Résultats T2-Post-Brexit,les Bourses sont en quête de signaux

le
0
    * L'incertitude post-Brexit pèse sur les marchés 
    * Les résultats des financières particulièrement attendus 
    * Les pétrolières pourraient réserver de bonnes surprises 
 
    par Joseph Sotinel et Raphael Bloch 
    PARIS, 20 juillet (Reuters) - Les analystes ont tranché dans 
leurs prévisions de résultats des entreprises européennes pour 
le deuxième trimestre 2016, inquiétés par la chute du prix du 
pétrole en début d'année et par l'instabilité géopolitique. 
    Alors que les bénéfices des groupes de l'indice paneuropéen 
Stoxx 600  .STOXX  avaient déjà diminué de 3% et les chiffres 
d'affaires de 6,5% au premier trimestre, selon les données 
Thomson Reuters I/B/E/S, la saison des résultats qui s'ouvre 
s'annonce difficile. 
    Ainsi, Goldman Sachs prévoit un recul de 5% des bénéfices 
par action du Stoxx 600 en 2016, tandis que les économistes de 
Citi tablent sur une réduction d'un à 1,5 point du taux de 
croissance de la zone euro sur les trois prochaines années. 
  
    "L'investissement est à nouveau sur une tendance positive 
dans l'eurozone, mais il y a un choc de confiance, notamment 
avec le vote britannique pour une sortie de l'Union Européenne", 
rappelle Jeanne Asseraf-Bitton, responsable de la stratégie 
d'investissement de Lyxor Asset Management. 
    Dans ce contexte, les marchés restent très dépendants de 
l'action de la Banque centrale européenne. "C'est une thématique 
historique, mais elle reste d'actualité", observe John Plassard, 
directeur adjoint de Mirabaud Securities, rappelant que les 
achats directs de la BCE sur les marchés peuvent aider au 
rétablissement de la confiance. 
    Un jugement partagé par Jeanne Asseraf-Bitton, qui estime 
que dans ce contexte, les résultats du secteur financier seront 
particulièrement passés au crible. "C'est de là que vient 
l'activité, mais il en est aussi fortement dépendant Alors que 
les attentes sont particulièrement basses pour les banques, des 
résultats meilleurs que prévu pourraient être bien accueillis 
par les marchés", juge-t-elle. 
    Pour John Plassard, de potentielles bonnes surprises 
viendraient plutôt des secteurs liés aux matières premières et 
au pétrole, dont les cours ont rebondi depuis février. 
    "Il suffirait que les résultats soient moins pires que prévu 
pour avoir une hausse", estime-t-il, ce qui pourrait entraîner 
un affaiblissement de la décollecte en cours sur le marché 
européen. 
 
 (Edité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant