Reprise des négociations climatiques à Bangkok

le
0
Plusieurs Etats insulaires comme les Maldives pourraient ne pas survivre au réchauffement climatique et à la hausse perpétuelle des émissions de gaz à effet de serre.
Plusieurs Etats insulaires comme les Maldives pourraient ne pas survivre au réchauffement climatique et à la hausse perpétuelle des émissions de gaz à effet de serre.
La capitale thaïlandaise accueille jusqu'à la fin de la semaine une réunion préparatoire au sommet de Doha (Qatar), qui comme ses derniers prédécesseurs présage de tractations mouvementées...
Il s'est littéralement évaporé du débat politique avec l'aggravation de la crise économique, mais le réchauffement climatique n'en demeure pas moins une terrifiante réalité comme en ont témoigné, pour citer deux exemples récents, la sécheresse qui a frappé les États-Unis et l'accentuation de la fonte des glaces dans l'océan Arctique. La communauté internationale le sait, même si certains de ses membres éminents, exagérément attachés à la défense de leur pré carré et de leurs intérêts économiques à court terme, continuent de briller par leur inconséquence écologique : il faut agir. Vite. Faciliter l'accès à l'énergie durable aux pays dits du Sud, prendre des mesures fortes pour contenir la déforestation, en particulier en Amazonie, en Afrique noire et en Indonésie, et d'une façon générale réduire substantiellement les rejets de dioxyde de carbone.
Plus facile à dire qu'à faire vu les résultats décevants des derniers grands sommets internationaux sur le climat. De Copenhague (Danemark) fin 2009 à Rio de Janeiro (Brésil) au tout début de l'été, en passant par Cancun (Mexique) en décembre 2010 et Durban (Afrique du Sud) l'an passé, tous ont été synonymes d'avancées bien trop timides, les plus exigeants diront même d'échecs ret
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant