RESUME DE L'ACTUALITE A 03h05 GMT (10/01)

le
0
PARIS - François Hollande a dévoilé hier une plaque à la mémoire 
de la jeune policière municipale Clarissa Jean-Philippe, tuée le 
8 janvier 2015 à Montrouge, près de Paris, par Amédy Coulibaly, 
auteur le 9 de la prise d'otage meurtrière de l'Hyper Cacher. 
    La jeune femme d'origine martiniquaise, âgée de 25 ans, 
achevait un stage qui devait déboucher sur sa titularisation. 
Elle intervenait pour un accident de circulation quand elle a 
été abattue d'une balle dans le dos par le djihadiste. 
    La plaque sur la façade du 95 avenue Pierre-Brossolette, 
près du lieu de son assassinant, dévoilée avant que retentissent 
la sonnerie aux morts et la Marseillaise, souligne qu'elle a été 
"victime du terrorisme dans l'accomplissement de son devoir". 
    Elle fait face à une grille couverte de fleurs, de messages 
et de dessins déposés en mémoire de Clarissa Jean-Philippe. 
     
    PARIS - Un an après les attentats contre Charlie Hebdo et 
l'Hyper Cacher à Paris, la crainte du terrorisme s'est installée 
durablement en France, confirme un sondage de l'Ifop réalisé 
pour Sud-Ouest Dimanche auprès de 1.006 personnes les 4 et 5 
janvier dernier. 
    Pour 95% des personnes interrogées, la menace terroriste est 
élevée et la proportion est à peu près la même des sympathisants 
du Front de gauche (FG) à ceux du Front national (FN) en passant 
par ceux des partis socialiste (PS) ou des Républicains (LR). 
    Ce pourcentage n'était que de 52% en septembre 2010. Il est 
monté régulièrement au fil des ans pour atteindre 93% après les 
attaques de janvier 2015 et un pic de 98% après celles du 13 
novembre, qui ont fait 130 morts à Paris. 
      
    PARIS - Manuel Valls a réitéré hier la détermination de la 
France à "lutter contre le terrorisme ici et partout" et à 
combattre l'antisémitisme sous toutes ses formes, au terme d'une 
semaine de commémoration des attentats de janvier 2015 à Paris. 
    Les organisations juives de France avaient organisé un 
rassemblement à la mémoire des 17 personnes tuées lors de ces 
attentats, dont quatre juifs dans le magasin Hyper Cacher, porte 
de Vincennes, devant lequel avait lieu cette cérémonie. 
     ---     
    ABOU DHABI - L'Arabie saoudite étudie de nouvelles mesures 
contre l'Iran, a annoncé hier le ministre saoudien des Affaires 
étrangères à l'issue d'une réunion extraordinaire du Conseil de 
coopération du Golfe (CCG), instance réunissant six 
pétromonarchies de la région. 
    "Nous examinons quelles mesures supplémentaires pourraient 
être prises s'il (l'Iran) poursuit sa politique actuelle", a 
déclaré Adel al Djoubeir sans préciser quelle pourrait être la 
nature de ces mesures. Les tensions entre le régime saoudien 
sunnite et le gouvernement iranien chiite se sont accrues après 
l'attaque de l'ambassade d'Arabie saoudite à Téhéran par des 
manifestants mécontents de l'exécution d'un dignitaire chiite 
saoudien.  
     ---  
    MAYENCE/COLOGNE - La police anti-émeutes allemande a 
dispersé hier des manifestants d'extrême droite qui protestaient 
à Cologne contre la politique migratoire de la chancelière 
Angela Merkel, ce alors que plusieurs dizaines de migrants ont 
été identifiés par la police comme suspects dans l'affaire des 
agressions sexuelles commises sur quelque 120 femmes lors du 
réveillon du nouvel an dans cette ville. 
    Cette série d'agressions a choqué l'Allemagne, qui a 
accueilli 1,1 million de migrants et réfugiés en 2015 en vertu 
de lois sur l'asile ardemment défendues par Angela Merkel, 
malgré de vives oppositions. 
    Peu avant que la manifestation ne commence à Cologne, la 
chancelière fédérale a durci sa politique à l'égard des 
migrants, en promettant d'expulser les migrants condamnés et de 
réduire l'afflux de réfugiés sur le long terme en Allemagne. 
     --- 
    MADRID - Artur Mas, président indépendantiste sortant de la 
région de Catalogne, a annoncé hier qu'il avait décidé de ne pas 
briguer un nouveau mandat, afin d'ouvrir la voie à la formation 
d'un gouvernement indépendantiste à la tête de la Généralité, 
après des semaines de blocage politique. 
    Les divergences entre les différentes organisations 
favorables à l'indépendance, victorieuses lors du scrutin 
régional du 5 septembre, avaient jusqu'à présent empêché la 
formation d'un nouvel exécutif. Une partie des indépendantistes, 
notamment certains membres de Candidature d'Unité populaire 
(CUP), étaient hostiles au maintien d'Artur Mas. 
    La CUP, petite formation de gauche au sein du bloc 
indépendantiste, a annoncé voici quelques jours qu'elle ne 
soutiendrait pas la candidature d'Artur Mas à un nouveau mandat 
en raison de profondes divergences sur des questions comme 
l'appartenance d'une Catalogne indépendante à l'Otan et à 
l'Union européenne. 
    Artur Mas, qui est président de la région depuis 2010, a 
décidé de laisser le champ libre à un autre candidat, Carles 
Puigdemont, maire de Gérone. Le journal espagnol El Pais 
rappelle samedi que dans un discours en 2013, Puigdemont avait 
déclaré qu'il "chasserait les envahisseurs de Catalogne", un 
camouflet adressé au gouvernement central espagnol. 
     --- 
    BEYROUTH - Une frappe aérienne visant une ville aux mains 
des rebelles syriens aurait fait des dizaines de morts hier 
alors qu'un envoyé des Nations unies s'est rendu à Damas pour 
faire avancer les préparatifs en vue de pourparlers de paix 
programmés à la fin du mois. 
    Deux sources informées de la situation ont également dit 
qu'une aide humanitaire sera distribuée dans la ville syrienne 
de Madaya et dans deux villages assiégés du nord-ouest du pays 
suivant un accord qui a été conclu samedi. 
    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), la 
frappe aérienne qui a visé la localité de Maarat al Nouman, 
située dans la province d'Idlib a fait au moins 57 morts. L'OSDH 
a ajouté que la frappé aérienne, qui a touché un tribunal et une 
prison, était le fait d'avions russes. 
    Le gouvernement syrien est prêt à participer aux 
négociations de paix qui doivent s'ouvrir le 25 janvier à 
Genève, mais souhaite obtenir les noms des représentants de 
l'opposition qui y assisteront, a annoncé le ministre des 
Affaires étrangères lors d'un entretien avec l'émissaire de 
l'Onu Staffan de Mistura, à Damas. 
    Walid al Moualem a également demandé à obtenir la liste des 
mouvements qui seront classés parmi les organisations 
terroristes, précise la presse publique. 
     --- 
    PRISTINA - Des manifestants ont affronté les forces de 
police et déclenché un début d'incendie hier au siège du 
gouvernement kosovar, à Pristina, en lançant des cocktails 
Molotov. 
    La police a avancé un bilan de 28 blessés, dont 24 agents 
des forces de l'ordre et deux journalistes. Une quarantaine de 
manifestants ont été interpellés et la police a saisi sur eux 
des armes blanches et des bombes incendiaires. 
    Auparavant, les manifestants avaient lancé des cocktails 
Molotov, des pierres et des bouteilles et incendié plusieurs 
véhicules blindés de la police. 
    Plusieurs milliers de personnes s'étaient rassemblées dans 
la ville pour dénoncer un accord conclu sous médiation de 
l'Union européenne, accordant plus de pouvoirs locaux aux 
membres de la minorité serbe ainsi que la possibilité de 
recevoir des financements de la part de la Serbie.      
     --- 
    NANTES, Loire-Atlantique - Sous la pression des forces de 
l'ordre, les agriculteurs ont évacué hier le pont de Cheviré à 
Nantes, qu'ils avaient occupé pour protester contre toute 
expulsion du site du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes 
(Loire-Atlantique). 
    La police utilise a utilisé des canons à eau et des gaz 
lacrymogènes pour accélérer le départ des plus récalcitrants. 
    "La garantie donnée par les organisateurs de quitter le 
périphérique en fin d'après-midi n'a pas été respectée", a dit 
la préfecture de la Loire-Atlantique dans un communiqué, pour 
justifier l'évacuation du pont de Cheviré. 
    Dans la journée, des milliers de personnes avaient manifesté 
samedi, avec plusieurs centaines de tracteurs, sur le boulevard 
périphérique de Nantes 
     --- 
    PARIS - Nicolas Sarkozy a de nouveau critiqué hier 
l'activisme de ses principaux rivaux pour la primaire du parti 
Les Républicains pour l'élection présidentielle de 2017, et 
justifié la refonte de son équipe dirigeante par un besoin de 
"clarté". L'ancien président de la République, qui ne cache pas 
sa volonté de reconquérir l'Elysée mais devra d'abord s'imposer 
l'automne prochain au sein de son propre parti, s'adressait aux 
nouveaux adhérents de LR. 
    Il leur a promis des "événements intéressants" en cette 
année qui doit, selon lui, marquer une "nouvelle phase" dans la 
reconstruction de la principale formation de droite en France. 
    Nicolas Sarkozy, qui a repris fin 2014 la présidence de 
l'UMP, rebaptisée depuis lors Les Républicains, a expliqué que 
l'état de décomposition dans lequel il avait trouvé le parti 
l'avait amené dans un premier temps "à ne pas tout entendre" et 
"à ne pas tout voir" pour préserver son unité. 
     ---  
    ZURICH/PARIS - Le président démissionnaire de la Fédération 
internationale de football Sepp Blatter et le président de 
l'UEFA Michel Platini ont été formellement informés des motifs 
de la suspension de huit ans prononcée à leur encontre par la 
commission d'éthique de la Fifa, a annoncé hier celle-ci. 
    Les avocats de Michel Platini ont aussitôt déclaré qu'ils 
feraient appel de cette décision, comme le leur permet désormais 
le fait d'avoir officiellement connaissance de ses motifs. 
    "Nous allons immédiatement faire appel devant la commission 
des recours de la Fifa, avant d'aller devant le tribunal 
arbitral du sport le plus rapidement possible", a fait savoir à 
Reuters Me Thibaud d'Alès. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant