Résidences secondaires : le nombre d'acheteurs diminue... et les prix aussi

le
6

Le marché de la résidence secondaire a enregistré une baisse de prix plus importante que l'ensemble du marché en 2014 : un repli de 4,3 % dans ce segment sur l'année, contre 1,7% en moyenne.

La crise et le manque de confiance des potentiels acquéreurs ne font pas bon ménage quand on parle d'immobilier... Les enseignements de l'étude réalisée par Guy Hoquet Immobilier sur l'état du marché des résidences secondaires sont sans appel: «Sur les régions emblématiques de ce marché, nous observons une baisse des prix de 4,3 % sur l'année, contre -1,7 % en France en moyenne», observe Fabrice Abraham, Directeur Général du réseau Guy Hoquet l'Immobilier. «La résidence secondaire est un achat plaisir, elle est donc la première à pâtir du manque de confiance en la reprise».

Du côté des vendeurs, on fait donc grise mine: face à des acquéreurs moins nombreux et moins portés sur le confort, il est évident de deviner où est le rapport de force... «Aujourd'hui, on ne vend plus rien sans une baisse spectaculaire», constate Frédéric Halimi, au Canet-en-Roussillon. Même constat sur les côtes bauloises, en Loire-Atlantique, où des maisons de charme, les pieds dans l'eau, perdent jusqu'à 20% de leur valeur initiale!

Le haut de gamme n'est pas épargné

Et cette baisse généralisée emmène tout sur son passage, y compris les biens haut-de-gamme! «Un appartement de 90m² vue mer, avec toit terrasse de 150 m² à 850.000 euros, je n'ai jamais eu de bien aussi exceptionnel à ce prix-là», observe Peggy Bancquart à Saint-Tropez, dans le sud de la France. La saison que nous traversons est aussi l'occasion de constater que les stations de ski aussi sont concernées. «À Courchevel, certains biens dont les prix ont battu des records ces dernières années sont aujourd'hui victimes du désintérêt des investisseurs étrangers. On voit des biens perdre jusqu'à 30% de leur prix d'origine», constate Stéphane Breton, agent immobilier à Albertville.

De belles opportunités se dessinent donc pour les acquéreurs qui, en plus de ces prix historiques, peuvent bénéficier de taux extrêmement bas. Dans un contexte de déflation en Europe, ces conditions avantageuses devraient perdurer jusqu'à la fin de l'année... «Le marché de la résidence secondaire change de visage», conclut Fabrice Abraham. «Ces évolutions sensibles du marché sont aussi la traduction d'une nouvelle façon de concevoir sa résidence de vacances.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • supersum le mardi 24 fév 2015 à 09:20

    Dans ma région les " residences secondaires" bloquent plutot ceux qui cherchent une résidence principale et de tous les ages, ils préfèrent vivre à la mer et le week end ils sont sur place donc bidon ou dans des coins à la kon

  • supersum le mardi 24 fév 2015 à 09:17

    Miami Vice, sans compter que pour y aller tous les week end c'est facile et pas cher

  • dugan le lundi 23 fév 2015 à 23:12

    Les français ne sont pas tous des c.....! ils achètent oui, à l'étranger. A Miami entre autre, il y a de très beaux appart, il y fait toujours beau et pas de fiscalité dissuassive, le bonheur quoi !

  • kpm745 le lundi 23 fév 2015 à 22:17

    Les français d'appauvrissent les retraites baissent. Il devient de plus en plus difficile d'entretenir 2 maisons.

  • Al20156 le lundi 23 fév 2015 à 19:53

    Bidon, résidence secondaire peut être une résidence principale pour d'autres !!vendu - 3 mois résidence secondaire en Beaujolais, rapidement au prix ( -3 mois) comme résidence principale aux nouveaux propriétaires

  • Pathor le lundi 23 fév 2015 à 19:43

    La crise est passée par la, mais pas uniquement; il est quasiment impossible maintenant en France d'avoir une résidence secondaire sans qu'elle ne soit cambriolée ! pauvreté et chômage , mais aussi de plus en plus de bandes organisées qui nous viennent des pays de l'est... évidemment cette réalité est mise sous le tapis par les professionnels de l'immobilier et par le gouvernement.