Renzi va demander à Berlin d'accepter un accord avec la Grèce-presse

le
0

MILAN/ROME, 12 juillet (Reuters) - La Grèce ne doit pas quitter la zone euro, martèle dimanche le président du Conseil italien Matteo Renzi dans un entretien accordé au journal Il Messaggero, dans lequel il assure qu'il va demander au gouvernement allemand d'accepter un compromis et de ne pas humilier Athènes. "Le bon sens doit prévaloir et un accord doit être trouvé. L'Italie ne veut pas que la Grèce sorte de la zone euro et je dis à l'Allemagne: ça suffit!", dit Matteo Renzi. Les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro vont se retrouver à partir de 16h00 (14h00 GMT) à Bruxelles, après une nouvelle réunion des ministres des Finances de la zone euro, qui se sont séparés dans la nuit de samedi à dimanche sans d'entendre sur l'octroi d'un nouveau plan d'aide à la Grèce. ID:nL8N0ZR0W4 Plusieurs pays, dont l'Allemagne, réclament davantage de garanties au gouvernement d'Alexis Tsipras sur les réformes qu'il s'est engagé à mettre en oeuvre. Dans le cas contraire, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a proposé samedi une suspension "temporaire" de la Grèce de la zone euro. "Maintenant que Tsipras a fait des propositions qui répondent aux demandes (des institutions) européennes, nous devons absolument parvenir à un accord", estime pour sa part Matteo Renzi. "Humilier un partenaire européen alors que la Grèce a renoncé à tout ou presque tout est impensable", insiste le chef du gouvernement italien, selon les propos rapportés par le journal. (Danilo Masoni et Crispian Balmer; Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux