RESUMÉ DE L'ACTUALITÉ A 02h00 GMT (18/04)

le
0
    BRASILIA - Dilma Rousseff a perdu une bataille cruciale dans 
sa lutte pour son maintien à la tête du Brésil avec le feu vert 
donné par les députés brésiliens à la poursuite de la procédure 
de destitution lancée à l'encontre de la présidente. 
    Le chef de file de son Parti des travailleurs à la chambre 
basse du parlement a reconnu la défaite du camp présidentiel 
alors que le vote des députés n'était pas terminé. 
    Il revient désormais au Sénat de décider s'il existe des 
fondements juridiques à une procédure contre la présidente. La 
décision des sénateurs est attendue début mai. 
    Si le Sénat décide que la procédure peut se poursuivre, ce 
qui semble probable, Dilma Rousseff sera automatiquement 
suspendue et son vice-président Michel Temer exercera les 
fonctions de chef de l'Etat.     
     --- 
    PEDERNALES, Equateur - Le séisme de samedi en Equateur, le 
plus grave subi par ce pays depuis 1979, a fait au moins 246 
morts et plus de 2.500 blessés, selon un bilan communiqué hier 
par le vice-président, alors que les services de secours 
continuent de fouiller les décombres à la recherche de 
survivants dans les villes côtières, les plus durement touchées. 
    Cette secousse de magnitude de 7,8 sur la côte du Pacifique 
de l'Equateur a été ressentie dans la majeure partie du pays, 
provoquant des mouvements de panique jusque dans la capitale, 
Quito, pourtant située dans les montagnes des Andes. Des 
bâtiments et des routes se sont effondrés dans de nombreuses 
villes de l'ouest du pays, près du littoral. 
    Les régions côtières proches de l'épicentre ont été les plus 
touchées, à commencer par Pedernales, station balnéaire aux 
plages bordées de palmiers dont les rues sont désormais 
recouvertes de débris. 
     --- 
    LE CAIRE - La France et l'Egypte doivent oeuvrer à "une 
relation durable", notamment dans la lutte anti-terroriste, sans 
occulter les sujets de friction comme les droits de l'Homme qui 
"ne sont pas une contrainte" mais "une façon de lutter contre le 
terrorisme", a déclaré hier François Hollande. 
    Au premier jour d'une visite d'Etat au Caire, le président 
français s'est entretenu avec son homologue égyptien Abdel 
Fattah al Sissi des crises régionales -- Syrie et Libye au 
premier chef -- mais aussi de la nécessité du "droit" face au 
terrorisme. 
    "Nous devons lutter contre les causes et les conséquences de 
ce terrorisme, ce qui suppose de la fermeté mais aussi (...) 
qu'il y ait un Etat, et un Etat de droit", a souligné François 
Hollande lors d'une conférence de presse conjointe avec le 
dirigeant égyptien. 
    Abdel Fattah al Sissi a assuré que son pays, qui fait ses 
"premiers pas d'Etat démocratique", était "un Etat de droit qui 
respecte son peuple". 
    Mais, a-t-il ajouté, "il faut être conscient que nous avons 
des problèmes considérables" et que l'Egypte doit faire face à 
"des tentatives pour faire tomber le régime de l'intérieur". 
     --- 
    AMMAN - Assaad al Zoubi, le chef de la délégation du Haut 
Comité des négociations (HCN) de l'opposition syrienne aux 
négociations en cours de Genève, a appelé hier les rebelles à 
riposter aux attaques de l'armée de Bachar al Assad en accusant 
celle-ci de profiter de la trêve en cours pour regagner du 
terrain. 
    Dans un message diffusé sur internet aux combattants sur le 
terrain, il a ajouté qu'il n'avait pas l'intention de poursuivre 
"indéfiniment" les pourparlers à Genève en l'absence de progrès 
sur la question d'une transition politique sans Bachar al Assad, 
une des principales revendications de l'opposition. 
     --- 
    ROME - Les Italiens étaient appelés aux urnes hier pour un 
référendum sur les forages pétroliers et gaziers en mer mais, 
faute de participation suffisante, l'initiative lancée par 
plusieurs assemblées régionales, inquiètes des retombées sur 
l'environnement et le tourisme, a été mise en échec. 
    Le président du Conseil italien, Matteo Renzi, avait appelé 
la population à bouder les urnes, ne jugeant pas ce référendum 
utile et estimant même qu'il est de nature à nuire à l'activité 
économique. 
     --- 
    NANTES - Karine Daniel, candidate du Parti socialiste, est 
arrivée hier en tête du premier tour de l'élection législative 
partielle organisée dans la troisième circonscription de la 
Loire-Atlantique, représentée pendant trente ans par Jean-Marc 
Ayrault, désormais ministre des Affaires étrangères. 
    Avec un peu plus de 30% des voix selon des résultats quasi 
définitifs, cette universitaire de 40 ans, adjointe à l'actuelle 
maire de Nantes, devance Matthieu Annereau (LR), crédité de 23% 
environ des suffrages exprimés, et Jean-François Tallio (EE-LV), 
qui a obtenu 17%. L'abstention a frôlé les 75%. 
     --- 
    PARIS - François Hollande a des chances d'être réélu en 2017 
s'il prend des "décisions très courageuses" et s'il "explique" 
son action, a déclaré Emmanuel Macron dans un entretien diffusé 
hier sur la BBC. 
    Pour le ministre de l'Economie, qui a lancé son propre 
mouvement transpartisan, "En Marche", pour dresser le "bilan" de 
la France et proposer des "solutions radicales", l'échéance 
présidentielle est encore "trop loin" pour se prononcer sur 
l'offre politique à gauche en 2017. 
    A la question de savoir s'il songeait lui-même à se 
présenter, il a répondu : "Je ne veux pas entrer dans ce genre 
de discussion". De nouveau interrogé à ce sujet, il a ajouté : 
"Un an avant, c'est impossible" [de le dire]. 
     --- 
    PARIS - Les cours du pétrole chutent de plus de 4% 
aujourd'hui au lendemain de l'échec de la réunion de Doha. 
    Les discussions de Doha entre pays producteurs de pétrole se 
sont achevées hier sans accord sur un "gel" de la production, 
l'Arabie saoudite ayant exigé que l'Iran se joigne au mouvement 
alors que Téhéran entend profiter de la levée des sanctions 
internationales à son encontre pour retrouver sa place sur le 
marché. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant