RER-Le groupe CAF confirme avoir été écarté de l'appel d'offres

le
0
    MADRID/PARIS, 2 novembre (Reuters) - Le groupe espagnol CAF 
 CAF.MC  a confirmé mercredi soir ne plus être dans la course 
pour la fourniture de rames de RER, laissant désormais seul en 
lice le consortium formé par Alstom  ALSO.PA  et Bombardier 
 BBDb.TO  pour ce contrat de plus de trois milliards d'euros.  
    D'après la publication spécialisée Mobilettre, un audit a 
conclu que l'entreprise espagnole n'offrait pas les garanties 
suffisantes pour livrer comme prévu les rames à une cadence de 
70 par an à partir de 2021.   
    "Nous ne participons plus à l'appel d'offres", a déclaré à 
Reuters un porte-parole de CAF en expliquant que le groupe avait 
reçu un courrier en ce sens de la SNCF, qui pilote l'appel 
d'offres au nom du STIF, l'établissement public des transports 
d'Ile-de-France. 
    La SNCF a indiqué que l'appel d'offres suivait son cours et 
qu'une décision serait prise d'ici la fin de l'année. 
    Le contrat des RER porte sur 270 rames de nouvelle 
génération à deux niveaux, les premières étant destinées aux 
lignes E et D du réseau d'Ile-de-France. 
    Interrogé sur l'appel d'offres en cas pour les rames de RER, 
Alstom s'est refusé à tout commentaire sur l'éviction de CAF 
mais a indiqué qu'il prévoyait de déposer tous les documents de 
son offre finale le 7 novembre. 
    Face au risque d'une fermeture du site historique d'Alstom à 
Belfort, l'Etat a annoncé début octobre un plan qui prévoit 
notamment la promesse d'anticiper des commandes de rames de TGV. 
  
     
 
 (Angus Berwick à Madrid, Emmanuel Jarry et Astrid Wendlandt à 
Paris, Matthieu Protard pour la service français, édité par Marc 
Angrand) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant