Repérage, achat retardé, économies : comment les Français préparent les soldes

le
0

INFO LE FIGARO - Pour profiter au mieux des soldes d'été, qui débutent le mercredi 24 juin, à chacun sa stratégie. Près de la moitié des consommateurs compte acheter à des taux de réduction d'au moins 50%, selon une étude réalisée par BrandAlley pour Le Figaro. Le budget moyen s'élèverait à 245 euros.

Compte à rebours avant les soldes d'été. Le top départ de cette période de six semaines sera donné le mercredi 24 juin à 8 heures (hors départements bénéficiant de dérogations). La chasse aux bonnes affaires durera donc jusqu'au mardi 4 août. Pour en profiter au mieux, à chacun sa stratégie. Près d'un Français sur deux (47,7%) est déjà dans les starting-blocks, affirmant faire du repérage avant les soldes, selon une étude* réalisée par le site de ventes privées BrandAlley pour Le Figaro.

Très souvent, pourtant, ils ont pu acheter à prix cassés avant même le coup d'envoi officiel des soldes: 55,3% des personnes interrogées utilisent leurs cartes de fidélité pour bénéficier d'avantages promotionnels avant cette période de rabais. «Les soldes restent un rendez-vous très important, mais moins qu'il y a quelques années. Les opportunités de faire des bonnes affaires se sont multipliées tout au long de l'année», souligne Cyril Andrino, PDG de BrandAlley. Au total, 81,5% des consommateurs guettent les promotions mises en place avant les soldes pour se ruer en magasin et réaliser leurs achats à ce moment là.

Sans surprise, près des trois quarts des consommateurs reportent leurs achats avant les soldes pour bénéficier des prix soldés. Pour 17,2%, ils reportent quelques jours avant, mais beaucoup gèlent leurs achats un mois avant (15,6%) voire même plus (14,9%). «Pour éviter l'arrêt des achats avant les soldes, de nombreuses enseignes dégainent des promotions en avant-première sur les semaines précédant les soldes.» BrandAlley a lancé ses «Avant-Premières VIP» dès le jeudi 11 juin, avec des remises pouvant aller jusqu'à 80%.

Côté porte-monnaie, seule une personne sur cinq met de l'argent de côté pour préparer les soldes. Parmi ces personnes, près de la moitié (45,71%) se prévoit une enveloppe de 200 euros pour faire les magasins. Moins nombreux, certains consommateurs se gardent jusqu'à 400 euros (7,14 %), voire 500 euros ou plus (8,57%) pour faire les soldes. Autre astuce pour optimiser au mieux son budget, 23,1% - soit près d'un consommateur sur cinq - comptent utiliser une facilité de paiement pour financer leurs achats, en tête desquelles le paiement en 3 ou 4 fois, suivi de l'utilisation d'une carte de crédit d'enseigne (4,8%) ou de crédits classiques (3,4%).

Préférence pour les dernières démarques

Une chose est sûre, avec la crise, les Français restent très exigeants concernant les taux de rabais proposés par les enseignes. Pour la grande majorité des personnes sondées par BrandAlley, les soldes deviennent intéressants à partir de 50% de réduction (à 46,4% de répondants), et ils sont nombreux à exiger des prix cassés de 60% (16,2% des répondants), 70% (à 10,9%), voire même jusqu'à 80% (à 2,6%) ou 90% et plus (à 1,3%) ...

Ce qui explique en partie pourquoi 72,8% des consommateurs sont tout simplement prêts à attendre les dernières démarques, plutôt que d'aller en magasin dès le premier jour des soldes, afin de dénicher de meilleures affaires. Au risque, toutefois, de manquer de choix et de tailles. «Les deux moments forts des soldes sont la première semaine, durant laquelle les acheteurs se précipitent sur des articles qu'ils ont repérés avant et qu'ils veulent quelle que soit la réduction appliquée, et la dernière semaine. La fin des soldes attire les chasseurs de réduction qui savent que les enseignes vont massacrer les prix pour se débarrasser de leurs stocks», explique Cyril Andrino.

Un budget moyen de 245 euros, mais les hommes plus dépensiers que les femmes

Le budget moyen des Français pour les soldes d'été sera de 245 euros, un montant quasi similaire à celui consacré aux soldes d'hiver (242 euros), selon une étude YouGov pour le site de bons de réduction ma-reduc.com. À noter que les hommes, avec un panier moyen de 288 euros, seront beaucoup plus dépensiers que les femmes (210 euros). «Une différence qui peut s'expliquer dans le fait que les hommes comptent dépenser plus que les femmes dans des secteurs relativement plus chers comme le high-tech.» Si le budget reste identique par rapport à l'an passé pour 52% des Français envisageant de faire les soldes, ils sont tout de même 27% à anticiper un budget plus réduit cette année du fait de la baisse des revenus disponibles du foyer (baisse du salaire, hausse des charges…). «En cette période où la crise économique semble persister et où les chiffres du chômage sont peu encourageants, les Français continuent de se raccrocher naturellement à des périodes comme les soldes», commente Anne-Marie Schwab directrice générale de ma-reduc.com, dans un communiqué.

*L'étude BrandAlley a été réalisée dans la semaine du 1er juin 2015 auprès de 1336 répondants répartis sur toute la France en respectant la méthode des quotas.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant