Réseaux mobiles: Orange attaque l'accord entre SFR et Bouygues

le
0
Réseaux mobiles: Orange attaque l'accord entre SFR et Bouygues
Réseaux mobiles: Orange attaque l'accord entre SFR et Bouygues

L'Autorité de la concurrence a annoncé mercredi soir à l'AFP avoir reçu une plainte d'Orange visant l'accord conclu en février entre SFR et Bouygues Telecom pour mutualiser une partie de leurs réseaux mobiles, confirmant une information des Echos.Le paysage français des télécoms est en pleine agitation depuis l'accord intervenu début avril entre Vivendi et Altice-Numericable pour le rachat par ce dernier de l'opérateur SFR. En février, SFR et Bouygues Telecom avaient annoncé qu'ils allaient mettre en commun une partie de leurs antennes et déployer un réseau "partagé" pour la 2G, la 3G et la 4G, sur une zone correspondant à 57% de la population - hors grandes agglomérations et zones dites "blanches". L'accord vise à générer pour SFR et Bouygues Telecom plusieurs dizaines de millions d'euros d'économies à terme. Une fourchette de 200 à 300 millions a même été avancée par certaines sources.Ce partenariat entre les numéros deux et trois des télécoms en France est entré en application dès son annonce il y a trois mois.L'Autorité de la concurrence a dit avoir reçu "une plainte de la part d'Orange, assortie d'une demande de mesures conservatoires" dans le but de suspendre l'application de l'accord.Orange, qui juge anticoncurrentielle la mutualisation entre les deux opérateurs, souhaiterait également que l'accord soit suspendu le temps que l'Autorité de la concurrence se prononce sur le rachat de SFR.Si l'Autorité de la concurrence juge que le partenariat présente un problème en termes de concurrence, elle pourrait demander la suspension temporaire de sa mise en oeuvre le temps de trancher le litige sur le fond.Contactée mercredi soir par l'AFP, l'Autorité des télécoms (Arcep) a pour sa part indiqué avoir auditionné début mars SFR, Bouygues Telecom mais aussi Orange et Free à ce sujet. Elle précise avoir posé aux deux signataires "des questions complémentaires" et indique en attendre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant