Réseaux sociaux: une majorité de Français pour la régulation des propos haineux

le
0
Réseaux sociaux: une majorité de Français pour la régulation des propos haineux
Réseaux sociaux: une majorité de Français pour la régulation des propos haineux

Une majorité de Français est favorable à une meilleure régulation des propos haineux tenus sur les réseaux sociaux, selon un sondage Opinionway pour l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), qui organise dimanche à Paris les Assises de la lutte contre la haine sur internet.Selon ce sondage, publié dans le JDD, 92% de la population est favorable à l'idée de bloquer et déférencer les sites internet faisant l'apologie du terrorisme, et 89% sont partisans de "responsabiliser les opérateurs comme Google, Facebook et Twitter pour une plus grande maîtrise des contenus diffusés".Ils sont également majoritairement favorables à la proposition d'instaurer "un système d'amendes pour les auteurs de messages de haine" (83%), ou de "rendre systématique le renseignement, lors d'une inscription sur une plateforme ou un réseau social, de son identité officielle dans un formulaire restant confidentiel" (78%). Par ailleurs, 83% estiment que la possibilité de poster sur internet des contenus sous couvert d'anonymat "favorise l'expression de propos haineux" et 74% qu'elle représente "un danger pour la société". Et 68% pensent que cet anonymat "permet à toute les opinions d'être représentées".Si près d'un quart de la population juge crédibles les informations délivrées par les forums de discussions (25%), les vidéos (25%), les blogs (22%) et les réseaux sociaux (21%), cette proportion augmente chez les jeunes: 40% des 18-25 ans considèrent "crédibles" les forums de discussions, 36% les vidéos sur internet, 32% les blogs et 35% les réseaux sociaux.La moitié des Français dit avoir déjà été confrontée sur internet à des propos racistes (51%) ou antimusulmans (49%), tandis que 45% ont été confrontés à des propos homophobes ou xénophobes, et 43% à des propos antisémites. Ils sont également 38 % à avoir eu affaire à des propos "complotistes" ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant