RESUME DE L'ACTUALITE A 03h00 GMT (24/02)

le
0

ATHENES - La Grèce doit transmettre ce matin aux ministres des Finances de la zone euro la liste de ses projets de réformes économiques, document indispensable à la prolongation du programme d'aide financière. Le compromis intervenu vendredi sur la prolongation de quatre mois de l'aide financière prévoyait que ce catalogue de réformes soit communiqué lundi soir mais l'Eurogroupe a donné son accord pour ce report, a indiqué un haut fonctionnaire gouvernemental sans donner de motif pour ce retard. La liste, a-t-il ajouté, comprendra des mesures pour lutter contre la "crise humanitaire" de la Grèce, pour régulariser les arriérés fiscaux et prêts insolvables et pour mettre fin aux saisies de logements. Elle comportera aussi des réformes structurelles visant à lutter contre l'évasion fiscale et la corruption, à restructurer le secteur public et à réduire la bureaucratie. --- NEW DELHI - Jean-Yves Le Drian doit rencontrer aujourd'hui à New Delhi son homologue indien pour parler du contrat de vente à l'Inde de 126 avions de combat Rafale. Dassault Aviation mène des discussions exclusives depuis trois ans avec l'Inde mais le contrat n'est toujours pas signé, notamment en raison de divergences sur les garanties demandées au groupe français sur les 108 avions qui seront construits en Inde par Hindustan Aeronautics. --- PARIS - François Hollande et Matteo Renzi doivent annoncer aujourd'hui leur engagement définitif en faveur du Lyon-Turin en soumettant le projet ferroviaire aux financements communautaires prévus pour constituer un réseau de transports transeuropéen. Le président français et le président du conseil italien, réunis pour un sommet franco-italien à l'Elysée, prévoient aussi de signer un avenant à l'accord bilatéral de 2001 qui engagera les deux pays dans la phase de travaux définitifs, indique-t-on dans l'entourage du président français. --- KIEV - L'armée ukrainienne a déclaré qu'elle ne pouvait pas commencer à retirer ses armes lourdes des lignes de front parce que les attaques des séparatistes prorusses continuent en dépit de l'accord de cessez-le-feu. Les affrontements ont significativement perdu en intensité ces derniers jours dans l'est de l'Ukraine. Au cours du week-end, les deux parties ont annoncé s'être mises d'accord sur un début de retrait des armes lourdes, une des conditions de l'accord de Minsk 2 entré en vigueur le 15 février. --- TRIPOLI - La Chambre des représentants, parlement libyen élu en juin dernier et replié à Tobrouk, dans l'est de la Libye, a décidé de suspendre sa participation aux négociations de paix menées sous l'égide des Nations unies, a annoncé hier à Reuters le député Essam al Arabi, sans donner d'explication. Les djihadistes de l'Etat islamique ont mené plusieurs attaques et attentats suicides à travers le pays ces derniers jours. --- GENEVE - Les discussions sur le programme nucléaire iranien entre Téhéran et le groupe P5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine, Russie et Allemagne) reprendront la semaine prochaine, a indiqué un responsable américain à Genève. Cette rencontre entre les négociateurs iraniens et les directeurs politiques du P5+1 aura lieu à Genève, rapporte l'agence de presse iranienne Fars, qui cite le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif. --- PARIS - L'hebdomadaire Charlie Hebdo, cible d'un attentat qui a fait douze morts le 7 janvier dernier, sort aujourd'hui son deuxième numéro post-attaques, qui sera tiré à 2,5 millions d'exemplaires, annonce Libération. Le quotidien héberge l'équipe de Charlie Hebdo dans ses locaux depuis l'attentat qui a décimé sa rédaction. Une semaine après les attaques, Charlie Hebdo avait publié un "numéro des survivants", avec Mahomet en une, tiré à huit millions d'exemplaires. Mais aucun autre numéro n'était sorti depuis. "C'est reparti", peut-on lire sur la une de ce deuxième numéro post-attentats. Sous le texte, une meute de "clébards hostiles", selon Libération, parmi lesquels on reconnaît le pape, la présidente du Front national Marine Le Pen, le chef de l'UMP Nicolas Sarkozy et un djihadiste, court après un chien qui tient le magazine dans le museau. --- PARIS - L'avenir d'Areva, qui a fait état d'une perte de près de cinq milliards d'euros en 2014, passe par des synergies avec EDF et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), a déclaré la ministre de l'Energie Ségolène Royal. Le groupe d'énergie nucléaire, détenu à environ 87% par l'Etat, a annoncé hier une perte de près de 5 milliards d'euros en 2014, poussant les investisseurs à s'interroger sur une éventuelle augmentation de capital. "Ma préoccupation (...), c'est de constituer une filière forte du nucléaire en créant des synergies et cela, c'est très nouveau, entre EDF, Areva et le Commissariat à l'énergie atomique", a dit Ségolène Royal à des journalistes. --- BRUXELLES/PARIS - La Commission européenne a annoncé hier l'ouverture d'une enquête approfondie sur la vente par Alstom ALSO.PA de ses activités dans l'énergie à l'américain General Electric GE.N , confirmant des informations de Reuters. L'exécutif européen a également fait savoir qu'il déciderait d'ici au 8 juillet prochain s'il donnait ou non son feu vert à la transaction, évaluée à 12,4 milliards d'euros. "Nous craignons que le projet d'acquisition conduise non seulement à une hausse des prix mais également à un choix réduit pour les consommateurs et à une moindre innovation dans le secteur (sur le marché des turbines à gaz de grande puissance, ndlr)", souligne dans un communiqué Margrethe Vestager, la commissaire à la Concurrence. La Commission européenne s'inquiète du fait que la cession de la branche énergie d'Alstom à GE pourrait se traduire par la disparition d'un des trois grands concurrents de l'américain sur le marché des turbines à gaz. --- PARIS - François Hollande a invité hier les grands groupes du net à se mobiliser contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme, en complément d'un plan de lutte national annoncé pour les prochains jours. Lors du 30e dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), le chef de l'Etat a demandé un renforcement de l'arsenal contre "la haine, partout où elle se diffuse", et en particulier sur la toile. "Il n'y a pas de haine virtuelle dès lors qu'elle se répand", a dit le président. "Les grands opérateurs doivent être mis devant leurs responsabilités." Pour ne pas être "les complices du mal", les grands groupes comme Facebook, Google, Apple ou Twitter "doivent participer à la régulation du numérique", a-t-il estimé. Le dîner a été boycotté par le Conseil français du culte musulman (CFCM) après les propos du président du Crif, Roger Cukierman, jugeant Marine Le Pen "irréprochable" et estimant que tous les actes antisémites étaient aujourd'hui commis par de jeunes musulmans.


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant