Résidences secondaires: les étrangers délaissent de plus en plus la France

le
3
Les non-résidents ont surtout moins acheté en province, le nombre d'acquisitions en Ile-de-France restant quasi stable (-0,6%). Gajus /shutterstock.com
Les non-résidents ont surtout moins acheté en province, le nombre d'acquisitions en Ile-de-France restant quasi stable (-0,6%). Gajus /shutterstock.com

(AFP) - Le nombre de résidences secondaires acquises par des étrangers en France a encore baissé en 2013, avec un recul particulièrement marqué en province, même si le montant moyen des transactions se maintient à un niveau élevé, selon une étude publiée jeudi.

Le nombre de transactions, en repli depuis 2009, enregistre cette année une baisse à deux chiffres (-13%), selon l'étude annuelle de BNP Paribas International Buyers.

Les non-résidents ont surtout moins acheté en province, le nombre d'acquisitions en Ile-de-France restant quasi stable (-0,6%).

Le montant moyen des transactions est en légère hausse (+1%) à 354.000 euros contre 351.000 euros en 2012, un prix moyen qui passe presque du simple au double entre la province et la région parisienne (330.000 euros contre 584.000 euros).

"Le marché des non-résidents est devenu plus sélectif", a déclaré dans un communiqué François Laforie, directeur de l'activité BNP Paribas International Buyers.

"Les acquéreurs étrangers sont à la recherche des bonnes affaires, tirant ainsi les leçons de l'évolution du marché depuis trois ans, particulièrement dans les régions de villégiature. Grâce notamment à une reprise économique plus forte, les Britanniques et les Suisses se distinguent".

Les Britanniques restent les premiers acquéreurs de maisons secondaires en France, avec un quart des acquisitions, surtout dans l'ouest de la France, devant les Belges qui sont en tête dans le Nord, l'Auvergne et le Languedoc-Roussillon.

Cette année, l'étude comporte aussi une comparaison des coûts fiscaux d'acquisition dans neuf pays. La France est dans la moyenne, et se place derrière les États-Unis, l'Italie, le Portugal.

L'étude a été réalisée à partir des déclarations de transactions effectuées par les notaires ainsi qu'à partir d'entretiens réalisés par téléphone auprès d'un panel d'agents immobiliers et de courtiers, ainsi que de questionnaires en ligne adressés à une clientèle d'expatriés.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CHAKHO le dimanche 7 sept 2014 à 17:40

    Normal, la France s'appauvrit et sa population ressemble de plus en plus à un pays du tiers monde

  • fortunos le jeudi 28 aout 2014 à 17:48

    la famille le pen et ses electeurs du premier parti de France vont etre contents!!

  • faf07 le jeudi 28 aout 2014 à 16:55

    Tant mieux ... ça fera baisser les prix