Résidences secondaires : au Tréport, le bonheur à 100 000 ¤

le , mis à jour à 09:47
0
Résidences secondaires : au Tréport, le bonheur à 100 000 €
Résidences secondaires : au Tréport, le bonheur à 100 000 €

Après une matinée un peu morose, les restaurateurs ont soudain le sourire. Le soleil vient enfin de faire son apparition dans la petite ville de pêcheurs du Tréport (Seine-Maritime). Et avec lui, comme d'habitude, un flot de vacanciers se déverse dans les ruelles étroites bordées de boutiques, de brasseries populaires et de charmantes maisons d'ouvriers. La plage est prise d'assaut. Le marchand de glaces aussi. Et les mouettes, habituées, se mettent bruyamment au garde à vous pour chiper quelques restes. « Ça sent les vacances, ici, se réjouit Maryline. Nous, on vient dès qu'il fait beau. » Cette mère de famille vit dans la banlieue lilloise. Et lorsqu'elle arrive à poser quelques jours de congé, elle emmène ses enfants au Tréport. « C'est moins cher que la baie de Somme, lance-t-elle. Ou que Mers-les-Bains, la station huppée de la Somme, juste en face. Mais c'est aussi très joli et l'ambiance est plus décontractée. » De là à y acheter un pied-à-terre ? Pourquoi pas. Maryline y songe sérieusement.

 

Une maison familiale d'environ 120m² cherche acquéreur pour 120 000 ¤

Mais elle n'est pas la seule. Dans les agences immobilières du secteur, les appartements ou les maisons à acheter au Tréport s'arrachent désormais en moins de deux semaines. « Il faut dire que les prix sont assez bas, reconnaît Florence Crèvecoeur, directrice de l'agence Guy Hoquet d'Eu, la ville voisine. En 2008, avec la crise, les prix ont perdu 30 % ici. Il y a eu un petit rebond en 2010 et tout s'est ensuite effondré.

 

LIRE AUSSI

> Marché des résidences secondaires : où faire de bonnes affaires

 

Cet été, pour la première fois depuis longtemps, il y a un nouvel attrait pour la résidence secondaire. Ce doit être la conjoncture, la confiance revient. » Sans compter qu'ici le nid douillet avec la mer au bout de la rue reste un rêve accessible pour ceux qui ont un peu d'économies. Dans l'agence de Florence Crèvecoeur, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant