Reprise sans illusion des pourparlers israélo-palestiniens

le
0
REPRISE SANS ILLUSION DES POURPARLERS ISRAÉLO-PALESTINIENS
REPRISE SANS ILLUSION DES POURPARLERS ISRAÉLO-PALESTINIENS

par Jeffrey Heller

JERUSALEM (Reuters) - Les pourparlers de paix sur la création d'un Etat palestinien ont repris mercredi à Jérusalem dans un climat de scepticisme après les annonces israéliennes de construction de milliers de nouveaux logements dans des colonies juives de Cisjordanie et de Jérusalem-Est.

Un responsable israélien informé de la teneur de ces discussions dans un lieu tenu secret les a qualifiées de sérieuses. S'exprimant sous le sceau de l'anonymat, il a ajouté que les deux parties étaient convenues de se retrouver bientôt.

Aucun détail n'a été divulgué sur les thèmes abordés au cours de cette séance de négociations. Les deux camps se sont entendus pour ne faire fuiter aucune information afin d'augmenter les chances de succès de ce processus.

Quelques heures avant la reprise de ces discussions après une première prise de contact fin juillet à Washington, Israël a libéré dans la nuit de mardi à mercredi 26 prisonniers palestiniens sur les 104 que l'Etat hébreu s'est engagé à élargir conformément à une exigence du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Ces Palestiniens purgeant de longues peines pour des attaques contre des Israéliens ont été sortis de prison à bord de véhicules aux vitres teintées qui les ont rapidement amenés aux frontières de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, où ils ont été accueillis triomphalement.

L'atmosphère était beaucoup moins festive lorsque les négociateurs palestiniens et israéliens se sont retrouvés dans l'après-midi à l'hôtel King David de Jérusalem.

"Israël va recourir à des esquives et à des dérobades et formuler des demandes impossibles à satisfaire pour pouvoir dire que ces discussions sont stériles et poursuivre la politique de vol de terres menée en ce moment", a déclaré Yasser Abed Rabbo, un des négociateurs mandatés par Mahmoud Abbas.

Israël vient de donner son feu vert à la construction de 3.100 nouveaux logements dans les colonies de peuplement juives en Cisjordanie, malgré les critiques internationales.

La ministre israélienne de la Justice, Tzipi Livni, chef des négociateurs de son pays, a promis sur sa page Facebook d'oeuvrer en faveur de la "sécurité" d'Israël.

"Aujourd'hui, je vais poursuivre la mission importante que j'ai entamée: conclure un accord de paix qui maintiendra le pays juif et démocratique et offrira la sécurité (...) à Israël et à ses citoyens", a-t-elle écrit.

"COMPTE À REBOURS"

Le ministre des Sciences, Yaakov Peri, a de son côté évoqué le "périple long et épuisant" qui attend les négociateurs. "Le compte à rebours est enclenché pour les Palestiniens comme pour nous. Nous n'aurons pas beaucoup d'autres occasions de résoudre ce conflit", a-t-il dit à la radio de l'armée israélienne.

Pour éviter une trop forte contestation interne, le gouvernement est resté discret sur les noms des Palestiniens qui doivent encore être libérés.

Aux premières heures de mercredi, les 11 anciens prisonniers ramenés en Cisjordanie ont été accueillis par les chants et les larmes de centaines de proches agitant des drapeaux palestiniens dans le complexe présidentiel de Ramallah, où une grande scène avait été installée.

Mahmoud Abbas a embrassé chacun d'eux sur les deux joues et s'est joint à eux pour effectuer le V de la victoire sous les flashs des photographes.

Dans la bande de Gaza, où sont arrivés les 15 autres anciens prisonniers après avoir franchi un barrage israélien, des Palestiniens ont tiré en l'air et allumé des feux d'artifice pour fêter leur libération.

KERRY RÉSIGNÉ

Ces démonstrations de joie ont été accueillies avec amertume en Israël.

"C'est un triste jour pour commencer à négocier avec des gens qui accueillent des meurtriers comme des héros", a réagi Erez Goldman, un habitant de Jérusalem. "Je ne pense pas de toute façon que ces négociations nous mènent quelque part."

Si le pessimisme est de mise dans les deux camps, ni Mahmoud Abbas, ni Benjamin Netanyahu ne veulent porter la responsabilité de l'échec éventuel des pourparlers.

A l'origine de la reprise des discussions après trois ans de suspension, John Kerry a pris la peine mardi de téléphoner aux dirigeants des deux camps en marge de sa première visite en Amérique du Sud en tant que secrétaire d'Etat américain.

Du Brésil, John Kerry dit avoir eu une "discussion très franche et ouverte, directe au sujet des colonies" avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.

Il s'est également dit certain que Mahmoud Abbas "continuait de vouloir venir à cette négociation", que le secrétaire d'Etat américain a arraché aux Israéliens et aux Palestiniens à l'issue d'une intense navette diplomatique.

John Kerry a toutefois semblé se résigner à ce qu'Israël continue de développer les colonies qu'il compte conserver dans le cadre d'un éventuel accord de paix.

"Nous continuons de penser que ce serait mieux de ne pas le faire", a-t-il dit. "Mais il y a des réalités dans la vie d'Israël qu'il faut prendre en compte."

Avec Ori Lewis et Dan Williams à Jérusalem, Noah Browning, Ali Sawafta et Hamouda Hassan à Ramallah et Nidal al Mughrabi à Gaza,; Tangi Salaün et Bertrand Boucey pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant