RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (24/06)

le , mis à jour à 04:15
0

PARIS - Les présidents français Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, ainsi que leurs conseillers et collaborateurs ont été écoutés par le renseignement américain de 2006 à 2012, rapportent Libération et Médiapart, citant des documents de WikiLeaks. Le site fondé par Julian Assange diffuse, avec les deux médias français, une série de documents regroupés sous le nom "Espionnage Elysée" qui rendent compte des écoutes téléphoniques menées par la NSA (National Security Agency) jusqu'au sommet de l'Etat français. Un conseil de défense se réunira ce matin à l'Elysée afin d'évoquer cette affaire, a indiqué la présidence de la République. Le ministère des Affaires étrangères s'est refusé à tout commentaire mais Laurent Fabius devrait s'exprimer à la sortie du conseil des ministres. Aux Etats-Unis, le département d'Etat n'a pas souhaité s'exprimer. Libération souligne que le contenu des notes "ne révèle pas de secret d'Etat" mais témoigne "de l'intérêt porté par la NSA à la France". Le quotidien en prend pour preuve l'extrait de base de données de la NSA également dévoilé par WikiLeaks, contenant des numéros de téléphone de responsables parmi les plus éminents, dont Nicolas Sarkozy lui-même. Une note datée du 22 mai 2012 fait état de réunions secrètes à Paris, approuvées par François Hollande, pour étudier, déjà, les conséquences d'une potentielle sortie de la Grèce de la zone euro. --- PARIS - Bouygues a rejeté hier soir l'offre du groupe européen de télécoms Altice, maison-mère de Numericable-SFR, en vue du rachat de sa filiale Bouygues Telecom, estimant que cette dernière est en mesure aujourd'hui de poursuivre seule son développement. Le groupe de BTP, de médias et de télécommunications explique notamment avoir jugé les risques d'exécution d'un mariage entre sa filiale et Numericable-SFR trop importants au regard des enjeux de concurrence. "Aucune réponse pleinement satisfaisante n'est apportée par Altice sur ce sujet essentiel (du droit de la concurrence, ndlr) qui serait étudié en détail par l'Autorité de la concurrence", souligne Bouygues dans un communiqué diffusé à l'issue de la réunion de son conseil d'administration. "En outre, elle ne prend pas en compte le lancement imminent de la procédure d'attribution des fréquences 700 MHz et ses conséquences sur l'opération", poursuit le groupe. Bouygues justifie également sa décision par les risques sociaux et en termes d'emplois que pourrait comporter un tel mariage, déjà vu d'un très mauvais oeil par le gouvernement. --- ATHENES - Les ministres des Finances de la zone euro se réunissent ce soir à 19h00 (17h00 GMT) pour tenter de parvenir à un accord sur la dette grecque, deux jours après que de nouvelles propositions d'Athènes ont été qualifiées par ses partenaires de bonne base de négociation. Des députés grecs de la coalition au pouvoir critiquent cependant vivement les concessions proposées par le gouvernement d'Alexis Tsipras aux créanciers du pays, qu'ils jugent contraires aux engagements pris il y a cinq mois devant les électeurs. Prévoyant entre autres un recul de l'âge du départ à la retraite et une hausse de certaines cotisations sociales, ce programme cadre mal avec les promesses du chef du parti de gauche Syriza pendant la campagne des élections victorieuses de janvier, puisque Tsipras s'engageait alors à mettre fin à cinq ans de politiques d'austérité. Sans le soutien d'une majorité de députés, Alexis Tsipras pourrait être contraint de retourner devant les électeurs, soit via un référendum soit via des législatives anticipées, ce qui prolongerait l'incertitude autour du sort de la Grèce et plus largement de l'avenir de la zone euro. Alexis Tsipras a prévu de rencontrer aujourd'hui, avant l'Eurogroupe, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le président de la BCE, Mario Draghi, et la directrice générale du FMI Christine Lagarde, qui représentent les trois grandes institutions créancières d'Athènes. --- BRUXELLES - La Commission européenne somme la Hongrie d'expliquer les raisons pour lesquelles elle a cessé d'accueillir des demandeurs d'asile en provenance d'autres Etats de l'Union européenne, ce qui constitue une infraction aux règles communautaires. "La Commission a demandé à la Hongrie une clarification immédiate sur la nature et la portée de ce manquement technique et sur les mesures prises pour remédier à la situation", a dit un porte-parole de la Commission. Les Européens participent jeudi à Bruxelles à un sommet dont l'un des dossiers sera la gestion des demandeurs d'asile d'Afrique ou du Moyen-Orient qui arrivent massivement depuis le début de l'année en Grèce et en Italie. Selon la garde-côte italienne, plus de 3.700 migrants ont été secourus ces deux derniers jours en Méditerranée. --- BEYROUTH - Les forces kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) ont annoncé hier la prise d'Aïn Issa, dans la province syrienne de Rakka, fief des djihadistes de l'Etat islamique (EI). La ville se trouve à 50 kilomètres au nord de Rakka, chef lieu de la province et "capitale" du califat proclamé par l'EI à cheval sur les frontières de la Syrie et de l'Irak. Plus à l'ouest, les hommes de l'EI ont dynamité deux mausolées musulmans antiques qu'ils jugeaient sacrilèges à Palmyre, ville classée au patrimoine mondial de l'Unesco pour ses ruines romaines. L'organisation djihadiste a exhorté ses partisans à faire du mois du ramadan une "calamité" pour les chrétiens, les chiites et les "apostats sunnites". --- PARIS - Le gouvernement français appelle Eurotunnel à rechercher "d'autres solutions" que la cession de deux ferrys à la société danoise DFDS en raison d'inquiétudes sur les conséquences pour quelque 600 emplois dans la région. L'opérateur du tunnel sous la Manche a annoncé le 7 juin la vente à DFDS de deux bateaux, le Berlioz et le Rodin, qui effectuaient la liaison Douvres-Calais et étaient exploités sous l'enseigne MyFerryLink par des salariés de l'ancienne SeaFrance regroupés en coopérative (Scop). Ces salariés, qui sont au nombre de 600 environ et dont la Scop risque la liquidation, ont manifesté hier, entraînant la fermeture pendant plusieurs heures du tunnel sous la Manche et des blocages dans le port de Calais. --- PARIS - Le Conseil constitutionnel devra se prononcer sur l'offre payante de transport entre particuliers UberPOP et la conformité de son interdiction, dans un contexte d'exacerbation des tensions entre les utilisateurs de ces services et les taxis. La Cour de cassation a décidé hier de transmettre aux "Sages" une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur cette disposition de la loi Thévenoud adoptée en octobre 2014. Elle interdit la mise en relation de clients non enregistrés comme chauffeurs pour des prestations de taxi, sous peine de deux ans de prison et 300.000 euros d'amende. Mais l'Américain Uber, auteur de la QPC, conteste cette disposition, qu'il juge peu claire et contraire à la liberté d'entreprendre. --- PARIS - La lutte contre la fraude fiscale a rapporté 19,3 milliards d'euros à l'Etat français en 2014, selon un rapport du Comité national de lutte contre la fraude. "Les opérations de contrôle fiscal (...) ont permis de rectifier 15,3 milliards d'euros de droits et d'appliquer près de quatre milliards d'euros de pénalités", lit-on dans une synthèse de ce rapport. Ce résultat est supérieur à celui de 2013 (18 milliards d'euros) et des années antérieures. --- PARIS - Paris s'est officiellement lancée dans la course à l'organisation des Jeux olympiques de 2024 qu'elle espère organiser un siècle après les avoir accueillis, en misant sur la mobilisation du monde sportif. La candidature de la capitale française ne faisait plus de doute depuis que le Conseil de Paris l'avait soutenue à une très large majorité en avril, convaincu s'il le fallait par un rapport d'opportunité remis en début d'année.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant