RESUME DE L'ACTUALITE A 02h10 GMT (26/07)

le
0
TOKYO - Dix-neuf personnes ont été tuées et 25 autres blessées 
dans une attaque à l'arme blanche dans un centre pour handicapés 
de Sagamihara, près de Tokyo, commise dans la nuit de lundi à 
mardi, ont déclaré les autorités locales. 
    La police de Sagamihara, une ville située dans la préfecture 
de Kanagawa, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de 
Tokyo, a arrêté un homme de 26 ans qui avait été employé par le 
centre, du nom de Satoshi Uematsu.  
    Dix-neuf personnes sont état de mort cardiaque, a annoncé la 
préfecture de Kanagawa, et vingt-cinq ont été blessées, dont 
vingt grièvement. 
    L'agence Kyodo précise que le suspect, vêtu d'un t-shirt 
noir, s'est rendu désarmé dans un commissariat de police et a 
annoncé qu'il était l'auteur de l'attaque. La police enquête sur 
le mobile de l'attaque.  
    Les employés du centre Tsukui Yamayuri-En ont appelé la 
police à 2h30 heure locale (17h30 GMT) pour signaler un homme 
armé d'un couteau dans le centre, rapporte la presse japonaise. 
     --- 
    ISTANBUL - La reprise en main du gouvernement turc s'est 
poursuivie hier, Recep Tayyip Erdogan estimant que le peuple 
turc réclame le rétablissement de la peine de mort, quelques 
heures après l'émission d'un mandat d'arrêt à l'encontre de 42 
journalistes et l'annonce de licenciements dans la compagnie 
aérienne nationale turque Turkish Airlines. 
    "Que dit le peuple aujourd'hui ? Il veut que la peine de 
mort soit rétablie. Et nous, en tant que gouvernement, nous 
devons écouter ce que le peuple dit", a dit Recep Tayyip Erdogan 
dans une interview diffusée lundi soir à la chaîne de télévision 
allemande ARD. 
    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude 
Juncker, a déclaré lundi matin que si la Turquie devait 
réintroduire la peine de mort, les négociations d'adhésion à 
l'UE seraient "immédiatement" stoppées  
    Turkish Airlines a en outre licencié 211 employés, le groupe 
évoquant notamment leurs liens avec un groupe religieux qui est 
selon le président turc à l'origine du putsch manqué du 15 
juillet. 
    Des mandats d'arrêt ont été lancés contre 42 journalistes, 
dix jours après l'échec d'un putsch, a rapporté la chaîne de 
télévision NTV.  
    Les autorités ont suspendu, interpellé ou placé sous enquête 
judiciaire plus de 60.000 militaires, policiers, magistrats, 
enseignants, fonctionnaires et autres depuis l'échec du putsch.  
  
     --- 
    BERLIN - Le Syrien de 27 ans qui s'est fait exploser 
dimanche soir aux abords d'un festival de musique organisée dans 
la ville bavaroise d'Ansbach, dans le sud de l'Allemagne, 
blessant 15 personnes, avait fait allégeance à l'Etat islamique 
(EI) selon une vidéo trouvée dans son téléphone portable, a 
déclaré le ministre de l'Intérieur du Land. 
    Dans la foulée des déclarations du ministre, le groupe 
extrémiste sunnite a revendiqué la responsabilité de l'attaque 
d'Ansbach, via son agence Amaq. 
    L'attaque survenue à Ansbach, petite ville de 40.000 
habitants, au sud de Nuremberg, qui abrite également une base 
militaire américaine, représente la quatrième attaque contre des 
civils en Allemagne en une semaine.  
    Le gouvernement fédéral a décidé d'augmenter la présence 
policière dans les aéroports et les gares et a ordonné des 
contrôles et des fouilles aléatoires dans les zones proches des 
frontières du pays à la suite de la série d'attaques meurtrières 
intervenues ces derniers jours.  
     --- 
    BAGDAD - Un attentat suicide à la voiture piégée, revendiqué 
par l'Etat islamique (EI), a fait 16 morts hier matin à l'entrée 
d'une ville située au nord de Bagdad. 
    Amaq, l'agence de communication de l'Etat islamique, a 
précisé que l'attaque visait l'armée irakienne à Khalis, située 
dans la province orientale de Diyala de l'Irak, une zone à la 
frontière de l'Iran où vivent aussi bien des musulmans sunnites 
que chiites.     
     --- 
    FORT MYERS, Floride - La police de Floride a annoncé avoir 
arrêté trois personnes mais dit rechercher d'autres suspects 
liés à la fusillade survenue hier aux premières heures dans une 
discothèque de Floride, qui a tué deux adolescents et en a 
blessé des dizaines d'autres. 
    La fusillade est intervenue peu après 04h30 GMT sur le 
parking du Club Blu, la boîte de nuit qui accueillait la fête, 
située à Fort Myers en Floride, a précisé la police de la ville. 
L'attaque n'était pas un acte de terreur, a-t-elle poursuivi. 
    Cette dernière a ajouté que Stef'An Strawder, une gloire de 
l'équipe de basket-ball d'un lycée du coin âgée de 18 ans, et 
Sean Archilles, 14 ans, avait été tués. Le pronostic vital de 
deux autres personnes est engagé, ont dit des responsables 
médicaux. 
    Trois personnes qui ont tenté de fuir les lieux de la 
fusillade ont été interpellées et sont accusées en lien avec la 
course-poursuite qui a suivi, a annoncé le bureau du shérif. 
     --- 
    PHILADELPHIE - Les partisans d'Hillary Clinton et de Bernie 
Sanders ont couverts de leurs chahuts les discours d'ouverture 
de la convention démocrate qui doit adouber Hillary Clinton pour 
l'élection présidentielle du 8 novembre aux Etats-Unis. 
    Les premiers orateurs programmés ont peiné hier à se faire 
entendre, couverts par les cris et les chants des soutiens du 
sénateur du Vermont Bernie Sanders, puis par un fracas 
assourdissant émanant de la majorité favorable à Clinton. 
    "Nous sommes tous des démocrates et nous devons agir en tant 
que tels", a dit la représentante Marcia Fudge, présidente de la 
convention, tentant de calmer le chahut. 
    La divulgation par Wikileaks de 19.000 courriels suggérant 
que le Comité national démocrate (CND) a cherché à saborder la 
campagne Sanders a mis à mal le front uni que souhaitaient 
présenter les dirigeants du parti pour mieux contrer la campagne 
accidentée du candidat républicain Donald Trump. 
    Investi la semaine dernière par le Parti républicain, Donald 
Trump a pratiquement refait son retard sur Hillary Clinton dans 
les intentions de vote selon le dernier sondage Reuters/Ipsos. 
     --- 
    NICE - La policière municipale qui affirme avoir subi des 
pressions pour modifier son rapport sur le dispositif de 
sécurité en vigueur le soir de l'attentat du 14 juillet à Nice a 
formulé un signalement au parquet afin de faire "toute la 
lumière sur cette affaire", a annoncé son avocat. 
    Sandra Bertin, qui dirige le centre de supervision urbain 
(CSU) de Nice, a déclaré ce week-end qu'une "personne pressée" 
du ministère de l'Intérieur lui avait donné pour instruction de 
mentionner la présence de policiers nationaux sur les lieux de 
l'attentat.  
    Ses accusations ont été qualifiées de "graves" par le 
ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a dit son 
intention de porter plainte pour diffamation.  
    Lors d'un discours prononcé ce matin devant des militaires 
de l'opération Sentinelle à Vincennes, dans le Val-de-Marne, 
François Hollande a estimé que le débat autour d'un attentat 
était légitime mais qu'il ne pouvait y avoir de "polémique ou 
d'affrontement". 
    Invité de BFM TV et RMC, Manuel Valls a accusé pour sa part 
une partie de la droite, gagnée selon lui par "une trumpisation 
des esprits", d'alimenter la polémique sur la sécurité à Nice 
lors de l'attentat du 14 juillet aux seules fins de 
"déstabiliser le gouvernement".      
     --- 
    PARIS - Après l'opposition de droite, 61 députés de la 
"gauche de la gauche" ont déposé à leur tour un recours auprès 
du Conseil constitutionnel sur la loi Travail adoptée 
définitivement jeudi dernier par le Parlement. 
     C'est la première fois que "la gauche de la gauche" dépose 
un recours sur un texte présenté par le gouvernement. 
    Ses signataires rappellent que le conseil des ministres n'a 
été consulté qu'une seule fois pour permettre l'application de 
l'article 49-3 de la Constitution, alors que le Premier ministre 
l'a utilisé à trois reprises pour passer en force, et estiment 
que le droit d'amendement n'a pas été respecté. 
    Le Conseil constitutionnel dispose d'un mois pour se 
prononcer sur les arguments avancés dans les saisines déposées 
par l'opposition de droite et par la "gauche de la gauche". 
     --- 
    NEW YORK - Verizon Communications a annoncé l'acquisition 
des activités internet de Yahoo pour 4,83 milliards de dollars 
(4,4 milliards d'euros) en numéraire, clôturant ainsi un long et 
douloureux processus d'enchères pour l'un des pionniers du web. 
    L'opération renforcera AOL, devenue l'an dernier la filiale 
internet de Verizon après son rachat pour 4,4 milliards de 
dollars, en lui apportant les outils et technologies de Yahoo en 
plus d'autres actifs comme son moteur de recherche et ses 
services de messagerie. 
    La transaction, qui devrait être finalisée début 2017, 
marque aussi la fin de Yahoo en tant que société opérationnelle. 
L'entreprise dirigée par Marissa Mayer ne conserve plus que deux 
participations de choix, 15% dans Alibaba et 35,5% dans Yahoo 
Japan. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant