RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (25/07)

le
0
ANSBACH, Bavière - Douze personnes ont été blessées, dont trois 
grièvement, hier soir dans une explosion à Ansbach, près de 
Nuremberg, et un homme suspecté d'être l'agresseur est mort, a 
déclaré un porte-parole de la police. 
    L'homme tué dans l'explosion, un ressortissant syrien de 27 
ans, portait un sac à dos et sans doute un engin explosif, a dit 
le porte-parole de la police. Il semble avoir agi seul, a-t-il 
ajouté. Plus de 2.000 personnes ont été évacuées d'un festival 
de musique à proximité. 
    Survenue selon les médias locaux à l'intérieur d'un 
restaurant, la détonation a été entendue à 22h12 (20h12 GMT), 
précise la police.  
    C'est le quatrième incident violent à survenir en Allemagne 
en une semaine.  
 
    MUNICH - Le tireur qui a tué neuf personnes vendredi soir à 
Munich prévoyait de commettre un carnage depuis qu'il avait 
visité, voici un an, l'endroit où une fusillade avait fait 15 
morts en 2009 dans un collège du sud-ouest de l'Allemagne, ont 
déclaré hier des responsables bavarois. 
    La police a également annoncé dans la soirée l'arrestation 
d'un adolescent afghan âgé de 16 ans qu'elle soupçonne d'avoir 
été au courant des intentions du tueur et de ne pas avoir alerté 
les autorités. Le jeune homme a été interrogé après avoir 
contacté la police à la suite de la tuerie, les enquêteurs ayant 
relevé des contradictions dans son témoignage. 
    Le procureur de Bavière Thomas Steinhaus-Koch a déclaré que 
le tireur avait été traité contre l'angoisse et hospitalisé en 
établissement psychiatrique entre juillet et septembre 2015. 
    Les éléments retrouvés au domicile de l'agresseur montrent 
qu'il jouait souvent à des jeux vidéos violents et avait acheté 
son arme, un pistolet Glock 17, sur le "dark net", une partie 
d'internet accessible seulement avec des logiciels particuliers, 
a déclaré Robert Heimberger, président du Bureau d'enquête 
criminelle du Land de Bavière. 
    Les parents du tireur sont toujours en état de choc et n'ont 
pas encore pu être interrogés par la police, a-t-il dit. D'autre 
part, il a été établi que les victimes de la fusillade n'étaient 
pas des camarades de lycée du tireur. 
     
    BERLIN - Un réfugié syrien âgé de 21 ans et armé d'une 
machette a tué une femme et blessé deux autres personnes hier à 
Reutlingen dans le Bade-Wurtemberg (sud de l'Allemagne) avant 
d'être arrêté, a rapporté la police allemande. 
    Au vu des premiers éléments, rien n'indique qu'il s'agisse 
d'un acte terroriste, a-t-elle ajouté. 
    L'individu, qui a fait une demande d'asile, a déjà commis 
d'autres agressions. Il a agi apparemment seul, a déclaré un 
porte-parole de la police. 
     --- 
    PARIS - La polémique sur le dispositif de sécurité du 14 
juillet à Nice est montée d'un cran hier avec la plainte pour 
diffamation déposée par Bernard Cazeneuve après les déclarations 
d'une responsable de la police municipale faisant état de 
pressions du ministère de l'Intérieur pour l'amener à modifier 
un rapport. 
    Le ministre de l'Intérieur a démenti toute intervention de 
ses services, dénonçant "des accusations indignes", et s'en est 
pris aux responsables politiques locaux qui mettent en cause le 
gouvernement depuis l'attentat qui a fait 84 morts sur la 
promenade des Anglais. 
    Ces polémiques portent sur les moyens mis en oeuvre par 
l'Etat pour assurer la sécurité du public lors du feu d'artifice 
du 14-juillet, le Front national et certains à droite jugeant 
que l'attaque au camion qui a fait 84 morts sur la promenade des 
Anglais, aurait pu être évitée. 
    Dans une interview au Journal du Dimanche, Sandra Bertin, 
chef du Centre de supervision urbain (CSU) de la ville de Nice, 
qui était en poste le soir de l'attaque, indique qu'un 
représentant de la place Beauvau lui a donné pour instruction de 
mentionner la présence de policiers nationaux sur les lieux de 
l'attaque. 
     --- 
    BAGDAD - Un attentat suicide revendiqué par le groupe Etat 
islamique (EI) a fait au moins six morts et 20 blessés hier 
matin à l'entrée d'un quartier majoritairement chiite du 
nord-ouest de Bagdad, a-t-on appris de sources policières et 
médicales. 
    Selon l'organisation djihadiste, qui a publié un message de 
revendication via son agence Amaq, le kamikaze a pris pour cible 
les forces de sécurité stationnées à l'entrée du quartier de 
Khadimiya. 
     --- 
    DAMAS - Une attaque au mortier sur la vieille ville de 
Damas, contrôlée par le gouvernement syrien, a fait de 
nombreuses victimes hier, rapportent l'Observatoire syrien des 
droits de l'homme (OSDH) et un témoin. 
    Un obus a touché un restaurant dans le quartier de Bab 
Touma, a déclaré ce témoin qui a dénombré au moins six morts. 
L'OSDH confirme pour sa part "plusieurs" décès et des dizaines 
de blessés. 
     --- 
    BEYROUTH - Le gouvernement syrien s'est dit prêt, hier, à 
entamer de nouveaux pourparlers de paix avec l'opposition et 
résolu à chercher une solution politique au conflit, qui a fait 
plus de 250.000 morts en cinq ans. 
    "La Syrie (...) est prête à poursuivre le dialogue entre 
Syriens sans conditions préalables (...) et sans ingérence 
étrangère, avec le soutien des Nations unies", selon l'agence de 
presse officielle Sana, citant un responsable au sein du 
ministère des Affaires étrangères. 
    Après l'échec des dernières tentatives, l'Onu espère 
convoquer une nouvelle séance de discussions de paix à Genève, 
le mois prochain. 
     --- 
    ISTANBUL - Des dizaines de milliers de partisans du parti au 
pouvoir (AKP) et du principal parti d'opposition (CHP) en 
Turquie se sont rassemblés hier sur la place Taksim, dans le 
centre d'Istanbul, pour soutenir "la République et la 
démocratie" après le putsch avorté du 15 juillet. 
    Fait inhabituel, les chaînes de télévision 
pro-gouvernementales ont retransmis en direct un discours du 
chef du CHP, Kemal Kilicdaroglu, sur la place où drapeaux turcs 
et portraits de Kemal Atatürk, le fondateur de la République 
turque, étaient de sortie. 
    "Ce jour est un jour d'unité, un jour où nous nous levons 
contre les coups d'Etat et les régimes dictatoriaux, un jour où 
nous faisons entendre la voix du peuple", a déclaré le dirigeant 
d'opposition. "Nous sommes tous ensemble aujourd'hui à Taksim. 
Ce jour est un jour où nous écrivons l'Histoire tous ensemble." 
    Le chef de file du CHP a publié une "déclaration de Taksim" 
condamnant la tentative de coup d'Etat et appelant à la 
réconciliation nationale. 
     --- 
    PHILADELPHIE - Bernie Sanders a réclamé et obtenu hier la 
démission de la présidente du Parti démocrate après la 
divulgation par Wikileaks de milliers de courriels qui ont semé 
le trouble au sein du Parti démocrate à la veille de la 
convention d'investiture de Hillary Clinton à Philadelphie. 
    Les 19.000 courriels du Comité national démocrate (CND), 
l'instance dirigeante du parti, semblent confirmer les 
accusations de Sanders selon lesquelles le CND avait une 
préférence pour Hillary Clinton et a cherché à saborder sa 
propre campagne. 
    "Je ne suis pas choqué, mais je suis déçu", a déclaré Bernie 
Sanders sur ABC, réclamant à nouveau, comme il l'avait déjà fait 
cette année, la démission de la présidente du CND Debbie 
Wasserman Schultz. 
    La représentante de Floride a annoncé un peu plus tard 
renoncer à ses fonctions, jugeant que c'était le meilleur moyen 
pour le Parti démocrate d'atteindre son objectif: la Maison 
blanche. 
    Cette crise interne est un coup dur pour le Parti qui 
comptait justement afficher son unité par contraste avec la 
chaotique convention républicaine, boudée par de nombreux 
responsables du GOP en désaccord avec Donald Trump. 
    La convention, qui débute lundi et s'étend sur quatre jours, 
doit officialiser l'investiture de Hillary Clinton comme 
candidate à l'élection présidentielle du 8 novembre. 
     --- 
    LAUSANNE - Le Comité international olympique (CIO) a décidé 
de ne pas suspendre la délégation russe des Jeux olympiques de 
Rio, qui s'ouvrent le 5 août, et de laisser aux fédérations 
sportives internationales le soin de trancher si les athlètes 
russes peuvent y participer. 
    L'annonce du CIO fait suite à l'appel de l'Agence mondiale 
antidopage (AMA) à exclure la Russie des Jeux de Rio, après la 
publication d'un rapport indépendant qui a conclu à un dopage 
répandu des athlètes russes notamment aux Jeux d'hiver de Sotchi 
en 2014. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant