RESUME DE L'ACTUALITE A 03h00 GMT (18/02)

le
0

PARIS - Manuel Valls a été contraint de faire passer en force la loi Macron sur la croissance et l'activité devant le risque de voir les "frondeurs" du Parti socialiste torpiller un texte jugé crucial pour la crédibilité de sa politique économique. Le Premier ministre, qui avait préalablement reçu le feu vert du gouvernement réuni en conseil des ministres pour utiliser l'article 49.3 de la Constitution et engager la responsabilité de son équipe, a ainsi conduit le quinquennat de François Hollande dans des eaux inexplorées depuis 2012. La loi Macron sera adoptée par l'Assemblée sauf si la motion de censure que l'opposition UMP-UDI a déposée est adoptée jeudi, ce qui entraînerait la chute du gouvernement. Même si le Front de gauche a annoncé qu'il voterait ce texte qui dénonce un "passage en force" par un gouvernement qui "n'a plus de majorité", il n'a aucune chance d'être adopté. La France a "besoin d'autorité" face au terrorisme mais aussi pour résoudre ses difficultés économiques, a déclaré dans la soirée le chef du gouvernement pour expliquer sa décision. --- BRUXELLES - Le ton monte entre la Grèce et ses bailleurs de fonds internationaux mais la porte vers un compromis permettant aux deux parties de sortir de l'impasse ne paraît pas totalement verrouillée. Le gouvernement grec n'entend pas sacrifier les promesses électorales du parti Syriza sur l'autel d'un accord avec la zone euro et ne veut pas céder au chantage de ses partenaires, a déclaré dans la journée le Premier ministre grec Alexis Tsipras. Dans le camp d'en face, Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, reste ferme et insiste sur la nécessité pour Athènes de réclamer une prolongation du plan d'aide. Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) doit examiner aujourd'hui la situation du mécanisme des liquidités d'urgence (ELA) mis en oeuvre pour les banques grecques et vital pour la survie du secteur bancaire grec et donc pour le maintien de la Grèce dans la zone euro. --- NIKICHINE, Ukraine - Vladimir Poutine demande à Kiev de laisser ses soldats se rendre aux combattants pro-russes qui ont poursuivi leur offensive sur la ville de Debaltseve au mépris du cessez-le-feu conclu à Minsk la semaine dernière. Des combats de rue opposent les séparatistes pro-russes aux troupes ukrainiennes à l'intérieur de la ville assiégée de Debaltseve, rendant plus qu'incertain la perspective d'un retrait des armes lourdes de la ligne de front. L'accord trouvé jeudi dernier à Minsk lors d'un sommet des dirigeant russe, ukrainien, allemand et français prévoyait que le retrait des armes lourdes de la ligne de front débute hier. Le Conseil de sécurité des Nations unies a appelé tous les belligérants à cesser les combats immédiatement et à se conformer aux engagements pris à Minsk. --- BEYROUTH - L'armée syrienne soutenue par des milices loyalistes a pris le contrôle de plusieurs villages au nord d'Alep et bloque le principal axe routier approvisionnant la grande ville du nord de la Syrie, indique l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme. Selon le médiateur de l'Onu Staffan de Mistura, le gouvernement syrien serait prêt à suspendre ses bombardements sur la ville pendant six semaines afin d'y tester la mise en oeuvre d'un cessez-le-feu. Deuxième ville du pays, Alep est au coeur de violents combats entre les forces pro-Assad et différentes factions rebelles dont le Front al Nosra, branche d'Al Qaïda en Syrie, des brigades islamistes, des combattants étrangers et des groupes soutenus par les Occidentaux. --- PARIS - Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi prône l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu qui permettrait, après le feu vert des autorités libyennes, une intervention d'une coalition contre les djihadistes en Libye. Interrogé sur Europe 1 sur la nécessité d'une résolution de l'Onu en ce sens, il a répondu : "Oui, il n'y pas d'autre choix, en prenant en compte que le peuple libyen soit d'accord et que le gouvernement libyen soit d'accord et nous appelle pour agir pour rétablir la stabilité et la sécurité". --- WASHINGTON- Le vice-président américain Joe Biden a ouvert à Washington une réunion consacrée à la lutte contre "l'extrémisme violent" en faisant l'éloge du modèle américain d'assimilation des immigrés et en invitant l'Europe, frappée récemment par les attaques de Paris et Copenhague, à s'en inspirer. Cette réunion, dont la tenue a été confirmée par le ministre de la Justice Eric Holder après les attentats de janvier en France, mais qui était préparée de longue date, rassemblera des ministres et responsables de nombreux pays pendant trois jours. --- PARIS - La cour d'appel de Paris a annulé l'arbitrage qui a soldé en 2008 le litige de Bernard Tapie avec le Crédit lyonnais sur la revente d'Adidas, ouvrant la voie à un procès sur le fond qui se tiendra devant cette juridiction le 29 septembre. Le Consortium de réalisation (CDR), structure publique créée en 1995 pour gérer le passif du Crédit Lyonnais après sa quasi-faillite, était à l'origine du recours contre cet arbitrage controversé, à l'issue duquel l'homme d'affaires s'était vu accorder 403 millions d'euros avec les intérêts. Pour Me Jean-Georges Betto, conseil de Bernard Tapie, l'arrêt n'impose aucun remboursement à son client. --- LILLE - Le procureur de la République de Lille a requis la "relaxe pure et simple" de Dominique Strauss-Kahn, jugé depuis plus de deux semaines pour proxénétisme aggravé. L'ancien patron du Fonds monétaire international, qui comparaît aux côtés de treize autres prévenus, est soupçonné d'avoir été "l'instigateur" de rencontres avec des prostituées entre 2008 et 2011 à Lille, Paris, Bruxelles et Washington. Il nie avoir été à l'origine des parties fines auxquelles il a participé et dit n'avoir jamais soupçonné la qualité des participantes. --- PARIS - Les discussions sur la vente de 36 Rafale de Dassault Aviation au Qatar sont parvenues à un "stade final", a-t-on appris de source proche du dossier, au lendemain de la signature du premier contrat à l'export de l'avion de combat, avec l'Egypte. La France discute aussi directement avec la Malaisie pour la vente de 16 Rafale, qui fait figure de favori, tandis que les discussions ont repris avec les Emirats arabes unis pour une transaction qui pourrait concerner jusqu'à 60 avions pour remplacer autant de Mirage 2000 de l'avionneur français. --- PARIS - Les juges français qui enquêtent sur des soupçons de démarchage illicite et de blanchiment de fraude fiscale au sein de la banque UBS ont émis des mandats d'arrêt à l'encontre de trois anciens responsables suisses de la banque. Ces mandats ont été émis courant janvier, a précisé cette source, tout en refusant d'indiquer dans quel pays ces anciens responsables travaillaient. La banque a été mise en examen à Paris pour blanchiment aggravé de fraude fiscale et démarchage illicite de clients français. --- PARIS - Des dégradations ont été commises dans un cimetière de Tracy-sur-Mer, dans le Calvados, a annoncé hier soir le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui fait part de son "indignation", deux jours après la découverte de la profanation d'un cimetière juif en Alsace. "Plusieurs dizaines de crucifix ont été déplacés, certains d'entre eux retournés et plantés dans le sol", a déclaré Bernard Cazeneuve, précisant que les gendarmes avaient constaté les faits dans la soirée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant