Réouverture d'un poste-frontière entre la Jordanie et l'Irak

le
0
    AMMAN, 29 août (Reuters) - La Jordanie va rouvrir mercredi 
son principal poste-frontière avec l'Irak, à Trebil, qui était 
fermé depuis 2015 à cause de la présence des djihadistes du 
groupe Etat islamique dans la province irakienne d'Anbar, dans 
l'ouest du pays. 
    D'après des responsables jordaniens, les accords douaniers 
et frontaliers ont pu être finalisés grâce aux mesures prises 
par l'Irak pour sécuriser les 550 km d'axe routier de la 
frontière jusqu'à Bagdad.  
    "L'ouverture du poste-frontière est très importante pour la 
Jordanie et l'Irak (...) C'est une artère essentielle. (Les deux 
pays) discutent depuis un moment de sa réouverture", déclarait 
la semaine dernière le ministre jordanien de l'Intérieur, Ghaleb 
al Zoubi.  
    Grâce à la reprise des villes contrôlées par l'EI, l'armée 
irakienne a sécurisé la route qui relie le port de Bassorah, 
dans le sud de l'Irak, au port jordanien d'Aqaba, principale 
porte d'entrée des importations européennes vers l'Irak.  
    La Jordanie espère ainsi que la réouverture de cette route 
va relancer ses exportations vers l'Irak.  
    "Cela va augmenter les exportations et également relancer le 
domaine des transports des deux pays. C'est une amélioration 
majeure pour l'économie", s'est réjoui le président de la 
chambre de l'Industrie d'Amman, Nael al Husaimi. D'après lui, 
les coûts de transports devraient baisser de près de moitié.  
    Le rétablissement des relations commerciales dans la région 
va également donner un élan au projet d'oléoduc entre les ports 
de Bassorah et d'Aqaba.  
 
 (Suleiman al Khalidi, Arthur Connan pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant