Reprise du débat sur la recherche sur l'embryon à l'Assemblée

le
0
LES DÉPUTÉS SE PENCHENT À NOUVEAU SUR LA QUESTION DE LA RECHERCHE SUR L?EMBRYON
LES DÉPUTÉS SE PENCHENT À NOUVEAU SUR LA QUESTION DE LA RECHERCHE SUR L?EMBRYON

PARIS (Reuters) - Les députés français ont repris mercredi l'examen d'une proposition de loi qui prévoit d'autoriser sous certaines conditions la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires, malgré la vive opposition de la droite.

La loi de 2011 prévoit une interdiction de la recherche sur les embryons mais assortie de dérogations accordées par l'Agence de biomédecine. La proposition des radicaux de gauche prévoit de passer d'un régime "d'interdiction assorti de dérogations" à un régime "d'autorisation encadrée" de la recherche sur l'embryon.

L'ensemble de la gauche, Front de gauche inclus, est favorable à cette proposition soutenue par Geneviève Fioraso, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

"Il est grand temps de désentraver la recherche au profit des scientifiques et surtout des malades en attente de thérapies nouvelles", a dit Roger-Gérard Schwartzenberg, le président du groupe des radicaux de gauche.

Pour l'UMP Philippe Gosselin, au contraire, ce texte "rompt l'équilibre" de la loi de 2011 "pour céder à de l'idéologie, de la calinothérapie à l'égard des radicaux de gauche et puis aussi à la pression mercantile d'un certain nombre de laboratoires".

Plusieurs dizaines d'opposants à ce texte, également critiqué par Mgr André Vingt-Trois, cardinal archevêque de Paris, sont venus manifester aux abords du Palais-Bourbon.

L'examen devrait s'achever jeudi, les députés se prononçant le 16 juillet par un vote solennel sur l'ensemble de la proposition de loi qui sera alors définitivement adoptée par le Parlement.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant