Réouverture des plages de Fukushima

le
0
La réouverture d'une plage à 65 km de Fukushima à connu un plutôt bon accueil du public
La réouverture d'une plage à 65 km de Fukushima à connu un plutôt bon accueil du public
Seize mois après l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daichi, les plages limitrophes de la zone sinistrée commencent à ré-ouvrir

Les vacanciers de l'archipel nippon qui subissent l'habituelle de vague de chaleur estivale peuvent de nouveau aller barboter sur les plages de la zone sinistrée par la catastrophe de Fukushima. La plage de Nakoso, située à 65 kilomètres de la centrale nucléaire, a officiellement été rouverte par les autorités qui ont déclaré l'eau salubre. Les relevés n'ont montré qu'une radiation de 0,07 microsievert par heure, un chiffre bien en dessous de ceux considérés comme dangereux pour la santé.

Les autorités restent plutôt optimistes quant à la fréquentation de la plage malgré son passé récent. Près de 1 000 personnes sont venues faire trempette ce lundi, malgré une eau encore froide, à l'occasion de jour férié national pour célébrer l'océan. Les 17 plages de la préfecture de Fukushima avaient été fermées l'année dernière par crainte des radiations et des débris résultant de l'accident de la centrale nucléaire.

Ne plus craindre la pollution radioactive



Ce premier pas pour sortir du stigmatisme causé par la catastrophe n'est pas démesuré selon les autorités locales qui n'ont relevé une concentration de la radioactivité que d'un becquerel par litre et ne pose a priori aucun problème pour la santé des baigneurs. Pour l'occasion un panneau affichant un relevé des radiations a été installé sur la plage pour rassurer ces derniers, garantissant moralement les efforts du gouvernement japonnais pour la protection de l'environnement.

En marge de ces réjouissances, les manifestations pour l'arrêt total du nucléaire au Japon se poursuivent à Tokyo. Les organisateurs estiment que 170 000 participants étaient présents dans le parc de Yoyogi ce lundi pour une manifestation faisant partie d'une campagne de pression sur le Premier Ministre japonais Naoto Kan, visant à annuler sa décision de redémarrer deux réacteurs nucléaires de la centrale d'Ohi pour éviter les coupures de courant pendant l'été. L'ombre de Fukushima pèse encore sur le Japon. Et ça n'est pas près de changer.
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant