Repli de l'activité du secteur privé en février

le
11
REPLI ACCRU DE L'ACTIVITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN FÉVRIER EN FRANCE
REPLI ACCRU DE L'ACTIVITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN FÉVRIER EN FRANCE

PARIS (Reuters) - L'activité dans le secteur privé en France s'est repliée en février à un rythme supérieur au mois précédent, avec un recul dans les services le plus important depuis neuf mois, soulignant la fragilité du redémarrage de l'économie française.

Selon les premières estimations publiées jeudi par Markit, l'indice PMI composite, qui combine l'industrie et les services, a reculé à 47,6 contre 48,9 en janvier, son niveau le plus bas en deux mois.

L'indice du secteur des services a de nouveau baissé, à 46,9, après 48,9 en janvier, alors qu'il était attendu à 49,4 en moyenne par les économistes interrogés par Reuters.

Celui du secteur manufacturier a baissé pour atteindre 48,5 contre 49,3 en janvier, soit son plus bas niveau en deux mois. Les économistes l'anticipaient à 49,6 en moyenne.

La barre de 50 sépare contraction et croissance.

Les fabricants signalent cependant une hausse de leur production pour la première fois depuis juillet, ajoute Markit, même si l'expansion n'est que marginale.

Le volume des nouvelles affaires diminue pour le cinquième mois consécutif dans le secteur privé. Parallèlement, les fabricants mentionnent une croissance marginale des nouvelles commandes à l'export, la deuxième consécutive.

"Le gouvernement doit faire bien davantage pour convaincre les entreprises que des réformes vont se faire", a déclaré à Reuters Chris Williamson, économiste chez Markit.

Jack Kennedy, lui aussi économiste chez Markit, souligne dans un communiqué "quelques évolutions favorables telles que le retour à la croissance de la production et une nouvelle hausse marginale des nouvelles commandes à l'export dans l'industrie manufacturière" ainsi qu'une hausse de la confiance des prestataires de services, à un plus haut de 23 mois.

L'emploi recule pour le quatrième mois consécutif dans le secteur privé, les effectifs diminuant modérément tant dans les services que dans l'industrie.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9095115 le jeudi 20 fév 2014 à 12:30

    gaia2011.Erreur ce serait entre 80 et 100 milliards que supportent nos entreprises pour payer notre surplus de 1,5 million de fonctionnaires

  • M9095115 le jeudi 20 fév 2014 à 12:22

    Bizarre l'activité du secteur est en hausse en allemagne

  • M9095115 le jeudi 20 fév 2014 à 12:21

    gaia2011.En Allemagne il y a 1,5 million de fonctionnaires en moins par rapport à la France et 6,7% de chomeurs.C'est 60 milliards d'Euros en moins à supporter pour les entreprises qui de fait sont plus compétitives et travaillent plus donc embauchent plus

  • gaia2011 le jeudi 20 fév 2014 à 11:22

    Avec 1,5 millions de fonctionnaire en moins, DEST, notre chômage passerait de 3 millions à 4.5 millions et notre consommation perdrait 1.5 millions de clients... quel progrès !

  • gaia2011 le jeudi 20 fév 2014 à 11:18

    Qui croyez-vous,jyth01, qui a remis l'activité en route en Bretagne après les tempêtes ? Sans les services publics il n'y aurait plus d'électricité ni de téléphone... C'est facile de toujours dire que les autre ne font rien, c'est facile mais un aussi ridicule...

  • fbordach le jeudi 20 fév 2014 à 11:08

    Bienvenue au kolkhoze! mince, il y aurait une crise... Décidément tout va bien !

  • vinks007 le jeudi 20 fév 2014 à 11:04

    Pas grave, on a Montebourg qui va faire baisser l'euro...et Cazeneuve qui va le faire rentrer au pays !

  • M8252219 le jeudi 20 fév 2014 à 10:43

    DES ÉCONOMIES SÉRIEUSES MAIS POUR LE MOMENT CE NE SONT QUE PROMESSES ET MIROIR AUX ALOUETTES. réduction de moitié du nombre des élus: députés, sénateurs, présidents de régions, préfets, présidents des agglomérations,et par là réduction du nombre des fonctionnaires.FISCALISATION DE TOUS LES AVANTAGES ET INDEMNITÉS DES ÉLUS ET PLAFONNEMENT DE LEURS RETRAITES À 5 FOIS LE SMIG .

  • ccondem1 le jeudi 20 fév 2014 à 10:23

    La dure réalité...

  • d.e.s.t. le jeudi 20 fév 2014 à 10:14

    Cherchons réformes.....désespérément!Mais avec 1,5 million de fonctionnaires en trop ( par rapport à l'Allemagne) il ne faut surtout pas y toucher , dit le gros n.u.l. JMZero!Après tout ça ne fait qu'un GASPILLAGE ridicule de 100 MILLIARDS D'EUROS PAR AN!