RESUME DE L'ACTUALITE A 03h00 GMT (13/03)

le
0

BAGDAD - La progression de l'armée irakienne et des milices chiites a été ralentie à Tikrit, où des combats avec les djihadistes de l'Etat islamique (EI) étaient signalés hier au lendemain de l'entrée des forces gouvernementales dans la ville. Les djihadistes se sont emparés en juin dernier du fief familial de l'ancien président Saddam Hussein. Ils occupent notamment le vaste ensemble de bâtiments construits par Saddam et dont ils ont fait leur quartier général. Selon un officier interrogé au centre de commandement de l'armée irakienne, ce complexe, ainsi que trois autres quartiers du centre de Tikrit, sont toujours tenus par l'EI. L'avancée des troupes gouvernementale est freinée par la présence de tireurs embusqués et de bombes posées par les djihadistes. --- BEYROUTH - Le chef de l'Etat islamique, Abou Bakr al Baghdadi, a accepté le ralliement à son groupe des islamistes nigérians de Boko Haram, a annoncé son porte-parole dans un message audio diffusé hier. Les autorités camerounaises ont de leur côté rapporté que Boko Haram se livrait à des représailles à caractère ethnique contre des arabophones du nord du Nigeria, les accusant d'aider l'armée tchadienne engagée dans la lutte transfrontalière contre l'organisation islamiste. Les attaques contre les Baggaras - groupe ethnique qui parle une forme d'arabe répandue au Tchad - ont poussé 10.000 habitants à fuir le Nigeria en direction du Cameroun au cours des dernières semaines. --- ISMAILIA, Egypte - Un officier et deux soldats égyptiens ont été blessés hier soir dans une attaque à la grenade contre un barrage militaire à El Arich, dans le nord du Sinaï, a-t-on appris de sources proches des services de sécurité. Cette attaque est survenue à la veille de l'ouverture d'une conférence internationale organisée dans la station balnéaire de Charm el Cheikh, à 340 km au sud d'El Arich, au cours de laquelle l'Egypte espère attirer des milliards de dollars d'investissements étrangers. De nombreux dirigeants de grandes entreprises multinationales, des responsables politiques et des représentants des grandes institutions internationales sont attendus à cette conférence. --- BRUXELLES - Les ministres de l'Intérieur des pays de l'Union européenne ont décidé hier de renforcer à partir du mois de juin les contrôles aux frontières de l'Espace Schengen, conformément à l'appel en ce sens lancé par les dirigeants européens après l'attentat début janvier à Paris contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo. Les ressortissants des pays de l'UE entrant dans l'Espace Schengen, ensemble de libre circulation des personnes entre 26 pays européens dont 22 de l'UE, seront soumis à des vérifications plus importantes basées sur une liste d'"indicateurs communs de risque" visant à repérer les combattants de retour de zones de conflit et autres personnes jugées dangereuses. Il n'a pas été donné de précisions sur ces indicateurs, les autorités mettant en avant des raisons de sécurité. --- REYKJAVIK - L'Islande a retiré sa candidature à l'Union européenne, a annoncé hier le ministère islandais des Affaires étrangères. Après les élections législatives de 2013, le nouveau gouvernement de centre droit s'était engagé à mettre fin au processus d'adhésion lancé par un gouvernement de gauche en 2009. --- PARIS - Il est vital pour la Grèce d'obtenir une restructuration de sa dette publique afin de retrouver des marges de manoeuvre lui permettant de planifier et d'organiser son économie et de se financer à nouveau sur les marchés, a déclaré hier Alexis Tsipras. "Nous ne pouvons plus prétendre que la dette publique du pays est viable et que son service peut être assuré quand elle est à 178%" du produit intérieur brut, a dit le Premier ministre grec. Alexis Tsipras s'exprimait au siège de l'OCDE à Paris, où il a signé un accord d'assistance technique pour l'identification et la mise en oeuvre de réformes de l'économie grecque par son gouvernement issu des élections de mi-janvier. Alors que des économistes s'inquiètent du risque d'un défaut de paiement du pays et de son éventuelle sortie de la zone euro, Alexis Tsipras a une nouvelle fois exprimé sa volonté de rompre de manière "irréversible" avec les années d"'austérité" imposée par la "troïka" constituée par l'Union européenne, la Banque centrale européenne et le FMI en échange de leur aide à la Grèce. --- SAINT-JEAN-DE-SOUDAIN, Isère - La France doit retrouver confiance à la faveur de la reprise économique pour ne plus avoir peur, a déclaré hier François Hollande qui s'efforce avec Manuel Valls de détourner les électeurs du Front national avant les élections départementales. "C'est au moment où, justement, nous sommes dans cette phase de reprise qu'il faut ouvrir les yeux, ne rien nier de la réalité, des difficultés, mais avoir confiance dans ce que nous sommes", a dit le président, qui visitait des entreprises exportatrices en Isère, un département qui pourrait basculer à droite le 29 mars. "C'est en ayant confiance dans ce que nous pouvons porter ensemble que nous n'aurons plus peur", a dit le chef de l'Etat, pour qui la baisse de l'euro, des taux d'intérêt et des prix du pétrole constituent un environnement idéal et une bouffée d'oxygène pour les entreprises françaises. --- BRASILIA - L'ancien militant d'extrême gauche italien Cesare Battisti, condamné par contumace dans son pays pour quatre assassinats durant les "années de plomb", a été arrêté hier par la police fédérale brésilienne en vue de sa probable expulsion vers la France, a déclaré un porte-parole de la police. La semaine dernière, un juge de Brasilia a annulé le visa de l'ancien militant et a ordonné qu'il quitte le pays. L'avocat de Cesare Battisti a annoncé que son client déposerait un recours contre l'ordre d'expulsion qu'il juge anticonstitutionnel. --- DAKAR - Le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola depuis plus d'un an en Afrique de l'Ouest dépasse les 10.000 morts, selon les derniers chiffres fournis par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le Liberia est la pays le plus touché, avec 4.162 décès. Viennent ensuite la Sierra Leone, avec 3.655 morts, et la Guinée, avec 2.187. --- PARIS - L'Autorité de la concurrence a infligé un montant total de 192,7 millions d'euros d'amendes à dix producteurs de produits laitiers frais pour s'être entendus sur les prix des produits vendus sous marques de distributeurs entre 2006 et 2012. Elle a condamné pour entente les producteurs Yoplait, Senagral (Senoble), Lactalis, Novandie (groupe Andros), Les Maîtres Laitiers du Cotentin, Laïta, Alsace Lait, Laiterie de Saint Malo, Yeo Frais (groupe 3A) et Laiteries H. Triballat (Rians)". Yoplait, qui a révélé l'existence du cartel, a été exonéré d'une amende de 44,7 millions d'euros, et Senagral, deuxième à donner l'alerte, a vu la sienne réduite à 46 millions d'euros, contre un montant initial prévu de 101,3 millions.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant