RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (29/05)

le , mis à jour à 04:23
0

ZURICH - Sepp Blatter a de bonnes chances d'obtenir aujourd'hui à 79 ans un cinquième mandat de président de la Fédération internationale de football malgré le scandale de corruption qui ébranle la Fifa depuis mercredi et l'appel à la démission lancé hier par le président de l'UEFA, Michel Platini. Le Suisse a souhaité hier des réformes pour effacer l'humiliation qui touche l'instance dirigeante du football mondial tout en assurant qu'il ne pouvait "pas surveiller tout le monde tout le temps". Il s'est entretenu avec Michel Platini, qui a réclamé sa démission. "Les gens en ont marre, les gens ne veulent plus (ce) président (...) et moi non plus", a déclaré l'ancien capitaine de l'équipe de France. "Aujourd'hui je viens te demander de quitter la Fifa, de démissionner de la Fifa." Il a ajouté qu'une "très très grande majorité des associations nationales européennes" allaient voter pour le rival de Sepp Blatter, le prince jordanien Ali. --- AMMAN - L'Armée de la conquête, une coalition de groupes rebelles, a annoncé hier avoir pris Ariha, dernière ville de la province d'Idlib dans le nord-ouest de la Syrie, qui était encore tenue par le gouvernement. La coalition, appelée Djaich al Fatah, a notamment pour membre le front Al Nosra, branche syrienne d'Al Qaïda. Elle a dit avoir pris le contrôle de plusieurs barrages qui défendaient la ville. La télévision syrienne publique a ensuite annoncé que l'armée syrienne s'était retirée d'Ariha. --- LONDRES/PARIS - Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré hier que les relations de son pays avec l'Union européenne n'étaient pas assez bonnes et a invité ses homologues européens à être "imaginatifs" pour mettre en oeuvre la réforme de l'UE qu'il souhaite voir avant un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE d'ici fin 2017. S'exprimant après une rencontre avec François Hollande à Paris au premier jour d'une tournée européenne pour tenter de convaincre ses partenaires, David Cameron a expliqué qu'il avait reçu pour mandat de répondre aux inquiétudes des électeurs britanniques vis-à-vis de l'UE. Soulignant que la France souhaitait que le Royaume-Uni reste dans l'UE, il s'est montré disposé à négocier de façon pragmatique avec Londres. David Cameron présentera ses propositions, nous les discuterons et nous verrons comment nous pouvons avancer pour que le peuple britannique puisse être consulté sur une base qui lui permette de faire le choix qui lui correspond", a dit le président français. David Cameron est attendu aujourd'hui à Varsovie et Berlin pour des entretiens avec ses homologues polonaise, Ewa Kopacz et allemande, Angela Merkel. --- ATHENES - Le gouvernement grec espère conclure un accord financier avec ses créanciers d'ici dimanche, a déclaré hier son porte-parole, mais la BCE et le FMI restent très prudents sur les chances d'une issue rapide des discussions en cours. Vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Vitor Constancio a souligné la gravité de la situation en excluant pour l'instant tout allégement des contraintes imposées à la Grèce en matière d'accès aux liquidités. S'il a exclu une sortie de la Grèce de la zone, il a évoqué la possibilité d'un défaut. Christine Lagarde, directrice générale du FMI, s'est montrée plus pessimiste en disant qu'une sortie de la Grèce de la zone euro était possible, tout en ajoutant que cela ne signifierait probablement pas la fin de la monnaie unique. --- MADRID - Six personnes, dont deux anciens trésoriers du Parti populaire (PP) au pouvoir en Espagne, vont être jugées pour des faits de corruption et de financement occulte, a annoncé hier la justice espagnole. Le procès, qui devrait s'ouvrir d'ici la fin de l'année, tombe mal pour le président du gouvernement Mariano Rajoy car il devrait coïncider avec des élections législatives périlleuses pour le parti conservateur après son récent recul aux élections régionales et municipales. --- BORDEAUX - L'ancien ministre UMP Eric Woerth a été blanchi hier des accusations d'abus de faiblesse sur la milliardaire Liliane Bettencourt pour obtenir un financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007. L'ex-ministre, qui était également soupçonné d'avoir décerné la Légion d'honneur en 2008 à Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal en échange de l'embauche de son épouse en 2007 dans sa société, a aussi été relaxé pour ce "trafic d'influence" présumé. Le tribunal correctionnel de Bordeaux a en revanche condamné le photographe François-Marie Banier et Patrice de Maistre à des peines de prison ferme pour "abus de faiblesse", notamment, aux dépens de l'héritière de L'Oréal de 2006 à 2010. François-Marie Banier, accusé d'avoir bénéficié des largesses de Liliane Bettencourt pour des montants dépassant 400 millions d'euros, a été condamné à trois ans de prison dont six mois avec sursis et 350.000 euros d'amende. Il devra en outre verser à la tutelle de Liliane Bettencourt 158 millions d'euros de dédommagements sur le plan civil, et les deux immeubles qui avaient été saisis durant la procédure seront confisqués. Patrice de Maistre a été condamné à trois ans de prison dont un an avec sursis et 250.000 euros d'amende pour avoir obtenu des libéralités à hauteur de 12 millions d'euros. --- PARIS - François Fillon a accusé implicitement hier François Hollande d'avoir ourdi une machination politique en faisant courir la thèse selon laquelle il avait demandé à l'Elysée d'accélérer le cours de la justice contre Nicolas Sarkozy. L'ancien Premier ministre UMP poursuit le secrétaire général de l'Élysée, Jean-Pierre Jouyet, et deux journalistes du Monde en diffamation. Il a déclaré au tribunal correctionnel de Paris avoir la conviction que le bras droit du chef de l'Etat était en "service commandé" quand il a fait état devant ces deux derniers d'une démarche de cette nature de sa part. "Je n'accepte pas une telle salissure, dont je ne conçois que trop les motifs", a dit François Fillon, qui a parlé d'une "opération" visant à le "décrédibiliser" et à "semer la zizanie" dans sa famille politique. --- PARIS - Les militants socialistes ont reconduit hier Jean-Christophe Cambadélis au poste de Premier secrétaire du PS, un scrutin qui légitime son autorité sur le parti et, par extension, la "ligne" de François Hollande et de Manuel Valls. Cette désignation confirme sans surprise le vote des militants du PS de la semaine dernière sur les quatre "motions d'orientation" qui étaient en lice. La motion "loyaliste" de Jean-Christophe Cambadélis avait rallié 60% des suffrages tandis que celle des élus "frondeurs", emmenée par le député Christian Paul, avait recueilli 29% des voix.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant