Reprise attendue des discussions entre l'Iran et le P5+1

le
0

DUBAI, 8 octobre (Reuters) - L'Iran et les puissances du P5+1 engagés dans la recherche d'un accord définitif sur le programme nucléaire de Téhéran auront des discussions multilatérales et bilatérales d'ici à la fin de la semaine prochaine à Vienne, a annoncé mercredi le gouvernement iranien. La république islamique et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne) plus l'Allemagne ont repoussé au 24 novembre prochain la date limite des négociations d'un accord définitif. "Je pense que nous aurons des discussions bilatérales et multilatérales avant la fin de la semaine prochaine à Vienne", a déclaré une porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. Marzieh Afkham, dont la conférence de presse était retransmise en direct à la télévision, n'a pas précisé la longueur de ces discussions. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès des services de Catherine Ashton, la Haute Représentante de l'Union européenne pour la politique étrangère qui coordonne les discussions au nom du P5+1 - et devrait continuer à le faire au moins à court terme, même après son remplacement par l'Italienne Federica Mogherini dans le cadre du renouvellement des institutions communautaires. Selon une source diplomatique à Vienne, ce prochain cycle est programmé les 14 et 15 octobre mais ne devrait concerner qu'une partie et non la totalité des acteurs de ce dossier qui s'éternise depuis le début des années 2000. Cité mardi soir par l'agence officielle de presse Irna, le président iranien, Hassan Rohani, a évoqué un "consensus entre l'Iran et le P5+1 sur des questions fondamentales et des divergences sur des menus détails". "Il n'y a pas de litige sur le fait de savoir si des réacteurs devraient être construits à Arak, si l'Iran devrait bénéficier de la technologie d'enrichissement (de l'uranium) ou sur Fordow et l'arrêt des prétendues activités militaires. Les divergences portent principalement sur des détails et sur des quantités", a-t-il dit. Les Occidentaux soupçonnent à l'Iran de chercher à se doter de la bombe atomique. Téhéran affirme que son programme nucléaire poursuit seulement des usages civils de l'atome. (Michelle Moghtader et Mehrdad Balali avec Fredrik Dahl à Vienne; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant