RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (14/04)

le
0

PARIS - Manuel Valls s'est efforcé hier devant l'Assemblée nationale de rassurer les opposants au projet de loi sur le renseignement, démentant que celui-ci porte les germes d'un "Patriot Act" à la française et d'une surveillance massive des Français. Le Premier ministre, qui a présenté lui-même ce texte "pour en souligner l'importance", a affirmé, trois mois après les attentats djihadistes à Paris, que les citoyens, la vie politique et le débat public n'étaient pas ciblés. "Les critiques ou les postures qui évoquent un 'Patriot Act' à la française ou des relents de police politique sont strictement mensongères ou irresponsables dans le contexte de menace que nous connaissons", a-t-il dit. Manuel Valls a néanmoins insisté sur la nécessité de franchir une "nouvelle étape" pour faire face au terrorisme, rappelant la cyberattaque contre TV5 Monde et la présence de 1.550 Français dans les filières djidahistes. --- MIAMI - Le sénateur de Floride Marco Rubio a annoncé hier son entrée dans la course à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle américaine de novembre 2016, qu'il a présentée comme un choix entre le passé et l'avenir. "Le moment est venu pour notre génération d'ouvrir la voie à un nouveau siècle américain (...) Pour changer les décisions que nous prenons, il faut changer les gens qui les prennent", a déclaré ce fils d'exilés cubains devant ses partisans rassemblés à la Freedom Tower de Miami, où les réfugiés fuyant la révolution castriste étaient recensés dans les années 60. "Cette élection ne porte pas seulement sur les lois que nous ferons adopter. C'est un choix de génération qui déterminera ce que nous sommes en tant qu'Etat", a-t-il insisté, avant de s'en prendre à Hillary Clinton, favorite du camp démocrate, qui avait officialisé la veille son entrée en lice. ID:nL5N0X90SQ Sans la nommer, l'élu de Floride âgé de 43 ans l'a qualifiée de "dirigeante du passé". "Mais le passé est révolu et nous ne reviendrons jamais en arrière. Nous, Américains, sommes fiers de notre histoire, mais notre pays a toujours été tourné vers l'avenir", a-t-il ajouté. WASHINGTON/DES MOINES, Iowa - Hillary Clinton, qui a annoncé dimanche sa candidature à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2016, s'est inquiétée hier des fortes disparités de revenus aux Etats-Unis. Dans un courriel envoyé à ses partisans, elle souligne les difficultés financières que rencontrent beaucoup de familles américaines alors, ajoute-t-elle, "qu'un patron gagne en général 300 fois plus qu'un salarié en moyenne". Durant ces dernières décennies, les disparités de revenu entre les responsables des grandes entreprises et les salariés se sont creusées de façon spectaculaire. En 1965, un grand patron gagnait environ 20 fois plus qu'un salarié moyen, selon une étude de l'Economic Policy Institute (EPI), un groupe de réflexion libéral. En 2013, il gagnait près de 300 fois plus. --- BAGDAD - Les combattants djihadistes de l'Etat islamique ont pénétré hier dans le périmètre de sécurité érigé autour de la raffinerie de Baïdji, la plus grande d'Irak. Ils ont été repoussés par les forces de sécurité appuyées par des raids aériens de la coalition dirigée par les Etats-Unis. Les forces de sécurité irakiennes, épaulées par des milices chiites, ont réussi à forcer en novembre cinq mois de siège de la raffinerie de Baïdji par l'EI, qui avait provoqué la fermeture de ce site situé au nord de Bagdad. Mais des secteurs de la ville et de ses environs sont toujours le théâtre d'affrontements. BAGDAD - Les forces de sécurité irakiennes ont lancé hier une contre-offensive dans la province d'Anbar, à l'ouest de Bagdad, où les djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont pris la semaine dernière le contrôle de deux secteurs des faubourgs nord de la capitale provinciale, Ramadi. Les troupes irakiennes ont repris dans la journée environ 40% de ces deux zones mais se heurtent à une farouche résistance des islamistes, a dit un policier présent sur place. --- MOSCOU - Vladimir Poutine a donné son feu vert hier à la fourniture à l'Iran de systèmes de défense antimissile S-300, annonce le Kremlin. Le président russe a signé un décret levant l'interdiction qui concernait cette livraison depuis cinq ans. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a fait part au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov de l'inquiétude de Washington à la suite de cette décision, a annoncé le porte-parole de la Maison blanche, Josh Earnest. --- BERLIN - Les ministres allemand, français, ukrainien et russe des Affaires étrangères se sont entendus hier à Berlin pour amplifier le retrait des armes déployées dans l'est de l'Ukraine, où les combats se poursuivent en dépit des accords de Minsk II conclu à la mi-février. "Nous sommes convenus aujourd'hui, non seulement de poursuivre le retrait des armes lourdes, mais aussi d'inclure d'autres catégories d'armes dans ce retrait", a déclaré l'Allemand Frank-Walter Steinmeier, s'adressant à la presse à l'issue de difficiles discussions avec ses homologues. "Rien n'est facile dans la crise ukrainienne. Ce n'est pas neuf. Au cours des négociations d'aujourd'hui, les divergences d'opinion entre Kiev et Moscou sont à nouveau devenues claires", a-t-il souligné. Depuis dimanche, un militaire ukrainien a été tué et six autres ont été blessés dans l'est de l'Ukraine. --- PARIS - Jean-Marie Le Pen a fait un geste d'apaisement dans l'affrontement qui l'oppose à sa fille Marine en renonçant hier à conduire la liste du Front national aux élections régionales de décembre en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca). Sa petite-fille, Marion Maréchal-Le Pen, députée Front national du Vaucluse, qu'il considère comme "la meilleure" après lui, a saisi la balle au bond en faisant savoir peu après ce renoncement qu'elle serait candidate à la candidature. "Ce ne sera pas une candidature sous tutelle. Je n'ai jamais été l'objet de mon grand-père", a-t-elle dit au site internet du journal La Provence, condamnant les propos polémiques du patriarche du mouvement "qui sont tellement éloignés de l'horizon indépassable de mes 25 ans". Se présentant comme "une femme de droite, certainement pas de l'extrême droite raciste, antiparlementaire et totalitaire", elle a ajouté qu'elle refuserait de faire un ticket avec le député européen Bruno Gollnisch, proche de Jean-Marie Le Pen et ancien numéro 2 du FN qui envisage une candidature. --- PARIS - Le Conseil de Paris s'est prononcé très largement hier en faveur d'une candidature à l'organisation des Jeux olympiques de 2024. A l'issue d'une heure et demie de débats, les élus ont sans surprise adopté le voeu présenté par l'exécutif, selon lequel la Ville décide "de s'engager pleinement en faveur d'une candidature de Paris aux Jeux olympiques et paralympiques 2024". Dix ans après l'échec de la candidature aux Jeux 2012, qui avait vu Londres la devancer, Paris devrait formaliser sa candidature auprès du Comité international olympique (CIO) mi-septembre et saura dans un an si elle est retenue parmi les candidats officiels. La ville hôte sera désignée à l'été 2017. --- PARIS - La grève à Radio France est reconduite aujourd'hui pour le 27e jour consécutif et le personnel demande la prolongation de la médiation gouvernementale, jugée jusqu'ici insuffisante. Au terme de trois jours de discussions, les salariés étaient appelés à se prononcer aujourd'hui en assemblée générale sur le texte de compromis soumis la veille au soir par le médiateur Dominique-Jean Chertier, nommé le 9 avril par le gouvernement. La poursuite de la grève a été votée sous les applaudissements à la majorité, moins 11 voix contre et 25 abstentions, selon la CGT. --- PARIS - L'héritière des parfums Nina Ricci, poursuivie pour avoir caché au fisc français plus de 22 millions de dollars via la banque privée suisse HSBC Private Bank, a été condamnée hier à trois ans de prison dont un ferme dans l'un des premiers grands procès issu des listings "Falciani." Arlette Ricci, 73 ans, a aussi été condamnée par le tribunal correctionnel de Paris à une amende d'un million d'euros pour fraude fiscale, blanchiment de ce délit et organisation frauduleuse d'insolvabilité pour échapper à l'impôt. Le parquet avait requis quatre ans de prison dont deux ferme et une amende de trois millions d'euros. --- BERLIN - L'écrivain allemand Günter Grass, prix Nobel de littérature en 1999 et auteur du "Tambour", est mort à l'âge de 87 ans, a annoncé hier la fondation qui porte son nom. Né en 1927 à Dantzig (aujourd'hui Gdansk, en Pologne), Günter Grass a été l'une des grandes voix de la génération allemande arrivée à l'âge adulte au sortir de la Deuxième Guerre mondiale et qui a porté la culpabilité des atrocités commises par le régime nazi.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant