Reprise d'Alstom : Siemens et Mitsubishi étudient une offre, réunion jeudi à l'Elysée

le
1
Reprise d'Alstom : Siemens et Mitsubishi étudient une offre, réunion jeudi à l'Elysée
Reprise d'Alstom : Siemens et Mitsubishi étudient une offre, réunion jeudi à l'Elysée

L'allemand Siemens et le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) ont annoncé ce mercredi envisager de faire une offre commune sur «certains actifs» d'Alstom d'ici mi-juin.

Une annonce qui intervient quelques heures avant  la réunion convoquée ce jeudi à 8 heures par François Hollande à l'Elysée pour «faire le point» sur le dossier Alstom, convoitée également par Alstom.  Le Premier ministre, Manuel Valls, et le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, participeront à cette réunion.

De leur côté, «MHI et Siemens décideront d'ici (lundi) 16 juin s'ils soumettent ou non une offre officielle au conseil d'Alstom», indiquent les deux groupes dans un communiqué commun, qui ne précise pas quels actifs sont visés. A Paris, une source proche du dossier a évoqué une offre sur le pôle énergie de l'industriel français.

Selon cette source, confirmant une information de l'agence Bloomberg, il s'agirait de construire deux entités, l'une regroupant certaines activités d'Alstom et Siemens d'un côté, et de l'autre celles de MHI et le restant des activités énergétiques d'Alstom.

«MHI a été invité à joindre ses forces à Siemens et nous croyons fermement pouvoir contribuer de manière importante à la solution d'un partenariat pour Alstom qui créerait de la valeur pour tous, y compris pour la France», a seulement commenté, dans le communiqué, Shunishi Miyanaga, le patron de l'industriel japonais.

«Ce serait un démantèlement»

«Alstom est sceptique et choqué. (...) Ce serait un démantèlement», a-t-on indiqué dans l'entourage du groupe industriel français. «Ce n'est pas une solution pérenne pour les problématiques» d'Alstom, comme l'absence de taille critique, un marché énergétique européen en berne et la concurrence internationale accrue, a poursuivi cette source proche du groupe.

En s'alliant à MHI, Siemens tente de contrer son concurrent américain General Electric, qui a déjà mis sur la table ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mickae82 le mercredi 11 juin 2014 à 22:29

    comme chez le boucher il vaut mieux vendre en morceaux ça rapporte plus.