RESUME DE L'ACTUALITE A 03h00 GMT (17/12)

le
0

PESHAWAR, Pakistan - Des taliban lourdement armés ont attaqué hier une école gérée par l'armée dans la ville de Peshawar, près de la frontière afghane dans le nord-ouest du Pakistan, tuant au moins 132 élèves et neuf membres du personnel, et faisant 124 blessés. Plus de huit heures après le début de l'attaque, l'armée a dit avoir tué les neuf assaillants et avoir achevé ses opérations de nettoyage du site. Les taliban ont eux-même indiqué que leur commando était composé de six membres équipés de vestes d'explosifs, venus se venger du gouvernement d'Islamabad qui "s'en prend à nos familles et à nos femmes" dans la région tribale du Nord-Waziristan, où l'armée a lancé une offensive en juin. Il s'agit de l'attaque la plus sanglante au Pakistan depuis plusieurs années.Un employé d'hôpital a déclaré que la plupart des victimes qu'il avait vues avaient entre 10 et 20 ans. Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, a parlé d'une "tragédie nationale". --- MOSCOU - Le rouble a fortement fluctué hier, perdant plus de 15% sur le marché des changes, sa plus forte baisse depuis la crise financière russe de 1998, avant de se reprendre durant le reste de la journée. La devise russe a certes débuté la journée sur un rebond de 10% face au dollar après le relèvement de 650 points de base, à 17%, du taux directeur de la banque centrale. Mais il a rapidement repris le chemin de la baisse et inscrit de nouveaux plus bas, portant alors à plus de 50% sa baisse face au billet vert depuis le début de l'année, avant de remonter. Le président russe, Vladimir Poutine, a attribué la baisse de la monnaie nationale et celle du pétrole à la spéculation et à la politique occidentale. La dépréciation du rouble constitue un test politique majeur pour le chef de l'Etat, dont la popularité dépend en partie de sa réputation de garant de la prospérité et de la stabilité économiques. WASHINGTON - Barack Obama devrait promulguer d'ici la fin de la semaine une proposition de loi adoptée samedi par le Congrès qui autorise de nouvelles sanctions contre la Russie en riposte à la politique de Moscou en Ukraine, a déclaré hier le porte-parole de la Maison blanche Josh Earnest. A LONDRES, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a pourtantt déclaré que la Russie avait fait récemment des "gestes constructifs" pour réduire les tensions en Ukraine. Aucun combat n'a été signalé au cours de la nuit de lundi à mardi dans l'est de l'Ukraine, a dit pour sa part le président ukrainien Petro Porochenko, qui voit dans ce retour au calme une avancée positive dans l'éventuelle mise en oeuvre d'un plan de paix. --- LONDRES - Les Etats-Unis n'ont pris "aucune décision" sur le vote éventuel au Conseil de sécurité des Nations unies de résolutions susceptibles de définir un calendrier pour le règlement du conflit israélo-palestinien, a déclaré John Kerry hier. Avec l'aide de la Jordanie, les Palestiniens doivent soumettre aujourd'hui au Conseil de sécurité un projet de résolution appelant à la fin de l'occupation israélienne des territoires palestiniens d'ici novembre 2016. Les Etats-Unis ont déjà laissé entendre qu'ils jugeaient le calendrier palestinien inacceptable. Ils pourraient être contraints d'utiliser leur droit de veto si les Palestiniens semblent en mesure de réunir la majorité requise de neuf voix parmi les 15 membres du Conseil de sécurité. La France est favorable à "une initiative au Conseil de sécurité qui permette l'adoption de paramètres et d'un calendrier pour (la) négociation" sur un règlement définitif du conflit israélo-palestinien, a pour sa part rappelé le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. BRUXELLES - Les députés européens ne se prononceront pas aujourd'hui sur une résolution appelant les Etats membres de l'UE à reconnaître un Etat de Palestine, mais voteront sur une motion de compromis qui soutient le principe d'une reconnaissance de la Palestine et d'une solution à deux Etats et appelle à la poursuite des négociations israélo-palestiniennes. --- DAKAR - Les dirigeants africains réunis à Dakar pour un forum sur la sécurité ont appelé hier les pays occidentaux à agir pour régler la crise en Libye, qui déstabilise l'ensemble de la région. "La Libye est désormais un terrain fertile pour le terrorisme et toutes sortes de criminels", a ainsi déclaré le président tchadien Idriss Déby, en jugeant que l'Otan avait une obligation à agir face au chaos libyen après avoir contribué au renversement de Mouammar Kadhafi en 2011 à l'instigation de la France et de la Grande-Bretagne. TRIPOLI - Des combats ont continué d'opposer hier en Libye les forces des deux gouvernements rivaux pour le contrôle des plus importants ports pétroliers de l'est du pays, sur fond de menaces de sanctions européennes. L'UE s'est déclarée prête à envisager des sanctions, si nécessaire, contre ceux qui empêchent une solution à la crise politique en Libye, a déclaré mardi Federica Mogherini, Haute représentante de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité commune. Les combattants du pouvoir basé à Tripoli ont progressé lundi en direction de l'est pour tenter de s'emparer des ports pétroliers d'Es Sider et de Ras Lanouf. Ces deux terminaux sont fermés, ce qui réduit considérablement les exportations de pétrole. Les forces du gouvernement internationalement reconnu, qui a été contraint de fuir Tripoli en août dernier, ont lancé de nouvelles attaques aériennes hier contre les combattants massés aux abords d'Es Sider, ont déclaré des responsable de l'est de la Libye. --- WASHINGTON - L'ancien gouverneur de Floride Jeb Bush a annoncé hier sur sa page Facebook qu'il allait "étudier activement la possibilité de se présenter à la présidence des Etats-Unis en 2016". Fils de l'ancien président George H.W. Bush et frère de l'ex-président George W. Bush, Jeb Bush, 61 ans, membre du Parti républicain, a été gouverneur de Floride entre 1999 et 2007 et n'a occupé depuis aucune fonction publique. Sa candidature pourrait mener à un nouveau duel entre deux des plus importantes familles de la politique américaine 24 ans après la victoire de Bill Clinton face à George H.W. Bush. Hillary Clinton, ancienne secrétaire d'Etat et femme de Bill Clinton, fait en effet figure de favorite du camp démocrate pour 2016. --- PARIS - La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, juge inutile une nouvelle réforme du régime de base des retraites et qualifie d'"irresponsable" tout catastrophisme en la matière. Elle s'appuie sur les dernières projections du Conseil d'orientation des retraites (Cor), qui prennent en compte l'impact de sa réforme du 20 janvier 2014 et font apparaître des perspectives financières moins négatives que celles de fin 2012, sur lesquelles le gouvernement s'est adossé pour élaborer cette réforme des retraites de bases. --- PARIS - La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a souhaité hier un gel des tarifs des autoroutes en 2015 et attend un effort d'un milliard d'euros des sociétés concessionnaires, qui pourrait prendre la forme d'une taxe sur leurs bénéfices. "C'est un des points en discussion avec les sociétés d'autoroutes", a-t-elle déclaré sur BFMTV à propos d'un gel des tarifs des péages l'an prochain. "Je le souhaite, parce les tarifs ont trop augmenté par rapport au coût de la vie, donc il faut rendre aux automobilistes un peu de justice et d'équité tarifaire." Les péages devraient augmenter en moyenne de 0,6% l'an prochain sur les réseaux exploités par les filiales de Vinci, Eiffage et Abertis.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant