Reprise des combats dans le Haut-Karabakh

le
0
 (Actualisé avec communiqué du Quai d'Orsay, §§ 7 et 8) 
    BAKOU/EREVAN, 2 avril (Reuters) - De nouveaux combats ont 
éclaté samedi dans le Haut-Karabakh, région sécessionniste 
d'Azerbaïdjan majoritairement peuplée d'Arméniens de souche.  
    "Six chars arméniens ont été détruits et une centaine de 
militaires arméniens tués ou blessés", dit le ministère 
azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué. Il fait en 
outre état de douze morts dans les rangs de l'armée 
azerbaïdjanaise. 
    Le gouvernement arménien a démenti ce bilan sans en avancer 
d'autre.  
    Selon l'état-major des forces de la région, un hélicoptère 
de l'armée azerbaïdjanaise a été abattu, ce que Bakou a reconnu. 
    Les deux camps font également état de pertes civiles et 
s'imputent mutuellement la responsabilité de la reprise des 
combats. Le président russe Vladimir Poutine a invité les deux 
camps "à faire preuve de retenue pour éviter de nouvelles 
pertes", selon le Kremlin.  
    Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, 
s'est par ailleurs entretenu par téléphone avec ses homologues 
azerbaïdjanais et arménien.  
    "La France est préoccupée par les incidents à proximité de 
la ligne du cessez-le-feu au Haut-Karabakh. Elle déplore les 
pertes de vies humaines, en particulier de civils", a déclaré le 
porte-parole du ministère français des Affaires étrangères dans 
un communiqué. 
    "Elle appelle toutes les parties au respect du cessez-le-feu 
(et) à un retour sans délai à la table des négociations", a-t-il 
ajouté, en précisant que la diplomatie française "ne 
ménager(ait) pas (ses) efforts dans ce but".  
     Le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter 
Steinmeier, a quant à lui réclamé "la fin immédiate des combats 
et le strict respect du cessez-le-feu".  
    Les affrontements pour le contrôle du Haut-Karabakh ont fait 
30.000 morts en 1991, lors de l'effondrement de l'Union 
soviétique. Malgré le cessez-le-feu entré en vigueur en mai 
1994, des affrontements éclatent régulièrement dans la région. 
 
 (Nailia Bagirova et Hasmik Mkrtchyan, Avec Simon Carraud à 
Paris; Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant