Résultats du bac : les profs aussi angoissent !

le
0
Résultats du bac : les profs aussi angoissent !
Résultats du bac : les profs aussi angoissent !

Il n’y a pas que les élèves qui tremblent à l’approche des résultats. Les enseignants aussi seront nombreux à scruter les tableaux d’affichage dans les lycées. Ce mardi 7 juillet, Odile Traulet s'attend à un «hold up». Par cette expression, cette prof de sciences de la vie et de la terre (SVT) désigne les bonnes notes «inattendues» qu'obtiennent parfois les cancres au bac. «Nos élèves ont quelquefois un déclic de dernière minute en révisant... ou bien le correcteur a été généreux», sourit l'enseignante, qui travaille depuis quatre ans au lycée Marie-Curie de Nogent-sur-Oise (Oise).«C’est comme si mes enfants passaient l’examen chaque année».

Dans ce lycée scientifique et technique plutôt coté du bassin creillois, les professeurs se sont donnés rendez-vous à 9 heures, en cette matinée de résultats, pour découvrir les résultats de leurs chers élèves. Car, pour eux aussi, ce jour est un grand huit émotionnel, précédé d'une petite montée de stress.

 

«C'est comme si mes propres enfants passaient l'examen chaque année! confie Muriel Bethencourt, enseignante de mathématiques à Marie-Curie. La veille des épreuves et des résultats, j'ai la boule au ventre.» Cette année, elle compte sur sa classe de scientifiques, dont elle est la prof principale, pour décrocher le Graal : 100% de réussite dès le premier tour. «Je suis sûre que j'aurai aussi des 20/20!», s'enthousisame-t-elle, impatiente d'observer la cohue et les embrassades des ados, derrière la vitre où seront placardées les listes des noms des reçus.«Il faudra réconforter ceux qui pleurent»

«Le jour J, on est dans l'humain pas dans les chiffres»

La proviseure, Françoise Lefebvre, ouvrira ensuite les salles de classes pour que les profs principaux reçoivent leurs élèves. «Il faudra réconforter ceux qui pleurent, et surtout conseiller et coacher ceux qui vont passer les oraux de rattrapage», prédit-elle. L'analyse des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant