Résultats 2013 de CGG en hausse malgré une fin d'année difficile

le
0

PARIS (Reuters) - CGG a publié jeudi des résultats en hausse au titre de 2013 malgré une fin d'année difficile et des dépréciations d'actifs, et annoncé son intention de réduire de cinq navires sa flotte dans le cadre de la restructuration de sa division "acquisition".

Le spécialiste français des services et équipements géophysiques a également dit s'attendre à une stabilité des conditions de marché en 2014, mais avec un premier trimestre "faible".

CGG a enregistré en 2013, avant l'impact net des éléments non récurrents, un résultat net de 101 millions de dollars (+10%), un résultat opérationnel de 423 millions (+5%) et un chiffre d'affaires de 3,77 milliards (+10%).

Après l'impact net des éléments non récurrents, composés de dépréciations d'actifs et d'écarts d'acquisition de 800 millions de dollars dans la division "acquisition (de données)", le résultat net ressort en perte de 691 millions de dollars.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 100,4 millions de dollars, un résultat opérationnel de 408 millions et un chiffre d'affaires de 3.854 millions.

CGG a lancé en décembre un deuxième avertissement sur ses résultats en deux mois, en raison de la dégradation des conditions de marché dans les services parapétroliers, et a prévenu que les incertitudes demeuraient pour 2014.

Il a engagé un rééquilibrage de son portefeuille d'activités, qui devrait lui permettre de réduire ses coûts fixes, d'accroître sa profitabilité et de générer un cash-flow pérenne.

Dans le cadre de ce plan, le groupe a confirmé jeudi viser un chiffre d'affaires supérieur à quatre milliards de dollars et une amélioration de 400 points de base de sa marge d'Ebit à l'horizon 2016.

L'an dernier, cette marge a reculé de 100 points de base à 11%.

Le groupe a vu sa valeur boursière fondre de 44% en 2013 et accusait mercredi soir, en clôture, un recul de 3,6% depuis le début de l'année, pour une capitalisation proche de 2,15 milliards d'euros.

(Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant