RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (29/09)

le , mis à jour à 04:23
0

(Répétition sans changement) NATIONS UNIES - Vladimir Poutine et Barack Obama ont convenu hier soir, lors de leur premier entretien bilatéral en plus de deux ans, d'explorer des options pour une solution politique en Syrie mais divergent toujours sur le sort de Bachar al Assad, allié de Moscou dont Washington réclame le départ. Les deux hommes ont également approuvé le principe de discussions tactiques entre leurs deux armées pour éviter tout conflit lors d'éventuelles opérations en Syrie. Le tête à tête de 90 minutes, qui s'est tenu en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, a été qualifié de "franc et fructueux" par le président russe. Les deux dirigeants ont discuté de l'engagement russe contre l'organisation djihadiste EI (Etat islamique) en Syrie, a dit le chef du Kremlin. Selon le responsable américain, les chefs de la diplomatie des deux pays vont poursuivre des discussions politiques et le Pentagone s'occupera d'organiser des échanges entre officiers. Dans la journée, Barack Obama, qui s'est exprimé un peu avant Vladimir Poutine à la tribune de la 70e Assemblée générale de l'Onu, a indiqué que les Etats-Unis étaient "prêts à travailler avec toutes les nations, y compris la Russie et l'Iran", les deux principaux alliés de Damas, pour résoudre le conflit syrien. Mais il a aussi réaffirmé que toute solution au conflit passait par le départ d'Assad, qu'il a qualifié de "tyran", une position également défendue par François Hollande. Le chef du Kremlin a quant à lui prôné à la tribune de l'Onu la création d'une coalition élargie en Syrie pour lutter contre les "terroristes" et réaffirmé son soutien au régime de Bachar al Assad, jugeant que le refus de coopérer avec le président syrien constituait une "énorme erreur". --- NATIONS UNIES - François Hollande a annoncé hier à l'Onu que l'aide annuelle de la France aux pays pauvres pour la lutte contre le changement climatique passerait de trois à cinq milliards d'euros en 2020. L'augmentation de l'aide sera constituée de prêts "mais aussi de dons", a-t-il précisé en référence à l'aide globale de 100 milliards d'euros jugée nécessaire pour aider les pays pauvres à faire face au réchauffement climatique. La France se prépare à accueillir en décembre la conférence COP21 sur le changement climatique. --- CAP CANAVERAL, Floride - De l'eau coulerait à la surface de la planète Mars au cours de l'été martien, selon une étude publiée lundi. Si sa source et sa composition chimique restent inconnues, cette découverte pourrait bouleverser la perception de cette planète et accréditer l'existence de vie sur Mars. Les scientifiques disent avoir trouvé la trace de sels qui ne se forment qu'en présence d'eau dans des chenaux qui courent le long de falaises situées dans la région équatorienne de la planète rouge. Ces écoulements, dont l'existence a été repérée en 2011, apparaissent au cours des mois chauds et ils disparaissent lorsque la température diminue. --- MADRID - Au lendemain de la victoire des séparatistes aux élections régionales en Catalogne, le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, s'est dit prêt à discuter avec le futur gouvernement de la Généralité mais uniquement "dans le cadre de la loi". Rajoy, dont le gouvernement a empêché l'an dernier la tenue d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne en faisant valoir qu'une telle consultation aurait violé la Constitution espagnole, s'est posé en garant de la légalité et de l'unité de l'Espagne. "Il y a beaucoup de choses dont on peut discuter. Mais tant que je serai président du gouvernement, je ne discuterai jamais de l'unité de l'Espagne, de la souveraineté nationale ou de la liberté des Espagnols", a-t-il dit. --- BERLIN - La justice allemande a ouvert hier une enquête pour fraude concernant l'ancien président du directoire de Volkswagen Martin Winterkorn, en raison de la manipulation des tests sur les émissions polluantes des moteurs diesel du groupe. Le constructeur allemand, devenu au premier semestre leader mondial des ventes, a pour sa part suspendu les responsables des activités de recherche et développement de ses marques Volkswagen, Audi et Porsche. Cette affaire, qui ternit l'image de fiabilité de l'industrie allemande, ébranle l'ensemble du secteur automobile européen, objet d'une suspicion généralisée. --- ZURICH - Les versements effectués par la Fédération internationale de football (Fifa) au président de la confédération européenne (UEFA), Michel Platini, étaient licites, a dit hier le président démissionnaire de l'instance suprême du football mondial, Sepp Blatter. Michel Platini a adressé pour sa part une lettre aux membres de l'UEFA, dans laquelle il dit avoir proposé de s'expliquer devant le comité d'éthique de la Fifa pour lever toutes les interrogations qui pourraient entourer le versement à son bénéfice de 2 millions de francs suisses (1,83 million d'euros) provenant des caisses de la Fifa. --- KUNDUZ, Afghanistan - Les taliban afghans ont pris hier le contrôle du centre de Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan. La prise de cette ville de 300.000 habitants par les rebelles marque l'un des plus graves revers pour les forces de sécurité en quatorze ans de guerre. Les taliban avaient lancé à l'aube des attaques concertées aux trois principales entrées de la ville. Quelques heures plus tard, ils ont hissé leur drapeau blanc sur la grande-place de la ville puis ont occupé les bureaux du gouverneur provincial et le quartier général de la police. --- PARIS - Plus de vingt ans après les faits, la cour d'appel de Paris s'apprête à refaire le match dans le litige qui a opposé Bernard Tapie au Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas. Saisie par le Consortium de réalisation (CDR), structure publique qui gère le passif du Crédit Lyonnais, la cour a annulé le 17 février dernier la sentence arbitrale qui avait accordé 404 millions d'euros à Bernard Tapie en 2008, avec les intérêts. Bernard Tapie, qui espère obtenir plus d'argent et faire reconnaître "sa qualité de victime", réclamera un montant un peu supérieur à un milliard d'euros. --- PARIS - Le procès de Claude Guéant dans l'affaire des primes en liquide perçues au ministère de l'Intérieur de 2002 à 2004, quand il était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, a été suspendu hier après l'examen de questions de procédure. L'audience devant le tribunal correctionnel, qui juge l'ex-ministre de l'Intérieur pour complicité et recel de détournement de fonds publics, reprendra jeudi matin. Claude Guéant, 70 ans, est soupçonné d'avoir "ordonné" à l'ancien directeur général de la police nationale Michel Gaudin, également poursuivi, de lui remettre 210.000 euros provenant des frais d'enquête et de surveillance du ministère de l'Intérieur, "à des seules fins d'enrichissement personnel". --- PARIS - Société Générale envisagerait de fermer d'ici à 2020 jusqu'à 20% de ses agences sur les 2.221 que la banque compte en France, écrit Les Echos en citant plusieurs sources syndicales. Au total, 400 agences de la banque pourraient baisser le rideau, peut-on lire sur le site internet du quotidien. Celui-ci précise que la décision n'est pas prise mais que le groupe a engagé des négociations avec les représentants de ses salariés.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant