RESF exprime des doutes sur la fin de la rétention des enfants

le
0

PARIS (Reuters) - L'organisation de soutien aux étrangers sans papiers RESF a exprimé des doutes mardi sur une circulaire du ministre de l'Intérieur Manuel Valls mettant fin en principe à la rétention des familles avec enfants visées par une décision d'expulsion.

Cette circulaire, rendue publique samedi dernier par le cabinet de Manuel Valls, propose l'assignation à résidence des familles avec enfants, comme solution alternative à leur placement en "rétention" administrative, une sorte d'emprisonnement sans fondement pénal.

RESF (Réseau éducation sans frontières) estime dans un communiqué que le texte de la circulaire "multiplie les précautions, les conditions, les nuances et les prudences propres, croit-il, à l'absoudre auprès de la droite et de l'extrême-droite".

En effet, remarque l'organisation, il sera toujours possible d'envoyer en rétention les familles avec enfants "dont les garanties de représentation sont faibles et dont le comportement d'ensemble révèle une volonté manifeste de fraude et de refus de leurs obligation".

Par ailleurs, les enfants pourront toujours être enfermés "en cas de fuite d'un ou de plusieurs membres de la famille ou de refus d'embarquement". Ces restrictions ouvrent selon RESF la voie à un maintien de la pratique de rétention des enfants.

Surtout, remarque RESF, la circulaire ne s'applique pas à Mayotte, territoire français de l'Océan indien qui a pourtant obtenu dernièrement le statut de département et où "plus de 5.000 enfants ont été enfermés en 2011, certains sans leurs parents, dans un centre de rétention aux conditions moyenâgeuses".

Sur la politique à l'égard des étrangers sans papiers, le nouveau gouvernement de gauche a renoncé aux objectifs chiffrés d'expulsions et maintenu des régularisations au cas par cas, affirmant rester ferme sur la question et refuser toute régularisation massive.

Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant