RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (03/04)

le
0

LAUSANNE, Suisse - Au terme de huit jours de négociations marathon à Lausanne, l'Iran et les puissances impliquées dans les négociations sur son programme nucléaire ont conclu hier un accord-cadre portant sur au moins dix ans et qualifié d'"historique" par Barack Obama. Cet accord politique devra désormais être concrétisé par un règlement définitif global sur le programme nucléaire de Téhéran, lequel doit être conclu au plus tard le 30 juin. "Aujourd'hui, nous avons fait un pas décisif, nous nous sommes entendus sur des paramètres", a déclaré lors d'une conférence de presse Federica Mogherini, porte-parole de la diplomatie européenne, et qui coordonne les pays du P5+1 impliqués dans les négociations avec Téhéran. En vertu de l'accord-cadre, l'Iran devra se défaire de plus des deux tiers de ses centrifugeuses - lesquelles produisent de l'uranium pouvant servir à une bombe atomique -, démanteler un réacteur qui pourrait produire du plutonium et accepter des vérifications. Les sanctions internationales seront suspendues lorsque l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) aura constaté que l'Iran s'est soumis à toutes ses obligations. Elles pourront être rétablies à tout moment si l'Iran ne respecte plus ses engagements, lit-on dans le document américain. Le président américain, qui a appelé les dirigeants français, allemand et britannique afin de les remercier pour leur coopération, a salué un "bon accord". Israël n'a pas tardé à faire part de son mécontentement, par la voix de son ministre des Affaires stratégiques, Yuval Steinitz, promettant que l'Etat hébreu continuerait à oeuvrer contre "un mauvais accord (final)". François Hollande a salué l'accord de principe mais a prévenu que la France veillerait à ce que les Occidentaux puissent vérifier que l'accord définitif est respecté. --- GARISSA, Kenya - L'attaque du campus universitaire de Garissa dans l'est du Kenya, revendiquée par les islamistes somaliens d'Al Chabaab, a fait hier au moins 147 morts et 79 blessés, et les forces de sécurité kényanes n'ont repris l'entier contrôle des lieux qu'au bout de pratiquement 15 heures. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière au Kenya depuis l'attentat contre l'ambassade des Etats-Unis à Nairobi, qui avait fait 213 morts le 7 août 1998. Les insurgés d'Al Chabaab ont fait irruption avant l'aube sur le campus, épargnant les étudiants musulmans et prenant de nombreux chrétiens en otages. Selon le ministre kényan de l'Intérieur, quatre individus, qui avaient sur eux des explosifs, ont lancé cette attaque, soit le même nombre que les membres du commando qui avaient fait 67 morts au centre commercial Westgate de Nairobi, en septembre 2013. Cette attaque-là avait aussi été revendiquée par les Chabaab. --- PARIS - La seconde boîte noire de l'A320 de Germanwings qui s'est écrasé le 24 mars dans les Alpes-de-Haute-Provence avec 150 personnes à son bord a été retrouvée, a-t-on appris hier auprès de la gendarmerie. Les enquêteurs avaient découvert la première boîte noire, qui enregistre les conversations (CVR), le jour du crash et ont pu ainsi établir que le copilote, Andreas Lubitz, a délibérément précipité l'appareil dans le massif montagneux. Cette seconde "boîte noire" est le Flight Data Recorder (FDR) qui enregistre les données de vol. --- ADEN, Yémen - Les miliciens houthis et leurs alliés de l'armée fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh se sont rendus maîtres hier du quartier du Cratère, dans le centre d'Aden, infligeant un revers à la coalition sunnite conduite par l'Arabie saoudite qui mène des raids aériens depuis plus d'une semaine au Yémen. Quelques heures après cette prise, les miliciens chiites ont également remporté une autre victoire symbolique en s'emparant d'une résidence présidentielle qui domine le quartier, rapportent des habitants. A la tombée de la nuit, les combattants chiites avaient atteint les abords du quartier portuaire de Moualla. --- LISBONNE - Le réalisateur portugais Manoel de Oliveira, doyen des cinéastes qui avait débuté sa carrière en 1931 à l'époque du cinéma muet, est décédé hier à l'âge de 106 ans dans sa ville natale de Porto. Récompensé par deux Lions d'or au Festival de Venise ainsi que par un prix du jury et une Palme d'or à Cannes pour l'ensemble de son oeuvre, Manoel de Oliveira a tourné jusqu'à la fin de sa vie. --- PARIS - Quatre jours après le second tour de scrutin, les assemblées des 98 départements français en jeu dimanche ont élu hier leur président, consacrant la victoire de la droite qui en dirige désormais un peu plus des deux tiers. Vingt-six départements sont passés de gauche à droite lors du scrutin au cours duquel le Front national a échoué à remporter un département malgré son score très élevé du premier tour, avec plus de 25% des suffrages. Sur les 101 départements de France au total, 68 sont désormais dirigés par la droite et 33 par la gauche, a-t-on appris auprès de l'Assemblée des départements de France. --- PARIS - Manuel Valls dit ne pas être touché par les "attaques" et les "rumeurs" émanant de son camp depuis la défaite de la gauche aux départementales, qui laissent présager un difficile travail de rassemblement pour porter la fin du quinquennat. Des "frondeurs" socialistes aux anciens ministres Cécile Duflot, Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti, les critiques ont plu ces derniers jours sur le chef du gouvernement. "Je ne les entends pas", a déclaré l'intéressé à Matignon après la réunion bimensuelle du gouvernement. "Ce qui m'intéresse ce sont les Français. Ce ne sont ni les rumeurs, ni les attaques personnelles parce qu'au fond, elles discréditent ceux qui les tiennent". --- PARIS - L'Insee a confirmé le scénario d'un rebond de l'économie française alimenté par la chute des cours du pétrole et la dépréciation de l'euro, mais d'une ampleur insuffisante à ce stade pour enrayer la progression du chômage. Si plusieurs clignotants sont repassés au vert après trois années de stagnation, l'institut ne voit dans sa dernière note de conjoncture aucune embellie sur le front de l'investissement des entreprises susceptible d'enrichir cette reprise en emplois. Le gouvernement, qui doit annoncer des mesures de soutien à l'investissement la semaine prochaine, se trouve néanmoins conforté dans son scénario macroéconomique pour 2015. --- PARIS - La présidente du Front national Marine Le Pen a exprimé son "profond désaccord" avec son père Jean-Marie, qui a maintenu que les chambres à gaz étaient un "détail de l'histoire", propos pour lesquels il a déjà été condamné de nombreuses fois. Le président d'honneur du FN a également estimé sur BFM TV et RMC qu'il y avait des gaullistes, mais aussi de "fervents pétainistes" et "d'anciens partisans de l'Algérie française" au sein de la formation présidée par sa fille.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant