Résultats - Groupe Bonduelle - spécialiste du légume transformé

le
0
Résultats du premier semestre 2010/2011

(1er juillet – 31 décembre 2010)

Forte croissance du chiffre d’affaires

Rentabilité en ligne avec les prévisions

Forte croissance du chiffre d’affaires : + 16,4 %

Marge opérationnelle courante à 4,5 % en ligne avec les prévisions

Nette amélioration du ratio d’endettement à – 17,7 pts

Révision à la hausse de l’objectif de rentabilité opérationnelle courante

1. Données chiffrées significatives

(en millions d’euros)

1er semestre 2010-2011

1er semestre 2009-2010

Variation

Chiffre d’affaires

884.6

760.0

+ 16.4 %

Résultat opérationnel courant

39.8

52.4

- 24.- %

Marge opérationnelle courante

4.5 %

6.9 %

- 240 pb

Résultat net consolidé

15.5

25.2

- 38.5 %

Ratio d’endettement

128.8 %

146.5 %

- 17.7 pts

Le chiffre d’affaires, en croissance de 16,4 %, a bénéficié de l’entrée en périmètre de France Champignon à hauteur de 10,5 pts et des variations de change à hauteur de 4,3 pts.

La rentabilité nette, affectée par les surcoûts des campagnes agricoles et les baisses de prix liées aux surstocks, à caractère non récurrents, s’affiche comme prévu en retrait de 38,5 % à 15,5 millions d’euros.

2. Chiffre d’affaires

2.1. Répartition du chiffre d’affaires par zone

CA Consolidé

(millions d’euros)

1er semestre 2010-2011

1er semestre 2009-2010

Variation

Taux de change courant

Variation

Taux de change et périmètre constants

Zone Europe

635.8

551.3

+ 15.3 %

+ 0.2 %

Hors zone Europe

248.8

208.7

+ 19.2 %

+ 5.1 %

Total

884.6

760.0

+ 16.4 %

+ 1.6 %

2.2. Répartition du chiffre d’affaires par technologie

CA Consolidé

(millions d’euros)

1er semestre 2010-2011

1er semestre 2009-2010

Variation

Taux de change courant

Variation

Taux de change et périmètre constants

Conserve

482.0

383.8

+ 25.6 %

+ 6.5 %

Surgelé

220.8

212.7

+ 3.8 %

- 8.6 %

Frais

181.8

163.5

+ 11.2 %

+ 4.4 %

Total

884.6

760.0

+ 16.4 %

+ 1.6 %

2.3. Zone Europe

L’activité des différents marchés sur le 2ème trimestre semble confirmer une amélioration de la consommation dans les différentes technologies.

L’activité conserve aux marques Bonduelle et Cassegrain a bénéficié d’une croissance volume soutenue, portée pour partie par l’extension de la gamme innovante « vapeur » à de nouveaux produits (maïs, haricots verts, pois carottes, ...) et à de nouveaux boîtages (boîtes 4/4). Le second semestre verra le développement de la gamme aux Pays-Bas et en Italie.

L’activité aux marques de distributeurs (MDD), bien que positivement orientée en volume, subit sur le 2ème trimestre les baisses de prix prévues, qui pèseront plus largement sur le chiffre d’affaires et la rentabilité du 2ème semestre de l’exercice.

La contre-performance de l’activité surgelé reste principalement liée, sur le semestre, aux difficultés du marché espagnol et à la poursuite prévue de transferts de volumes vers la joint-venture surgelé MDD Gelagri.

L’activité restauration hors foyer, représentant plus de la moitié des ventes de surgelé du groupe en Europe, confirme la croissance de son chiffre d’affaires dans un contexte de consommation plus favorable.

L’activité frais bénéficie d’une reprise vigoureuse des marchés en volume dans les 4 pays servis (France, Belgique, Italie, Allemagne), la croissance du chiffre d’affaires restant sensiblement affectée par la poursuite de baisses de prix liée à un contexte concurrentiel toujours difficile et par les mauvaises conditions météorologiques du mois de décembre.

L’activité en zone Europe a bénéficié de l’intégration sur 6 mois de France Champignon, impactant positivement les trois technologies à hauteur de 90,1 millions d’euros.

2.4. Hors zone Europe

La zone hors Europe confirme au deuxième trimestre la croissance à taux de change et périmètre constants enregistrée au 1er trimestre (+ 5,5 % contre + 4,5 %).

Bénéficiant d’un effet de base favorable, l’Europe Orientale (Russie, Ukraine et autres pays de la CEI) enregistre sur l’ensemble du semestre une hausse très significative de son activité tant en volume qu’en valeur.

Cette excellente performance est contrebalancée par les baisses de prix consenties en Amérique du Nord (résorption de surstocks et renforcement du dollar canadien versus dollar US) et par les effets de conversion en dollar canadien des ventes en dollar américain.

3. Marge opérationnelle

Le résultat opérationnel courant s’établit à 39,8 millions d’euros, en baisse de 24 %, limitant la rentabilité opérationnelle courante à 4,5 % du chiffre d’affaires.

Cette évolution prévue et annoncée de la rentabilité sur l’exercice 2010/2011 est principalement liée à la conjonction :

- d’une campagne de récolte particulièrement délicate du fait de mauvaises conditions météorologiques dans de nombreuses zones, génératrice de surcoûts de production et de manque de produits ;

- d’une baisse de prix consentie sur les marchés de marque de distributeurs et destinée à écouler une situation exceptionnelle de surstocks ;

- d’une revalorisation du dollar canadien entraînant une baisse de la rentabilité des ventes en USD et d’un renforcement de la compétition sur les prix tant aux Etats-Unis qu’au Canada.

Cette dégradation de la rentabilité est particulièrement nette en Europe, qui voit la marge opérationnelle courante passer de 4,2 % au 31 décembre 2009 à 1,5 % du chiffre d’affaires au 31 décembre 2010.

Hors zone Europe, le dynamisme des ventes enregistrées en Europe Orientale a permis de limiter l’effet de la baisse des prix en Amérique du Nord sur la marge opérationnelle courante, en légère croissance à 30 millions d’euros soit 12,1 % du chiffre d’affaires.

Des charges de restructurations industrielles (Sud-Ouest) et administratives (France Champignon) pour un montant de 4,8 millions d’euros ont pesé sur la marge opérationnelle. Celle-ci s’établit à 35,1 millions d’euros contre 49,9 millions d’euros l’exercice précédent.

4. Résultat net et situation financière

La charge financière s’établit à 10,6 millions d’euros contre 12,1 millions d’euros l’exercice précédent.

La dette s’affiche quasi stable à 614 millions d’euros malgré l’acquisition de France Champignon en avril 2010.

Le ratio d’endettement s’inscrit à nouveau en très forte amélioration à 129 % contre 147 % l’exercice précédent, le mois de décembre constituant un point haut du fait de la saisonnalité d’une large partie de la production.

Après prise en compte du résultat des sociétés mises en équivalence et de la charge d’impôt, le résultat s’établit à 15,5 millions d’euros contre 25,2 millions d’euros l’exercice précédent.

5. Autres faits marquants du semestre

5.1. Emission obligataire aux Etats-Unis

Le Groupe Bonduelle a annoncé le 8 septembre dernier une émission obligataire privée d’un montant de 165 millions de dollars, d’une maturité de 12 ans, destinée à refinancer la dette d’acquisition de France Champignon et lui apporter la flexibilité financière nécessaire à la poursuite de sa politique d’acquisitions ciblées.

Contractée dans des conditions attractives auprès d’institutions financières de 1er rang, cette émission accroît la maturité de la dette, souligne la qualité de crédit « Investment Grade » du groupe et diversifie ses sources de financement.

5.2. Démarrage de la commercialisation au Brésil

La commercialisation au Brésil de conserves de pois et de maïs a débuté en novembre 2010, consécutivement au démarrage de la production en septembre.

Les rendements agricoles et l’efficacité industrielle de l’usine située à Cristalina se révèlent particulièrement satisfaisants et conformes aux prévisions.

Présentant une différenciation produit marquée à un prix compétitif, Bonduelle entend conquérir sous 3 ans 10 % du marché brésilien des légumes en conserve.

5.3. Obtention du permis de construire de l’usine de Tcherkassy (Ukraine)

Le groupe a obtenu les autorisations nécessaires à la construction de l’usine de Tcherkassy (Ukraine). Cette usine est destinée à fournir les marchés en forte croissance de la région (Russie, Ukraine et autres pays de la CEI) et à sécuriser les approvisionnements par la répartition du risque climatique.

5.4. Fermeture du site industriel de Westmeerbeek (Belgique)

Le Groupe Bonduelle a annoncé le 11 février 2011 son intention de fermer son usine de conserves de Westmeerbeek (Belgique).

Cette fermeture est motivée par l’adaptation de l’organisation industrielle de Bonduelle aux conditions du marché. Cette usine, la plus petite du groupe, nécessitait pour pouvoir assurer la poursuite de l’activité des investissements importants sans rapport avec la rentabilité des marchés servis (Benelux et Allemagne). Ces productions peuvent être absorbées par les autres usines du groupe sans investissement.

La fermeture du site, qui emploie 130 personnes, devrait intervenir par phases d’ici septembre 2011. Des discussions avec les partenaires sociaux ont été engagées afin d’élaborer un plan d’accompagnement assorti de mesures sociales appropriées.

5.5. Evolution de la Direction Générale du Groupe

Daniel Vielfaure, 49 ans, de nationalité canadienne, a succédé au poste de Directeur Général du Groupe Bonduelle au 1er janvier 2011 à Pierre Deloffre qui a fait valoir ses droits à la retraite. Daniel Vielfaure était précédemment Directeur Général d’Aliments Carrière, devenue Bonduelle Amérique du Nord suite au rachat réalisé en 2007.

6. Perspectives

Le deuxième semestre de l’exercice 2010/2011 sera particulièrement marqué, en termes de chiffre d’affaires et de rentabilité, par les baisses de prix prévues sur les marchés de marque de distributeurs en Europe et en Amérique du Nord.

Le dynamisme de l’activité constaté en Europe Orientale, l’accueil favorable par les consommateurs des récentes innovations (gamme « vapeur » en conserve, gamme « Pure » en surgelé Europe et gamme riz aux légumes au Canada notamment) ainsi que les démarches d’amélioration d’efficacité et d’économies de coût permettent au groupe
de relever ses attentes en matière de rentabilité opérationnelle courante, qui devrait être proche de 80 millions d’euros.

Compte tenu des coûts non récurrents estimés pour la fermeture du site de Westmeerbeek et la réorganisation du Sud- Ouest, la rentabilité opérationnelle devrait elle être légèrement inférieure à 70 millions d’euros.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant