Repli généralisé des marchés, troublés par l'économie européenne

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont clôturé en nette baisse, pénalisés par des statistiques décevantes et la stagnation du pétrole. Une tendance qui est également celle de Wall Street. Après avoir gagné 0,53% lors de la séance précédente, l'indice CAC 40 a clôturé en baisse de 2,18% à 4 250,28 points. L'EuroStoxx a, lui, perdu 1,9% à 2 711,83 points. Wall Street évolue avec un indice Dow Jones en baisse de 0,61% à 17 627,5 points.

Alors que le début de semaine affichait un léger rebond malgré la chute boursière du secteur télécoms lundi, l'influence négative des données économiques a pesé sur les marchés actions. Après les mauvais chiffres japonais pour le secteur manufacturier vendredi, plusieurs données européennes ont déçu. Les indices PMI de mars ont ainsi été révisés à la baisse, tant en Allemagne, qu'en France et en zone euro. L'accès de faiblesse de l'économie allemande, traditionnel moteur de l'Europe, a notamment semé le doute.

De son côté, la stagnation du marché pétrolier (-0,05% 37,56 dollars) après sa forte baisse d'hier, ne rassure pas les investisseurs.

A la Bourse de Paris, les investisseurs ont pris connaissance du nouveau plan stratégique de Peugeot, rebaptisé Groupe PSA, :" Push to pass ". L'objectif du groupe automobile, d'une marge opérationnelle courante de 4% en 2016-18 n'a pas convaincu. Le titre a chuté de 6,51% à 13,715, accusant la plus forte baisse du CAC 40.

Déçus, les investisseurs n'ont pas épargné l'ensemble du secteur automobile, Renault (-4,89%), Valeo (-4,8%) et Faurecia (-4,7%) font partie des plus fortes baisses du SBF 120.

Sartorius Biotech (+1,55%) a été pour sa part, une des rares hausses du SBF 120. Le groupe spécialisé dans la fourniture d'équipements de pointe destinés aux laboratoires de biotechnologie a bénéficié de ses qualités défensives.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant