RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (20/10)

le
0

PARIS - François Hollande et Manuel Valls ont défendu hier le dialogue social face aux critiques et ont appelé les partenaires sociaux à de nouveaux compromis sur le chantier de la délicate réforme du Code du travail et sur le compte personnel d'activité. Lors de la quatrième conférence sociale de son quinquennat, le chef de l'Etat a prôné l'apaisement et fait l'éloge des syndicats réformistes face aux attaques de Nicolas Sarkozy et à la colère de la CGT qui a boycotté la journée de travail. Saluant la "responsabilité" des partenaires sociaux qui ont trouvé un accord vendredi sur les retraites complémentaires, le président français les a invités à parvenir à un compromis sur le futur compte personnel d'activité. Après une table ronde sur le sujet, son rapporteur a annoncé que "le principe d'une négociation a été acté sous la forme d'un accord ou d'une position commune portant sur les principes, la méthode et le calendrier". En permettant d'additionner les droits acquis dans les comptes de formation, les comptes pénibilité et les comptes épargne-temps, voire d'autres, le compte d'activité, qui suivra chaque personne toute sa carrière, doit apporter plus de sécurité en donnant notamment davantage accès à la formation. La ministre du Travail, Myriam El Khomry, présentera fin octobre un document d'orientation pour qu'un compromis puisse intervenir mi-décembre, a dit François Hollande. Le projet de loi comprendra aussi la réforme du Code du travail, bien plus délicate politiquement et dont les orientations seront dévoilées le 28 octobre, a annoncé Manuel Valls en clôture de la conférence sociale. Le Premier ministre a précisé qu'il faudrait définir trois niveaux pour simplifier une législation du travail devenue "illisible" : un socle de droits et principes fondamentaux garantis par la loi, les dispositions relevant des accords collectifs et les règles venant suppléer l'absence d'accord. --- MOSCOU/PARIS - La Russie a présenté hier ses excuses à la France pour avoir accusé à tort l'armée de l'air française de s'être approchée "dangereusement" d'un avion russe transportant une délégation parlementaire russe en route vers la Suisse, une information démentie par Paris. Après plusieurs heures de confusion, les autorités suisses ont fait savoir que l'appareil évoqué par Moscou était un avion de chasse suisse F-18 et qu'il s'agissait d'un contrôle de routine. La France a elle déploré la convocation de son ambassadeur à Moscou. "Apparemment, (...) la France a indiqué qu'il ne s'agissait pas d'un avion de l'armée française mais d'un avion de l'armée suisse", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, Maria Zakharova, sur la chaîne de télévision Rossiya 24. "A la suite de quoi la France a reçu des excuses par les canaux diplomatiques". Dans l'après-midi, le ministère russe des Affaires étrangères avait annoncé qu'un avion de chasse français s'était "dangereusement" rapproché d'un appareil transportant le président de la chambre basse du Parlement russe dans l'espace aérien français. --- PARIS - L'ambassadeur de France en Israël est convoqué aujourd'hui par le ministère des Affaires étrangères israélien pour s'expliquer sur une proposition, attribuée à la France, d'envoyer des observateurs internationaux sur l'esplanade des mosquées de Jérusalem. L'accès à ce lieu saint de l'islam et du judaïsme est au coeur du regain de tensions israélo-palestiniennes de ces dernières semaines qui ont fait huit morts côté israélien et une quarantaine côté palestinien. Des rumeurs, démenties par Israël, ont notamment circulé en septembre sur une modification des règles - "statu quo" - qui régissent le site depuis 1967. --- BERKASOVO, Serbie/LJUBLJANA - Des milliers de migrants étaient bloqués hier dans le froid et la pluie dans les Balkans, après la fermeture par la Hongrie de sa frontière sud et la mise en place par la Solvénie d'un quota quotidien d'entrées. La Slovénie, qui a annoncé qu'elle n'accepterait que 2.500 nouveaux migrants par jour, en a cependant laissé entrer 5.000 hier en provenance de Croatie. Deux mille autres ont passé la frontière à pied à travers champs, en suivant des voies de chemin de fer, après être, semble-t-il, arrivés non loin de là en train. Ils ont été rassemblés par la police slovène et conduits vers un camp dont la capacité théorique est de 400 personnes, a constaté un journaliste de Reuters. Plus de 10.000 migrants sont bloqués en Serbie, a déclaré le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), et d'autres sont en chemin. --- DRESDE, Allemagne - Des milliers de partisans du mouvement anti-immigration Pegida ont manifesté hier soir à Dresde, dans l'est de l'Allemagne, contre la politique d'asile du gouvernement de la chancelière Angela Merkel. La police n'a pas communiqué de chiffre de participation mais les médias allemands évaluaient entre 15.000 et 20.000 le nombre de personnes présentes, ce qui en ferait le plus important rassemblement de Pegida à Dresde depuis des mois. Cela est moins cependant que les 25.000 qui s'étaient réunis un soir de janvier dernier. Dans le même temps, 14.000 personnes ont pris part à une contre-manifestation, en exhortant la population à tendre la main aux réfugiés qui affluent en Allemagne. --- BEYROUTH/AMMAN - Les rebelles qui combattent l'armée syrienne et ses alliés au sud d'Alep, dans le nord-ouest de la Syrie, ont annoncé hier avoir reçu de nouveaux missiles antichars TOW, de fabrication américaine, fournis par des pays hostiles au président Bachar al Assad. Appuyée par des frappes aériennes russes, l'armée gouvernementale, soutenue par des soldats iraniens et des miliciens chiites libanais du Hezbollah, a lancé vendredi dernier une offensive dans la région. Les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL), contactés par Reuters, ont déclaré avoir reçu des armes durant le week-end, même si l'un d'eux a estimé que c'était en nombre insuffisant. GENEVE - Trente-cinq mille personnes ont été déplacées par les combats de ces derniers jours près d'Alep, a rapporté hier le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies. La Turquie, qui héberge déjà plus de deux millions de Syriens, a dit craindre un nouvel afflux de réfugiés en raison des bombardements russes. --- CALGARY/MONTREAL - Le parti libéral canadien de Justin Trudeau a remporté cette nuit une large victoire aux élections législatives face au Premier ministre sortant, le conservateur Stephen Harper, selon des projections de la chaîne télévisée CTV basées sur des résultats préliminaires. Le dirigeant conservateur, au pouvoir depuis 2006, était donné nettement battu par les derniers sondages alors qu'au début de la campagne électorale, voici 11 semaines, les trois grands partis - conservateurs, libéraux et Nouveau parti démocratique (NPD, centre gauche) étaient pratiquement à égalité. Mais l'ampleur de la victoire de Justin Trudeau, 43 ans, fils de l'ancien Premier ministre Pierre Trudeau, dépasse tous les pronostics, indique CTV, sans toutefois préciser pas si les libéraux sont en mesure de remporter la majorité absolue. --- NEW YORK - Crédit agricole a accepté de payer une amende de 787 millions de dollars (694 millions d'euros) pour mettre fin aux enquêtes sur des soupçons d'opérations financières au profit d'individus ou de pays visés par des sanctions économiques des Etats-Unis, a-t-on appris de source proche du dossier. Les termes de l'accord à l'amiable conclu avec les autorités américaines devraient être annoncés aujourd'hui, a-t-on précisé cette nuit de même source. Crédit agricole était poursuivi pour avoir violé les règles américaines d'embargo en facilitant des transactions en dollars avec le Soudan, l'Iran, Cuba et la Birmanie. L'an dernier, BNP Paribas a versé un montant record de 8,97 milliards de dollars et plaidé coupable de violation de sanctions. --- JOHANNESBURG - L'athlète paralympique sud-africain Oscar Pistorius est sorti de prison cette nuit, un an après avoir été condamné à cinq ans de réclusion pour avoir tué sa petite amie, Reeva Steenkamp, rapporte la presse sud-africaine. La commission des libérations anticipées s'était prononcée jeudi dernier en faveur d'une libération conditionnelle pour Oscar Pistorius, qui va être placé en résidence surveillée à compter d'aujourd'hui.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant