Renzi veut renforcer la lutte contre la corruption en Italie

le
0

ROME, 9 décembre (Reuters) - Le président du Conseil italien Matteo Renzi s'est prononcé mardi en faveur d'une réforme législative afin de lutter plus efficacement contre la corruption après les révélations sur des liens entre la classe politique et le crime organisé à Rome. Le chef du gouvernement s'est dit favorable à un relèvement de la peine plancher dans les affaires de corruption, à une saisie facilitée des avoirs des auteurs de ce type d'infraction, à des garanties sur la restitution des fonds et à une extension du délai de prescription. "Ceux qui volent, ceux qui corrompent, seront poursuivis. Il ne suffit pas de s'indigner pendant quelques heures", a déclaré Matteo Renzi dans un message vidéo. Le parquet de Rome a procédé aux interpellations de 37 personnes et a ouvert des enquêtes contre des dizaines d'autres dans le cadre de l'affaire dite "Mafia capitale". Les personnes visées sont des hommes politiques de l'opposition mais également appartenant au Parti démocrate de Matteo Renzi. Elle sont soupçonnées d'avoir touché des commissions en échange de l'octroi de contrats à des entreprises dirigées par le crime organisé. Matteo Renzi a précisé qu'il présentera lors de la réunion de son gouvernement jeudi son projet visant à porter de quatre à six années la peine minimale d'emprisonnement pour des faits de corruption. Selon le classement annuel de l'organisation Transparency International qui évalue le niveau de corruption publique perçue par la population, l'Italie se classe au 67e rang sur 175 pays, loin derrière les autres Etats de la zone euro à l'exception de la Grèce. (Isla Binnie; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant