Réouverture du Bataclan: "C'est ce soir que je reprends ma vie"

le , mis à jour le
0
Sting se produit au Bataclan, le 12 novembre 2016 dans le cadre des commémorations un an après les attentats ( AFP / STRINGER )
Sting se produit au Bataclan, le 12 novembre 2016 dans le cadre des commémorations un an après les attentats ( AFP / STRINGER )

Fermées depuis l'attentat du 13 novembre 2015, les portes du Bataclan se sont enfin rouvertes samedi, pour un concert de Sting: "C'est ce soir que je reprends ma vie comme elle était avant", a confié un survivant avant d'entrer dans la salle parisienne.

Pour Aurélien, rescapé de l'attaque qui avait fait 90 morts pendant le concert du groupe de rock américain Eagles of Death Metal, l'émotion était particulièrement vive avant de retrouver la salle, entièrement rénovée.

Photo fournie par Universal France, le 12 novembre 2016 du chanteur Sting au Bataclan, lors des répétitions
Photo fournie par Universal France, le 12 novembre 2016 du chanteur Sting au Bataclan, lors des répétitions ( AFP / HO )

"C'est la première fois que je vais dans un lieu public depuis un an. Je ne suis pas allé au cinéma, à un concert, je me faisais livrer mes courses, je suis tout le temps resté chez moi...", a témoigné ce trentenaire, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille.

"C'est ce soir que je reprends ma vie comme elle était avant. C'est un devoir, c'est une obligation d'être là, car il y a 90 personnes qui ne peuvent plus venir", a-t-il ajouté, ému, la main tremblante.

Devant la salle de concerts, bouquets de fleurs, bougies et messages ont rendu hommage aux victimes des trois jihadistes qui avaient fait irruption dans le Bataclan avant de provoquer un carnage en tirant à la kalachnikov ou en déclenchant des ceintures d'explosifs.

Plusieurs spectateurs sont d'ailleurs venus avec des roses.

Un homme prend un selfie le 12 novembre 2016 dans la salle de concert du Bataclan qui rouvrait ses portes, un an après
Un homme prend un selfie le 12 novembre 2016 dans la salle de concert du Bataclan qui rouvrait ses portes, un an après l'attaque qui avait fait 90 morts pendant le concert des Eagles of Death Metal le 13 novembre 2015 ( AFP / STRINGER )

"Ce n'est pas une nouvelle ère, c'est la vie qui continue", a résumé une spectatrice de ce concert qui affichait complet.

"C'était magnifique et émouvant, C'était aussi un vrai concert!", a glissé cette spectatrice de 48 ans, Claire Veyssière, après le concert de 1h20 de la star britannique. Parisienne amatrice de petites salles, elle se réjouit que "le Bataclan soit refait à l'identique, il n'y a pas de raison que ça change".

"On est venus pour la symbolique, pour Sting, pour l'hommage à la vie parce qu'on est Parisiens et pour l'hommage à toutes les victimes", a-t-elle expliqué.

Sting, "c'est un chanteur engagé, on serait peut être venus si ça avait été quelqu'un d'autre mais le fait que ce soit lui, c'est un plus", avait confié l'ami avec qui elle est venue, Marc Brevet, 54 ans.

- 'Pas complètement sereines' -

Pendant le spectacle, dans la salle, nombreux ont pleuré, mais les sourires étaient aussi très présents parmi les 1.500 spectateurs.

Un policier en faction devant le Bataclan qui rouvrait ses portes, le 12 novembre 2016, pour un concert de Sting un an apr&eg
Un policier en faction devant le Bataclan qui rouvrait ses portes, le 12 novembre 2016, pour un concert de Sting un an après l'attaque qui avait fait 90 morts lors du concert des Eagles of Death Metal le 13 novembre 2015 ( AFP / PHILIPPE LOPEZ )

"On n'est pas complètement sereines", avait cependant confié Josée Nuyet, 50 ans, venue avec une amie. "Pour les victimes, ce sera plus difficile que pour nous..."

Cette appréhension était partagée par d'autres spectateurs: "J'ai appris qu'il y avait un concert de Sting à Paris, je suis une fan de longue date. J'ai commencé à regarder le site de vente et je me suis rendue compte à ce moment-là que c'était au Bataclan", a raconté Mylena, une Danoise venue à Paris pour l'occasion.

File d'attente devant le Bataclan qui rouvrait ses portes, le 12 novembre 2016, pour un concert de Sting un an apr&egrav
File d'attente devant le Bataclan qui rouvrait ses portes, le 12 novembre 2016, pour un concert de Sting un an après l'attaque qui avait fait 90 morts lors du concert des Eagles of Death Metal le 13 novembre 2015 ( AFP / FRANCOIS GUILLOT )

"Tout est remonté très très vite, très très fort dans ma tête. Et me voilà ici ce soir, c'est un moment très émouvant. Je me rappelle il y a un an avoir vu tout ça à la télé et à présent je vois les fleurs, le monde, ça me donne les larmes aux yeux", a confié, en anglais, cette quadragénaire.

Un peu à l'écart de la foule, Gérard, 51 ans, (qui ne souhaite pas communiquer son nom de famille), aurait voulu aussi pouvoir applaudir Sting. Présent dans la salle le 13 novembre 2015, il a regretté un peu de ne pas avoir eu d'invitation, au contraire de quelque 300 victimes et familles de victimes conviées à la réouverture.

Mais dimanche, il sera là pour poser la plaque commémorative sur la façade de la salle de concert, lors de la journée de cérémonies officielles menées par le président François Hollande.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant