RESUME DE L'ACTUALITE A 02h10 GMT (16/10)

le
0
    LAUSANNE, Suisse - Le secrétaire d'Etat américain doit se 
rendre aujourd'hui à Londres, comme son homologue russe, où il 
fera le point avec d'autres Etats impliqués dans le dossier 
syrien, dont la France.     
    Hier, les discussions sur la Syrie organisées à Lausanne se 
sont achevées au bout de quatre heures sans déboucher sur de 
quelconques avancées concrètes. 
    Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre 
russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov se sont retrouvés 
dans l'après-midi à Lausanne, avec les représentants de sept 
pays de la région (l'Iran, l'Irak, la Jordanie, l'Egypte, la 
Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar). Aucun communiqué commun 
n'a été publié à l'issue de la réunion. 
    Près de quatre semaines après la rupture de la trêve 
négociée bilatéralement par Kerry et Lavrov, et douze jours 
après la décision de Washington de suspendre toute coopération 
avec la Russie, la réunion marquait une nouvelle approche de la 
question syrienne, dont l'Europe est absente. 
    Kerry a dit à la presse qu'un consensus se dessinait sur un 
certain nombre d'options susceptibles de conduire à 
l'instauration d'un nouveau cessez-le-feu, tout en concédant que 
les échanges avaient parfois été vifs.  
    Lavrov, qui avait dit plus tôt ne rien attendre de 
particulier de cette réunion, a déclaré à des agences de presse 
russes que les pays étaient convenus de garder le contact dans 
un avenir proche afin de mettre fin à la crise syrienne. 
     --- 
    LAUSANNE, Suisse - Deux ressortissants américains détenus au 
Yémen par des miliciens houthis ont été libérés et conduits au 
sultanat d'Oman voisin, a annoncé hier le secrétaire d'Etat, 
John Kerry, précisant qu'un avion avait été dépêché de Muscat, 
la capitale d'Oman, pour Sanaa, la capitale yéménite. 
    --- 
    NIAMEY - Un humanitaire américain a été enlevé avant-hier 
soir à son domicile d'Abalak dans le centre du Niger par des 
hommes armés qui ont tué ses deux gardes du corps et pris la 
direction du Mali, a-t-on appris auprès du maire de la ville.  
    Les deux gardes ont été tués par des hommes arrivés à moto 
puis un 4x4 a pris en charge l'Américain et l'a conduit vers le 
nord en direction de la frontière malienne, a déclaré Ahmed 
Dilo. Des coups de feu ont été tirés et l'un des deux gardes 
tués est un soldat nigérien, a ajouté le maire d'Abalak. 
    Jeffery Woodke, qui travaille pour une ONG locale, JEMED, 
vit au Niger depuis 1992. Aucun ressortissant américain n'avait 
encore été kidnappé au Niger. En 2009 avait eu lieu une 
tentative d'enlèvement visant le personnel de l'ambassade 
américaine dans un hôtel de Tahoua, imputée à des militants 
islamistes.  
     --- 
    WASHINGTON - La Corée du Nord a testé un missile balistique 
à portée intermédiaire, mais cet essai s'est soldé par un échec, 
a annoncé hier le Pentagone. 
    L'essai raté est le dernier d'une longue série, mené au 
mépris des résolutions des Nations unies, ce qui a déclenché la 
condamnation des Etats-Unis, qui promet de "tenir responsable de 
ses actions" la Corée du Nord. Selon l'armée américaine, le 
missile a été tiré près de la ville de Kusong, dans le 
nord-ouest de la péninsule coréenne.  
     --- 
    WASHINGTON - Donald Trump, que plusieurs femmes ont accusé 
ces derniers jours de harcèlement et d'agressions sexuels, s'est 
dit victime hier d'un complot favorisant sa rivale démocrate, 
Hillary Clinton. 
    A 24 jours de l'élection présidentielle du 8 novembre, le 
candidat républicain, déjà épinglé par ses propos obscènes sur 
les femmes lors d'une conversation enregistrée en 2005 et 
divulguée le 7 octobre par le Washington Post, doit désormais 
faire face à des révélations sur son comportement vis-à-vis de 
femmes ayant eu affaire à lui. 
    Vendredi, une ancienne candidate de l'émission de 
téléréalité The Apprentice que présentait le magnat new-yorkais 
de l'immobilier a réuni la presse à Los Angeles et raconté 
comment elle avait été victime d'attouchements et d'avances 
sexuelles déplacées de sa part. Les premiers témoignages de 
femmes accusant Trump de les avoir sexuellement agressées il y a 
plusieurs années ont été publiés mercredi par le New York Times. 
    "Une présidente va être élue aux Etats-Unis", a déclaré hier 
François Hollande en référence à Hillary Clinton, portée par des 
sondages favorables et cette semaine critique pour son rival. 
     --- 
    PARIS - La négociation sur la sortie du Royaume-Uni de 
l'Union européenne doit aller à son terme sans remettre en cause 
les principes de libre circulation au sein de l'Union, a déclaré 
hier François Hollande. 
    Si ces principes sont fragilisés, d'autres pays voudront eux 
aussi obtenir des concessions, a estimé le président français 
lors d'une conférence sur l'Europe, à Paris. 
    La chancelière allemande, Angela Merkel, a exprimé la même 
position quelques heures plus tôt, soulignant que la 
Grande-Bretagne ne pourrait obtenir des concessions sur la 
liberté de circulation des personnes tout en conservant un accès 
entier au marché unique européen. 
     
    A PARIS, Le président français a jugé hier que l'Europe et 
les Etats européens devaient agir pour relancer la croissance 
économique et ne pas laisser cette responsabilité à la seule 
Banque centrale européenne. Il a notamment souhaité que les pays 
en excédent utilisent leur marge de manoeuvre au service de la 
relance. 
    A STRASBOURG, Michel Sapin et Wolfgang Schäuble, qui étaient 
invités hier à s'exprimer sur "le moteur franco-allemand", ont 
exclu toute initiative institutionnelle à court terme.  
    Contraintes par les échéances électorales et la montée des 
partis populistes, la France et l'Allemagne doivent relancer 
l'Union européenne "par le bas", en trouvant une réponse rapide 
aux inquiétudes des citoyens, ont affirmé les ministres des 
Finances des deux pays. 
     --- 
    PARIS - Près de 8 Français sur 10 (78%) estiment qu'il n'est 
pas justifié que François Hollande s'exprime autant face à des 
journalistes, après la publication d'un nouveau livre de 
confidences du chef de l'Etat, selon un sondage Ifop pour le 
Journal du dimanche.  
    François Hollande a tenté, en exprimant hier ses "regrets" 
aux magistrats, d'éteindre la zone la plus menaçante de 
l'incendie provoqué par la parution de "Un président ne devrait 
pas dire ça", le livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme.  
    François Hollande y qualifie, selon des propos rapportés, 
les footballeurs de "gosses mal éduqués", juge que l'immigration 
est trop importante et confirme qu'il utilise le terme de 
"sans-dents" pour les pauvres. Certains voient un "suicide 
politique" dans cette parole sans filtre parfois en totale 
contradiction avec ses discours et ses actions de président. 
     --- 
    PARIS - Une cinquantaine d'individus ont lancé des cocktails 
molotov contre la police et brûlé huit véhicules hier après-midi 
à Bastia, a annoncé le ministre de l'Intérieur, qui a condamné 
"avec la plus grande fermeté" ces violences "inacceptables". 
    Aucun blessé n'est à déplorer, mais un dispositif de 
sécurité conséquent sera maintenu toute la soirée, a-t-il 
précisé dans un communiqué. 
    Les violences sont intervenues à l'issue d'une manifestation 
de soutien à trois jeunes nationalistes corses condamnés le 6 
octobre à Paris à des peines d'emprisonnement pour des attentats 
à l'explosif à Corte (Haute-Corse) en 2012 contre l'Office de 
l'environnement et la sous-préfecture. 
     --- 
    KIGALI - Etape majeure dans la lutte contre le changement 
climatique, près de 200 pays réunis au Rwanda ont approuvé à 
Kigali un accord de réduction des gaz hydrofluorocarbures (HFC), 
qu'on trouve dans les réfrigérateurs ou les climatiseurs et qui 
jouent un rôle important sur l'effet de serre.  
    Le texte, soutenu par les Etats-Unis et la Chine, les deux 
premiers pays pollueurs de la planète, divise les pays en trois 
groupes en fonction de la date à laquelle ils devront réduire 
l'usage de ces gaz industriels dont la contribution à l'effet de 
serre peut être 10.000 fois plus puissante que le dioxyde de 
carbone. 
    Les pays développés, comprenant les Etats-Unis et la plupart 
des pays d'Europe, s'engagent à diminuer l'usage des gaz HFC de 
10% d'ici 2019 et de 85% d'ici 2036. Beaucoup de ces pays ont 
déjà commencé.   
    Les deuxième et troisième groupes, représentant les pays en 
développement, devront geler leur utilisation des HFC d'ici 2024 
ou 2028, avant de réduire progressivement leur consommation. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant