Repos dominical : pas de remise en cause, le gouvernement veut clarifier les règles

le
0
Repos dominical : pas de remise en cause, le gouvernement veut clarifier les règles
Repos dominical : pas de remise en cause, le gouvernement veut clarifier les règles

Le gouvernement a choisi de temporiser sur l'explosif dossier du travail dominical. Pour cela, Jean-Marc Ayrault a confié lundi, à l'issue d'une réunion interministérielle à Matignon, une mission de concertation à Jean-Paul Bailly. L'ancien président de La Poste, chargé de «clarifier le cadre juridique» du travail le dimanche, caractérisé par de multiples dérogations, doit rendre ses propositions de réformes fin novembre.

Pas question de toucher à la règle du repos dominical assure Matignon. Il s'agit d'«un principe essentiel en termes à la fois de protection des salariés et de cohésion sociale» soulignent les services du Premier ministre. «Le principe est le repos dominical» a renchérit la ministre du Commerce Sylvia Pinel interrogée lundi sur France Inter. Auparavant, Michel Sapin, le ministre du Travail avait également rappelé qu'il n'était «pas question» de toucher au principe «du repos dominical».

Pour Matignon, l'enjeu de cette mission est plutôt de faire le ménage dans les règles du jeu. En clair, «il faut clarifier les dérogations» résume Sylvia Pinel qui dénonce un «mille-feuilles législatif et réglementaire». Pour la ministre du Commerce, «le travail dominical est une réalité et la clarification est nécessaire mais c'est un sujet complexe qui fait prendre en compte nombre d'enjeux, économiques, sociaux et sociétaux, nous devons prendre le temps d'une réflexion approfondie» poursuit-elle.

La mission Bailly devra donc concilier aspirations des consommateurs et respect des droits des salariés. «Il faut que les partenaires sociaux se parlent et il faut voir comment les choses peuvent être aménagées» estime pour sa part le porte-parole du PS David Assouline.

Le bras de fer continue

Mais pour Gérald Fillon, porte-parole du collectif des Bricoleurs du dimanche, le bras de fer continue. «On attendait un peu plus qu'une énième mission» a-t-il déclaré sur BFMTV. «Il faut ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant