Reprise : « Showgirls » réhabilité

le
0
Elizabeth Berkley dans le rôle de Nomi Malone dans « Showgirls », de Paul Verhoeven.
Elizabeth Berkley dans le rôle de Nomi Malone dans « Showgirls », de Paul Verhoeven.

Très mal accueilli à sa sortie en 1995, le film de Paul Verhoeven revient en salles, ce qui permet sa redécouverte.

Les grands films sont-ils toujours en avance sur leur temps ? Et, d’ailleurs, Showgirls, de Paul Verhoeven, qui revient en salles plus de vingt ans après une sortie accompagnée d’une réception désastreuse, est-il vraiment un grand film ? L’auteur de ces lignes avait contribué, avant d’en éprouver quelques remords, à l’accueil plutôt réservé des commentateurs français au moment de sa sortie commerciale. Le film avait dû apparemment affronter une critique américaine déchaînée et s’était vu attribuer plusieurs Razzie Awards, récompense destinée à couronner le plus mauvais film de l’année.

Entre-temps, certes, de l’eau a coulé sous les ponts, quelques autorités respectées comme Jacques Rivette, au cours d’un entretien donné aux Inrocks, ont fait entendre des avis discordants. Et, surtout, Paul Verhoeven a réalisé depuis d’autres films avec lesquels Showgirls entre étrangement en résonance. Tout cela a contribué à la redécouverte et à la réhabilitation d’une œuvre maintenant considérée comme l’une des plus importantes de son auteur.

Forme d’incertitude Récit de l’ascension d’une jeune femme dans le milieu des danseuses nues de Las Vegas, le film reprend le schéma de l’aspirante ambitieuse complotant pour prendre la place de la star, schéma tiré du All About Eve, de Joseph Leo Mankiewicz, situé dans le milieu du théâtre. Ce qui peut aisément rebuter est sans doute cette absence de distance vis-à-vis d’un univers dérisoire (que penser de cette obsession qui consiste à vouloir ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant