Réserver un taxi avec chauffeur blanc, "sans problème" en Belgique

le
1
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

De la discrimination raciale dans les taxis. Une enquête du quotidien Metro reprise par Le Vif révèle que quatre compagnies de taxis sur huit testées à Bruxelles et en Flandre acceptent de fournir un chauffeur blanc quand le client le réclame. La moitié des entreprises ont ainsi répondu "sans problème", tandis que deux autres ont fait preuve d'indignation à la suite des demandes et que les deux dernières ont tout bonnement refusé, sans rien ajouter de plus.

Le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, cité par le journal Le Vif, a qualifié ces pratiques de "totalement inacceptables", précisant que "c'est de la discrimination pure et simple". Le ministre belge a d'ailleurs promis que l'administration et l'inspection s'intéresseraient de plus près aux cas potentiels pour y mettre un terme.

Quant au directeur du Centre interfédéral pour l'égalité des chances, Jozef De Witte, il a rappelé que "ce n'est pas seulement interdit de formuler cette demande en tant que client, c'est aussi interdit d'y répondre par la positive en tant que prestataire". Si la pratique choque Jozef De Witte, il n'est toutefois pas vraiment surpris. "C'est typique des entreprises qui se trouvent entre le client et le chauffeur, elles ne veulent pas risquer de perdre des revenus", affirme-t-il.

Des pratiques similaires au Royaume-Uni

Des propos confirmés par un article du Guardian datant du 21 octobre. Le papier du journal britannique, qui a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le samedi 25 oct 2014 à 12:32

    Un article de fond se poserait la question: "pourquoi un chauffeur blanc"? puis pourquoi les noirs ne demandent pas un "chauffeur noir". Mais il faudra attendre le XXIIeme siècle pour répondre simplement à ces questions. De même, pourquoi un bon 60% des détenus sont musulmans: pourquoi? les réponses n'intéressent pas ceux qui font commerce des voix d'électeurs