RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (18/06)

le
0
    PARIS - La France s'apprête à boucler aujourd'hui un long 
marathon électoral avec le second tour des législatives, qui 
devrait permettre au président de la République Emmanuel Macron 
d'obtenir une large majorité absolue à l'Assemblée nationale. 
    La République en marche (LREM), le mouvement créé par le 
chef de l'Etat, est donné archi-favori du scrutin dans les 
enquêtes d'opinion, qui prédisent également une abstention 
massive.   
    LREM obtiendrait entre 440 et 470 élus sur 577, selon deux 
sondages publiés hier avant la suspension de la campagne 
électorale à minuit. Aucune autre formation ne serait en mesure 
de faire élire 100 députés.  
     --- 
    LONDRES - Le bilan officiel de l'incendie qui a ravagé cette 
semaine une tour d'habitation de Londres s'est alourdi à 58 
morts ou présumés comme tel tandis que Theresa May, critiquée 
pour son manque d'empathie, réunissait son gouvernement à 
Downing Street pour examiner la réponse des autorités à la 
catastrophe. 
    S'adressant à la presse, le chef de la police de la capitale 
britannique, Stuart Cundy, a annoncé hier que 58 personnes 
avaient été tuées ou étaient portées disparues et présumées 
mortes depuis que le feu a dévasté la Grenfell Tower, tour 
d'habitation de 24 étages du quartier de Kensington, dans 
l'ouest de Londres, dans la nuit de mardi à mercredi. 
    Il a précisé que ce bilan intégrait les 30 décès confirmés à 
ce jour et a ajouté que le nombre de victimes présumées mortes 
était encore susceptible de changer. 
    "Malheureusement, à ce point, 58 personnes dont on nous a 
dit qu'elles se trouvaient dans la Grenfell Tower cette nuit-là 
sont portées disparues et je dois par conséquent présumer avec 
tristesse qu'elles sont mortes", a dit le commissaire Cundy. 
    Si ce bilan est confirmé, la tragédie de la Grenfell Tower 
deviendra l'incendie le plus meurtrier qu'ait connu Londres 
depuis la Deuxième Guerre mondiale. 
    Elle est venue s'ajouter à la vague d'attentats et à la 
crise politique qui ébranle la Grande-Bretagne, pesant sur 
l'humeur de la nation, ainsi que l'a souligné ce matin la reine 
Elizabeth II lors d'une cérémonie organisée au palais de 
Buckingham. 
    "Le pays a connu une succession d'horribles tragédies", 
a-t-elle dit. "Mis à l'épreuve, le Royaume-Uni s'est montré 
résolu face à l'adversité." 
     --- 
     LONDRES - Le Parlement britannique va, fait rare, organiser 
une session législative de deux ans pour faire face aux 
complexités de la décision de la Grande-Bretagne de quitter 
l'Union européenne, a dit hier le gouvernement. 
    Les négociations sur le "Brexit" entre le Royaume-Uni et 
l'Union européenne débutent officiellement demain, point de 
départ d'un processus délicat aux multiples inconnues. 
    Le choc provoqué par le revers électoral de la Première 
ministre Theresa May du 8 juin et la perte de sa majorité 
absolue à la Chambre des communes apportent un degré de 
difficulté supplémentaire au divorce entre Londres et Bruxelles. 
    Une session parlementaire court généralement sur un an, d'un 
printemps à l'autre. Mais le gouvernement a décidé de multiplier 
par deux cette durée afin de permettre aux élus de débattre de 
la manière d'aborder le Brexit sans interruption pendant 24 
mois. 
     --- 
    VIENNE - L'envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, 
Staffan de Mistura, veut lancer le 10 juillet prochain un 
nouveau cycle de discussions sur l'avenir de la Syrie, ont 
annoncé hier ses services. 
    "Il souhaite annoncer qu'il réunira un septième 'round' de 
discussions intersyriennes à Genève. La date-cible pour 
l'arrivée des invités est le 9 juillet, avec un cycle débutant 
le 10 juillet", soulignent les services du diplomate 
italo-suédois. D'autres sessions de discussions suivraient en 
août puis en septembre. 
    L'armée syrienne a annoncé de son côté l'entrée en vigueur 
ce samedi d'un cessez-le-feu à Deraa, une ville du sud du pays 
dont elle tente depuis un mois, avec l'aide de ses alliés, de 
reprendre aux rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) qui en 
contrôlent une partie. 
     --- 
    MAZAR-I-SHARIF, Afghanistan - Un soldat afghan a ouvert le 
feu hier sur des soldats dans une base du nord de l'Afghanistan, 
tuant un militaire afghan et blessant sept militaires 
américains, a-t-on appris auprès du commandement des forces 
américaines dans le pays. 
    L'état-major américain à Kaboul a ajouté que les 
informations de source militaire afghane qui faisaient état plus 
tôt dans la journée de quatre soldats américains tués étaient 
erronées. Un militaire afghan a également été blessé. 
    Les éléments recueillis à ce stade ne permettent pas de dire 
si l'assaillant infiltré a été tué ou blessé, a précisé ce 
responsable de l'armée américaine. 
     --- 
    MIAMI - Donald Trump a annoncé vendredi une politique 
américaine plus restrictive envers Cuba, sans toutefois remettre 
en cause le rétablissement des relations diplomatiques entre 
Washington et La Havane décidé par son prédécesseur Barack 
Obama. 
    Cette nouvelle politique cubaine de Washington consistera 
principalement à faire appliquer plus strictement l'interdiction 
des voyages touristiques sur l'île aux ressortissants américains 
et à restreindre les liens commerciaux entre les entreprises 
américaines et le secteur militaire cubain. 
     --- 
    JÉRUSALEM - L'Etat islamique (EI) s'est attribué la 
responsabilité d'une double attaque commise vendredi à 
Jérusalem, la première du genre dans un territoire palestinien 
sous contrôle israélien, mais le Hamas et Israël ont opposé un 
démenti. 
    L'attaque, commise par trois assaillants, a eu lieu en deux 
endroits proches de la porte de Damas en lisière de la vieille 
ville. Elle a été fatale à une policière israélienne. 
    Dans la soirée, l'EI l'a revendiquée par le biais de son 
organe de communication Amaq mais le Hamas et le Front populaire 
de libération de la Palestine (FPLP) ont assuré que les trois 
assaillants, abattus par les forces de sécurité, étaient des 
membres de leurs groupes armés.     
      --- 
    PARIS - Un homme a été placé en garde à vue hier deux jours 
après l'agression dont a été victime Nathalie Kosciusko-Morizet 
sur un marché parisien, a-t-on appris de source judiciaire. 
    "Il a été placé en garde à vue pour des faits de violence 
volontaires sur une personne chargée d'une mission de service 
public", a dit cette même source. 
    Toujours de source judiciaire, on déclare que l'homme s'est 
présenté de lui-même aux enquêteurs du 3e district de police 
judiciaire de Paris, qui l'avaient convoqué. 
    Selon plusieurs médias, le suspect, qui avait pris la fuite 
après l'incident, est âgé de 55 ans et maire d'une petite 
commune de l'Eure, dans la région d'Evreux. 
     --- 
     DIJON, Côte-d'Or - Marcel et Jacqueline Jacob, le 
grand-oncle et la grand-tante de Grégory Villemin, retrouvé noyé 
pieds et poings liés dans une rivière des Vosges le 16 octobre 
1984, ont été mis en examen vendredi à Dijon pour enlèvement et 
séquestration de mineur suivis de mort, a annoncé le procureur 
général Jean-Jacques Bosc. 
    Marcel et Jacqueline Jacob, deux septuagénaires, étaient des 
proches de Bernard Laroche, leur neveu, qui fut le premier 
inculpé et placé en détention dans ce dossier hors norme, avant 
d'être remis en liberté et abattu d'un coup de fusil par 
Jean-Marie Villemin, le père de l'enfant de quatre ans. 
    Le mari, qui nie les faits, et la femme, qui garde le 
silence, ont été placés en détention provisoire dans l'attente 
d'une délibération, la semaine prochaine, de la chambre de 
l'instruction de la cour d'appel de Dijon. 
     --- 
    PARIS - Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire recevra 
demain l'équipementier automobile GMD pour étudier une offre 
éventuelle de reprise de GM&S Industry dans l'espoir qu'elle 
puisse aboutir dans le courant de la semaine prochaine, a 
annoncé le ministère. 
    Dans un communiqué publié à l'issue d'une rencontre des 
syndicats de GM&S avec le ministre, il dit que de nouvelles 
recherches de repreneurs potentiels ont été menées mais que seul 
GMD "a confirmé son intérêt pour une reprise" de l'entreprise en 
difficulté. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant