Restauration rapide: les pâtes ne font plus recette

le
5
Après des années de forte croissance les enseignes spécialisées dans les pâtes connaissent des déboires entre fermetures de restaurants et redressement judiciaire.

C'est une invention alsacienne qui a connu son heure de gloire. Malgré un nom souvent italien, la plupart des enseignes de restauration rapide spécialisées dans les pâtes sont nées à Strasbourg. Leur porte-drapeau, Mezzo di Pasta, compte aujourd'hui plus de 160 points de vente en France et à l'étranger, après être parti, en 2002, d'une modeste échoppe à succès auprès des étudiants de la ville. Pourtant, ce genre de restauration est actuellement frappé de plein fouet par la crise qui touche la restauration commerciale.

Depuis le 1er juillet, Mezzo di Pasta est en redressement judiciaire et a été contraint de fermer 10 de ses restaurants. De son côté le réseau Francesca a quelque peu réduit la voilure avec 71 adresses après en avoir compté 80, tandis que Nooï (60 points de vente) est actuellement en clause de sauvegarde à la suite d'un conflit opposant l'enseigne et quatre franchisés. Quant aux autres réseaux, plus petits, ils ont quasiment disparu.

Concurrence des grandes surfaces

Comment en est-on arrivé là? «En période de crise, ce genre de concept monoproduit est particulièrement exposé», estime Bernard Boutboul, qui dirige le cabinet spécialisé dans la restauration Gira conseil. «Nous avons une part de responsabilité, reconnaît Éric Senet, codirigeant du réseau Nooï. Nous n'avons pas vu arriver Sodebo et ses boîtes de pâtes vendues en grande distribution et nous avons oublié de dire que nos produits étaient différents.» À une époque où les consommateurs surveillent le budget de près, il est vrai que le ticket moyen de ces restaurants dépasse souvent un peu les 8 euros (en rajoutant boisson ou autre) quand les boîtes à pâtes proposées en grande surface se vendent autour de 4 euros.

Résultat: ces enseignes cherchent aujourd'hui à faire la différence. Chez Mezzo di Pasta, on a lancé des sauces plus «généreuses», contenant plus de viande ou de lardons par exemple, et dans l'attente du rachat de l'enseigne qui devrait se faire prochainement, son actuel PDG espère développer un concept ouvert plus largement sur la restauration italienne avec une carte élargie.

Une large marge de progression à l'étranger

Même son de cloche chez Francesca. «Nous revenons vers une offre de restauration plus variée, ce qui était d'ailleurs l'idée d'origine de mon épouse Francesca lorsqu'elle a lancé le concept», souligne Bertrand Arbogast, cofondateur du réseau. Le nouveau restaurant strasbourgeois de l'enseigne est bien plus grand (140 m2) que les anciens et se veut plus haut de gamme en proposant notamment du jambon de Parme tranché sur place.

Nooï, de son côté, reste fidèle aux pâtes, difficile de se renier avec un tel nom. L'enseigne pense tirer son épingle du jeu en visant de petites villes, autour de 20.000 habitants, et en affirmant: «on mangera toujours des pâtes». Enfin, si les perspectives françaises sont plus sombres, ces bars à pâtes et autres restaurants rapides italiens disposent d'une large marge de progression à l'étranger.

Quant à la France, la place laissée par certains restaurants de pâtes pourrait bien être occupée par des chaînes de pizza al taglio, où l'on vend des tranches de cette spécialité au poids, et qui font déjà fureur dans la capitale.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gglafont le lundi 23 sept 2013 à 13:43

    La TVA a 5,5% n'a rien a voir avec ça. Il y a encore des Neu-Neu qui croient à un quelconque bienfait des prélèvements obligatoires en France ?

  • nab1234 le lundi 23 sept 2013 à 13:27

    on fait boillir la veille un ptit perware de pate un petit de sauce et au rechauffe au micro onde du taf cqfd. effet kiss kool de la crise.

  • eskimmo le lundi 23 sept 2013 à 10:41

    Je croyais que la TVA à 5,5% allait sauver des emplois et faire baisser les prix. Ben non en fait : on garde les mêmes prix et on continue à manger de la dreum. Il ne faut pas s'étonner après.

  • marc2750 le dimanche 22 sept 2013 à 10:30

    Aller au restaurant pour manger des nouilles ? Autant rester chez soi pour manger un plat de pâtes. Surtout quand on connais le prix de la matière première.

  • d.gui44 le samedi 21 sept 2013 à 14:50

    ras le bol des nouilles.En restauration comme au gouvernement.