contre la nouvelle mouture du projet de loi de réforme du Code 
du travail mais les centristes de l'UDI, dont le vote pourrait 
être crucial, préfèrent attendre avant de se prononcer. 
    Le groupe socialiste, qui s'est une nouvelle fois réuni 
hier, s'est quant à lui déclaré satisfait des changements 
proposés par le Premier ministre Manuel Valls, dont le projet 
réécrit a été bien accueilli par les syndicats réformistes mais 
vivement critiqué par le patronat.  
    Face au tollé provoqué par plusieurs de ses dispositions, le 
gouvernement a décidé de reporter du 9 au 24 mars la 
présentation en conseil des ministres du projet de loi. 
    Par ailleurs, le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a 
pris le contre-pied de Manuel Valls en souhaitant le 
rétablissement par le Parlement des dispositions initiales du 
projet de réforme du Code du travail sur les apprentis, 
dénoncées par les syndicats, une partie de la gauche et des 
mouvements de jeunesse. 
     --- 
    PARIS - Nicolas Sarkozy a proposé la création d'un groupe de 
travail avec les centristes afin de parvenir à un accord sur 
leur participation à la primaire présidentielle de novembre, 
a-t-on appris auprès de députés Les Républicains (LR). 
    Les adhérents de l'UDI ont commencé mardi à voter, par 
internet, sur l'éventuelle participation du parti centriste à la 
primaire d'investiture à la présidentielle de 2017. Le scrutin 
s'achève samedi soir à la veille du congrès de l'UDI. 
      --- 
    PARIS - Le référendum sur le projet controversé d'aéroport 
de Notre-Dame-des-Landes sera organisé en juin, uniquement dans 
le département de la Loire-Atlantique, a déclaré hier Manuel 
Valls. Il concernera "tous les électeurs du département de la 
Loire-Atlantique" et eux seuls, a-t-il précisé, "parce que c'est 
le département qui est le plus concerné par l'impact".  
    Soutenu par les élus locaux de droite et de gauche, ce 
projet d'aéroport, censé remplacer celui de Nantes, se heurte à 
l'opposition des écologistes et d'agriculteurs, rejoints par des 
altermondialistes de toute l'Europe. 
     --- 
    PARIS - Le cardinal Philippe Barbarin s'est défendu hier 
d'avoir couvert des actes de pédophilie commis par des prêtres 
sous son autorité, tout en reconnaissant que l'Eglise catholique 
devait s'interroger sur les procédures à l'oeuvre en pareil cas. 
    "Jamais, jamais, jamais je n'ai couvert le moindre acte de 
pédophilie", a déclaré l'archevêque de Lyon lors d'une 
conférence de presse organisée en marge d'une réunion des 
évêques de France, à Lourdes. 
    Le scandale de pédophilie en question, qui a conduit à 
l'ouverture d'une enquête préliminaire pour "non dénonciation de 
crime" et "mise en danger de la vie d'autrui" à Lyon, a soulevé 
une vague d'émotion, y compris hors de l'Eglise. 
     --- 
    PARIS - La croissance française se situera cette année "un 
peu en-dessous" de la moyenne de la zone euro, que la Banque 
centrale européenne vient de revoir à 1,4%, a déclaré hier 
François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France 
et membre du conseil des gouverneurs de la BCE. 
    Le ministre des Finances Michel Sapin table sur 1,5%, la 
Commission européenne et le Fonds monétaire international sur 
1,3% et l'OCDE sur 1,2%. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant