RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (20/07)

le
0

PARIS - La France est prête à participer à une organisation renforcée de la zone euro et à constituer une "avant-garde" avec les pays qui le souhaiteront, déclare François Hollande, jugeant le renforcement de l'Union européenne indispensable pour regagner la confiance des peuples séduits par les eurosceptiques. "La zone euro a su cette semaine réaffirmer sa cohésion avec la Grèce (...) mais nous ne pouvons en rester là", écrit le chef de l'Etat dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche à l'occasion des 90 ans, ce lundi, de l'ancien président de la Commission européenne Jacques Delors. "J'ai proposé de reprendre l'idée de Jacques Delors du gouvernement de la zone euro et d'y ajouter un budget spécifique ainsi qu'un Parlement pour en assurer le contrôle démocratique", poursuit François Hollande. "Partager une monnaie (...) c'est un choix que 19 pays ont fait parce que c'était leur intérêt. Ce choix appelle une organisation renforcée et avec les pays qui en décideront, une avant-garde. La France y est prête". Il est temps, écrit-il, pour l'UE de convaincre de sa capacité à être la meilleure organisation politique pour répondre aux crises économiques, écologiques et sécuritaires dans les années à venir et, pour ce faire, être plus politique et moins réglementaire. ATHÈNES - Le gouvernement grec a autorisé par décret la réouverture des banques aujourd'hui, après près de trois semaines de fermeture. Il a également été décidé de modifier les seuils de retrait d'argent liquide, qui passent de 60 euros par jour à 420 euros par semaine. Le décret pris hier maintient toutefois l'interdiction de virer des fonds situés sur des comptes bancaires grecs vers des comptes à l'étranger et les autres mesures de contrôle des capitaux. Dans le même temps, les nouveaux ministres du gouvernement d'Alexis Tsipras ont prêté serment au lendemain d'un remaniement lors duquel les personnalités de son ancienne équipe les plus ouvertement hostiles à l'accord conclu avec les créanciers du pays ont été priées de partir. BERLIN - Angela Merkel a jugé possible, hier , de discuter d'un changement des maturités de la dette grecque ou d'une réduction des intérêts versés par Athènes une fois achevé avec succès le premier examen du nouveau projet de renflouement de la Grèce. "La Grèce a déjà obtenu une aide. Les créanciers privés ont accepté une décote et nous avons allongé les maturités et réduit les taux d'intérêt", a déclaré la chancelière allemande dans une interview à la chaîne ARD, qui sera diffusée ce dimanche. "Et nous pourrons reparler de telles possibilités (...) une fois que sera achevé avec succès le premier examen du programme à négocier. Cette question sera alors discutée, pas maintenant, mais à ce moment-là", a-t-elle ajouté. BERLIN - Le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel critique son collègue des Finances Wolfgang Schäuble pour avoir défendu l'idée d'une sortie temporaire de la Grèce de la zone euro, dans une interview diffusée aujourd'hui par la ZDF. "A mon avis, il n'était pas raisonnable de présenter cette suggestion comme une idée allemande", estime le patron du Parti social-démocrate (SPD), partenaire de coalition des conservateurs (CDU-CSU) d'Angela Merkel. --- BEYROUTH - L'armée syrienne a annoncé hier le lancement d'une offensive contre les rebelles islamistes dans la région côtière de Lattaquié, dans des secteurs proches du fief ancestral de la famille Assad. Selon une source militaire citée par la presse officielle, les bombardements aériens se sont intensifiés au cours des 48 dernières heures contre des localités tenues par les rebelles dans le nord-est de la province de Lattaquié. Cinq villages ou reliefs, dont Beït Khadour, Beït Zaïfa, Tel alKhadar et le Djebel al Rahamliya, ont été repris aux insurgés et les forces gouvernementales se rapprochent de secteurs du nord de la province, proches de la frontière turque, aux mains de la rébellion, a déclaré l'armée. LONDRES - Le Premier ministre britannique David Cameron souhaite que la Grande-Bretagne intervienne davantage en Syrie aux côtés des Etats-Unis pour combattre l'organisation Etat islamique (EI). "Je veux que la Grande-Bretagne en fasse davantage", dit-il dans une interview accordée à la chaîne américaine NBC diffusée hier, tout en rappelant qu'il doit pour cela obtenir l'aval du Parlement. "Nous parlons et nous discutons en ce moment, y compris avec les partis d'opposition, de ce que nous pouvons faire de plus. Mais soyez sûrs que nous sommes déterminés à travailler avec vous à la destruction du califat dans les deux pays", ajoute-t-il. L'EI a proclamé l'an dernier un califat en Irak et en Syrie. --- WASHINGTON - Le département d'Etat américain a transmis hier aux membres du Congrès l'accord sur le nucléaire iranien conclu mardi dernier à Vienne, y compris les annexes et autres documents rattachés. Dans le même temps, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exhorté les élus du Capitole, qui ont désormais soixante jours à compter de lundi pour examiner l'accord, à le rejeter. "N'acceptez pas ce mauvais accord. Attendez un meilleur accord", a déclaré le chef du gouvernement israélien dans l'émission "This Week" sur ABC, l'une des nombreuses interviews accordées ces derniers jours par Benjamin Netanyahu aux médias américains pour dénoncer le pacte de Vienne. --- ADEN, Yémen - Un bombardement des forces chiites houthies dans le port d'Aden au Yémen a fait 43 morts et 173 blessés hier, a déclaré hier le ministère de la Santé du gouvernement en exil, qui a affirmé il y a deux jours avoir libéré la ville. Les combats se poursuivent dans les quartiers nord de Dar al Saad et Sabr et dans le quartier d'Al Maachik entre les miliciens chiites et des combattants locaux soutenus par la coalition anti-houthie dirigée par l'Arabie saoudite. --- GAZA - Six voitures appartenant à des membres du Hamas et du Djihad islamique ont été détruites hier par des explosions dans la bande de Gaza, a-t-on appris auprès de témoins. Ces explosions, qui se sont produites dans la ville de Gaza où le Hamas est solidement ancré, n'ont pas fait de victimes. Les deux organisations visées ont publié un communiqué commun dans lequel elles dénoncent les "traîtres" qui ont commis ces attaques, suggérant par là qu'il s'agit selon elles de Palestiniens, et non d'Israël. Le Hamas et le Djihad islamique promettent par ailleurs que les auteurs seront "retrouvés et punis". Les attaques n'ont pas été revendiquées mais le Hamas, au pouvoir dans l'enclave palestinienne, est confronté à la rivalité croissante de sympathisants des groupes djihadistes Etat islamique (EI) et Al Qaïda, lesquels voudraient imposer un ordre plus dur à Gaza et mener une guerre ouverte avec Israël. --- DAKAR - Le procès de l'ancien dirigeant tchadien Hissène Habré s'ouvre aujourd'hui à Dakar où il devra répondre de crimes contre l'humanité. Agé de 72 ans, l'ex-président tchadien souffre de problèmes cardiaques. On ignore dans quelle mesure son état de santé pourrait affecter son procès. Hissène Habré a été arrêté en 2013 au Sénégal où il vivait en exil depuis le coup d'Etat mené contre lui par Idriss Déby, l'actuel président tchadien, en 1990. --- BORDEAUX - Des buralistes ont neutralisé une dizaine de radars près de Bordeaux dans la nuit de samedi à dimanche pour protester contre le projet d'instauration des paquets neutres de cigarettes en France, a-t-on appris auprès de la chambre syndicale des buralistes de Gironde. Les manifestants ont recouvert les radars situés en bordure de la rocade de contournement de la ville avec des sacs sur lesquels était inscrit : "supprimer mes buralistes ne fera pas baisser le tabagisme. Non au paquet neutre, non au paquet à 10 euros", a dit à Reuters Joaquim Rompante, président de la chambre syndicale.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant