RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (20/04)

le
0
    NEW YORK - Donald Trump, côté républicain, et Hillary 
Clinton, côté démocrate, ont remporté la primaire organisée hier 
dans l'Etat de New York et conforté leur avance, chacun dans 
leur camp, dans la course à l'investiture pour l'élection 
présidentielle du 8 novembre aux Etats-Unis, selon les 
projections des chaînes de télévision américaines. 
    Dans son discours de victoire, Donald Trump a jugé qu'il ne 
pouvait plus être rattrapé par ses deux derniers adversaires, en 
particulier Ted Cruz, qui serait arrivé en troisième position 
derrière John Kasich. 
    L'homme d'affaires a appelé les dirigeants du Parti 
républicain à ne pas lui barrer la route par des jeux d'appareil 
en incitant Ted Cruz et John Kasich à ne pas s'effacer, ce qui 
pourrait empêcher Donald Trump d'atteindre le seuil des 1.237 
délégués qui lui assureraient automatiquement l'investiture lors 
de la convention du Grand Old Party l'été prochain à Cleveland. 
    Côté démocrate, la victoire de Hillary Clinton permet à 
l'ancienne secrétaire d'Etat de briser la dynamique qui portait 
son rival, Bernie Sanders, depuis la fin mars. Sur les huit 
précédentes consultations, le sénateur du Vermont en avait 
remporté sept. 
     --- 
    GENEVE/AMMAN - Riad Hidjab, principal coordinateur du Haut 
Comité des négociations (HCN) mis en place par l'opposition, a 
annoncé hier qu'il allait quitter Genève, estimant qu'il n'y 
avait plus de trêve en Syrie et qu'il ne pouvait être question 
de négocier tant que le peuple syrien souffre. 
    En ce qui concerne le HCN, a-t-il dit, il est désormais 
absent des négociations, même si quelques techniciens demeurent 
sur place à Genève pour des réunions. "Il n'y aura pas de 
solution tant que le président Bachar al Assad restera au 
pouvoir; à cet égard, il rêve!", a dit Riad Hidjab. 
    Les perspectives d'un redémarrage des négociations de paix 
sur la Syrie apparaissent ainsi bien compromises, le régime de 
Damas excluant catégoriquement d'envisager un départ de Bachar 
al Assad. 
    Le HCN a déclaré par la suite que sa décision de reporter 
sine die sa participation aux négociations était renforcée par 
les dernières frappes aériennes qui marquent une "escalade 
dangereuse" dans le conflit. 
    Des raids aériens ont visé hier deux marchés dans le 
nord-ouest du pays, faisant une cinquantaine de morts. Les 
forces gouvernementales soutenues par l'aviation russe ont 
également mené plusieurs attaques contre les insurgés dans la 
province de Lattaquié, rapportent l'Observatoire syrien des 
droits de l'homme (OSDH) et un groupe rebelle. 
     --- 
    RYAD - Barack Obama se rend aujourd'hui en Arabie saoudite 
avec l'intention de rassurer les monarchies sunnites du Golfe 
sur le soutien des Etats-Unis face à leur rival régional, l'Iran 
chiite. 
    Alors que les relations entre les Etats-Unis et leurs alliés 
du Golfe traversent une phase de crispation, Ryad et ses 
voisins, conscients qu'un nouveau président s'installera à la 
Maison blanche en janvier, ne se contenteront pas de belles 
paroles. 
    En l'absence d'un traité officiel de défense, une idée 
exclue avant un précédent sommet, les monarchies du Golfe 
comptent obtenir au moins de nouveaux systèmes de missiles 
     ---     
    KABOUL - Un attentat suicide et une fusillade revendiqués 
par les taliban contre le siège d'un des service afghans de 
sécurité, dans le centre de Kaboul, ont fait hier matin au moins 
28 morts et plus de 320 blessés, selon un bilan du chef de la 
police de la capitale afghane. 
     --- 
    LA HAVANE - Le président cubain Raul Castro effectuera un 
deuxième mandat de cinq ans à la tête du Parti communiste, dont 
la direction ne change pas, a annoncé hier le parti unique au 
terme de son congrès. 
    Agé de 84 ans, Raul Castro, ministre de la Défense de 1959 à 
2008, a pris les rênes du PC cubain en avril 2011. Il a succédé 
à son frère aîné Fidel à la présidence cubaine en 2008. 
    Prenant la parole à la clôture du congrès du parti, Raul 
Castro a souligné que cette réunion, dont la prochaine aura lieu 
dans cinq ans, était la dernière conduite par les dirigeants 
historiques de la révolution. 
     --- 
    PARIS - Le gouvernement précisera dans les six prochains 
mois les conditions de mise en oeuvre d'une future allocation 
destinée aux personnes précaires, y compris les jeunes, qui 
entrera en vigueur en 2018, a annoncé hier Manuel Valls. 
    En attendant cette refonte des minima sociaux, le Premier 
ministre confirme dans une tribune publiée sur Facebook que des 
mesures d'harmonisation et de simplification interviendront en 
2017, année des élections présidentielle et législatives. 
     --- 
    PARIS - Le gouvernement français a vivement réagi à 
l'ultimatum du Medef qui lui a donné trois semaines pour 
rétablir la version initiale du projet de loi Travail, faute de 
quoi le patronat menace de se retirer des négociations sur 
l'assurance-chômage. 
    Pour l'entourage du Premier ministre Manuel Valls, le texte 
en cours d'examen au Parlement est devenu "l'otage de débats 
internes" à l'organisation patronale.  
    Le président du Medef a durci le ton au lendemain d'une 
réunion du conseil exécutif de l'organisation, qui s'est fait 
l'écho d'un rejet croissant exprimé par ses adhérents et ses 
fédérations au fil des modifications apportées sous la pression 
de la rue, des syndicats et d'une grande partie de la gauche. 
     --- 
    PARIS - Bernard Cazeneuve a annoncé une nouvelle doctrine 
d'intervention des forces d'élite en cas de "tuerie de masse", 
comme lors des attentats de Paris, dans l'objectif d'assurer 
leur arrivée sur place en vingt minutes sur tout le territoire. 
    Les unités d'élite de la police et de la gendarmerie, 
appuyées par de nouveaux équipements et dans un maillage 
"renforcé" du territoire, coordonneront désormais de manière 
rapprochée leurs actions en cas d'attaque terroriste, a assuré 
le ministre de l'Intérieur. 
    Gendarmerie et police collaboreront désormais en cas 
"d'urgence absolue" sans préoccupation pour les divisions 
territoriales traditionnelles qui attribuent les zones rurales 
au GIGN (gendarmes), les zones urbaines au Raid (police), et 
Paris aux Brigades de recherche et d'intervention (BRI). 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant