Résultats 2015 : Legrand peut dire merci à l'Amérique

le
1
Un site de production Legrand. (© Legrand)
Un site de production Legrand. (© Legrand)

Un profil défensif confirmé dans l’industrie. Les performances financières de Legrand en 2015 sont en ligne avec les objectifs. La croissance interne des ventes est ressortie à +0,5%, pour un objectif précisé en novembre à «-1% à +1%». En tenant compte de l’effet de change favorable (+4,7%) et de l’impact des acquisitions (+1,5%), la progression globale du chiffre d’affaires a été de +6,9%, pour s’afficher à 4,8 milliards d’euros.

La rentabilité, point fort du modèle de Legrand, n’est pas oubliée. La marge opérationnelle ajustée avant acquisitions de l’an dernier est ressortie à 19,4%, pour un objectif précisé en novembre à «au moins 19%». Le résultat net part du groupe a progressé de 3,6%, à 550,6 millions et, plus significatif encore, le flux de trésorerie disponible s’est adjugé 9,6%, à 666 millions.

Les États-Unis, premier contributeur au chiffre d'affaires de Legrand

C’est dans la zone Amérique du Nord que Legrand a enregistré l’an dernier la plus forte progression de ses ventes à structure et taux de change constants (+5%). Comme prévu, les Etats-Unis sont devenus en 2015 le premier contributeur au chiffre d’affaires de Legrand. La situation est restée difficile en France (-2,5%) et s’est un peu améliorée en Italie (+0,8%), ses deux autres principaux marchés. Dans les pays émergents, Legrand a souffert en Chine et au Brésil, mais a enregistré de belles

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2061328 il y a 10 mois

    Peut dire merci à l'amérique - perso je ne vois pas comme ça - je dirais plutôt que non seulement chez Legrand, mais il y a d'autres résultats comme cela, que les partisans, européens de surcroît, de l'euro fort ou dit 'fort" puisque c'était plutôt un dollar faible - le tout donnant une parité élevée entre l'euro et dollar - tout cela pénalise l'Europe et surtout l'emploi en Europe - cet euro fort favorise/sait les importations et pénalise/sait les exportations d'où chomage